Allée René Perrault

From WikiRennes
Jump to: navigation, search

L' allée René Perrault se situe dans le quartier 7 : Francisco Ferrer - Landry - Poterie et prend son origine sur la rue de Châteaugiron. Cette voie fut dénommée impasse par délibération du Conseil Municipal de la Ville de Rennes le 13 avril 1953 puis allée par délibération du Conseil Municipal de la Ville de Rennes le 2 juin 1986[1].

Cette voie rend hommage à

René Perrault

Résistant déporté

(21 octobre 1919, Segré, Maine-et-Loire - 2 octobre 1942, camp de Auschwitz-Birkenau)

René Perrault passe son enfance à Rennes, où il demeure avec ses parents, rue de la Poterie. Il est élève de l’école primaire du boulevard Laënnec, puis de l’École d’industrie où il passe avec succès son C.A.P et son brevet industriel. Il est ajusteur à la SNCF.

Dès avant la guerre, il est secrétaire des Jeunesses Communistes d'Ille-et-Vilaine et c'est naturellement qu'il entre dans la Résistance dès juin 1940 et fait de la propagande anti-allemande. En août 1940, il organise des groupes de jeunes pour le sabotage et le 25 octobre, provoque la rupture de câbles téléphoniques allemands à la SNCF, alors que Marcel Brossier a été fusillé pour un tel acte le mois précédent.

Le 30 novembre 1940, il est convoqué par le commissaire Morellon qui le menace mais continue néanmoins son activité, réalisant plusieurs sabotages de janvier 1941 à fin mai 1941. Le 22 juin 1941, il est arrêté à Rennes par la Gestapo sur son lieu de travail, et est interné à la prison Jacques-Cartier, puis dirigé sur Compiègne et déporté au camp polonais d'Auschwitz-Birkeneau le 6 juillet 1942 où il mourra le 2 octobre 1942.

René Perrault a été nommé sergent au titre de la Résistance Intérieure Française, la Croix de Guerre lui a été décernée à titre posthume.


Sur la carte

Chargement de la carte...

Note et références

  1. Délibérations municipales, Archives de Rennes