Attentat contre Doriot le 19 avril 1942

From WikiRennes
Jump to: navigation, search

Au théâtre

En Ille-et-Vilaine, le Parti populaire français (PPF), parti fasciste et collaborationniste, est surtout présent à Saint-Malo. Très active, la section malouine organise la venue de Jacques Doriot, chef du parti, à Rennes le dimanche 19 avril 1942. Il était déjà venu à Rennes le 31 janvier 1938.

Jacques Doriot en tribune
Affiche de propagande du PPF

Le lieutenant Doriot, de la Légion des volontaires français contre le bolchevisme, dira ce qu'il a vu en Russie. Le théâtre municipal est rempli et des centaines de Rennais sont présents sur la place de la Mairie afin d'écouter la retransmission par haut-parleur du discours de Doriot qui mène sa croisade anti-bolchevique. Un attentat a été organisé par l'OS (Organisation Spéciale de Combat), dont le responsable pour l'Ille-et-Vilaine et le Morbihan est Edouard Hervé, et les FTPF (Francs-Tireurs et Partisans Français). Le journal du lendemain traite sur 3 pages du discours de Doriot mais ne relate l'attentat qu'en quelques lignes après en avoir fait un sous-titre :

" La conférence était terminée quand une grenade fut lancée des deuxièmes galeries et aurait éclaté entre le premier et le second banc des fauteuils d'orchestre, sans le sang-froid d'une spectatrice qui détourna l'engin. La grenade éclata dans la fosse de l'orchestre. L'explosion arracha les boiseries placées sous la scène, transformant les sphères de bronze des timbales en véritables écumoires. Toute la salle debout a acclamé Jacques Doriot et et a entonné la Marseillaise. Un blessé léger est à déplorer. La police a procédé ensuite au filtrage de la salle. Jusqu'alors l'auteur de cet acte odieux n'a pu être identifié."

Après sa visite, une section est créée à Rennes. Quelques mois plus tard, les membres du PPF d'Ille-et-Vilaine, seulement une soixantaine, continuent, comme ceux des autres départements, à provoquer des arrestations de juifs ou de résistants, faisant ainsi du PPF une sorte de police supplétive.

L'auteur de l'attentat était Maurice Fourrier, 19 ans, ajusteur et agent technique au dépôt de la SNCF. Il fut arrêté le 11 juillet 1942, jugé avec 28 camarades communistes par le tribunal militaire allemand, notamment pour divers attentats perpétrés à Rennes, avec Maurice Leost de mars à juillet 1942 contre des officines collaborationnistes et contre des Allemands[1].

Références

  1. Rennes pendant la guerre, chroniques de 1939 à 1945, par Étienne Maignen. Éditions Ouest-France - 2013