Emmanuel Pongérard

From WikiRennes
Jump to: navigation, search

Emmanuel Pongérard (25 décembre 1794, Rennes - 21 février 1876, Rennes) est négociant en vin. De 1829 à 1837, il est juge au tribunal de commerce puis devient adjoint au maire de 1837 à 1842[1]. Pongérard est nommé maire par le préfet, le 24 juillet 1843, prenant la suite de l'industriel Jean Tétiot, démissionnaire. En janvier 1847, le chômage et la vie chère amènent une émeute ouvrière. Une boulangerie et un bateau de grains sont pillés. La mairie prend à sa charge les gros dommages subis et vote une aide de 6000 F. renouvelable pour diminuer le prix du pain acheté par les pauvres mais le renchérissement ne cessant pas, la municipalité de Pongérard décide de faire venir des grains que la boulangerie rennaise s'engage à acheter au prix de revient. Le grain est acheté avec les fonds d'une souscription remboursable sans intérêt au bout de six semaines et la spéculation reflue.

En mars 1848, une panique financière est enrayée grâce à la modération des administrateurs remplaçant le préfet, et du maire Pongérard auquel un cortège de gardes nationaux et d'ouvriers offre le buste de Jean Leperdit par le sculpteur rennais Jean-Baptiste Barré[2]. Aux élections législatives de mai 1849, la liste légitimiste et conservatrice soutenue par Mgr Brossay-Saint-Marc, où figure Pongérard, l'emporte largement sur la liste républicaine[3]. En matière d'urbanisme, ses conceptions, bonnes ou étranges, ne furent pas toutes suivies : Pongérard était partisan d'une gare des chemins de fer, au Mail d'Onges, en rive nord de la Vilaine, et il aurait bien vu la construction de l'Hôtel-Dieu pour embellir le quai sud de la Vilaine, à la place de la rue du Champ Dolent. Il construit en 1846 une halle aux poissons et aux légumes, dite Halle de Nemours (sur l'emplacement de la partie ouest du futur Palais du Commerce)[4]. Sur des plans de Vincent-Marie Boullé, architecte de la ville, la halle est élégante et répond bien à ce qu'on attendait, avec une cour et galeries avec étaux en marbre pour le poisson, et une cour avec galeries pour les légumières[5]. Le 4 mai, fut posée la première pierre du Palais universitaire (actuel musée des Beaux-Arts).

Par la suite devenu impopulaire car il s'est rallié au prince-président, Pongérard et sa liste sont battus aux élections législatives de février 1852. Pongérard démissionne le 18 avril 1853 et est nommé receveur des finances ...à Rodez.

À Rennes une rue Pongérard perpétue sa mémoire.

Références

  1. "Les receveurs généraux des finances: 1790-1865", par Pierre-François Pinaud, 1990
  2. rue Jean-Baptiste Barré
  3. Histoire de Rennes, sous la direction de Jean Meyer. Privat, éditeur - 1972
  4. Rennes au XIXe siècle, architectes, urbanisme et architecture, par Jean-Yves Veillard. Editions du Thabor - 1978
  5. Rennes Moderne par A. Marteville. t.3 - 1849