Irène Joliot-Curie

From WikiRennes
Jump to: navigation, search

Irène Joliot-Curie est le nom d'une future station de la ligne b du métro de Rennes. Son emplacement est prévu sur le Boulevard de Vitré. Elle desservira les quartiers des Gayeulles, de Jeanne d'Arc et de Maurepas. Ainsi que les pôles d'enseignements Chateaubriand, Gayeulles et Joliot-Curie, d'où elle tire son nom.



Irène Joliot-Curie

Chimiste, physicienne et femme politique [1]

( 12 septembre 1897 à Paris - 17 mars 1956, Paris)

Irène est la fille aînée des physiciens et chimistes Pierre et Marie Curie, connus pour leurs études sur les radiations. En 1904, naît sa sœur Eve, qui elle contrairement au reste de la famille ne va pas faire une carrière scientifique. Irène n'a que 9 ans lorsque meurt son père, Pierre Curie écrasé par la roue d'un chariot. A 17 ans, Irène accompagne sa mère sur le front, pour pratiquer des radiographies des blessés de guerre à l'aide de voitures équipées à cet effet, les "petites Curie", et sauve ainsi des milliers d'hommes.

En 1918, après avoir obtenu son baccalauréat, elle rejoint sa mère à l'Institut Radium de Paris, où elle devient son assistante. C'est là qu'elle fait la connaissance d'un assistant de sa mère recommandé par Paul Langevin dont il a été l'élève, Frédéric Joliot. Irène licenciée en sciences physique et mathématique est nommée en 1921 préparateur à la Sorbonne. Son premier travail important, "Recherches sur les rayons alpha du Polonium" lui vaut en 1925 le grade de docteur ès sciences.

Elle épouse Frédéric Joliot, le 4 octobre 1926. Ils ont deux enfants : Hélène Langevin-Joliot, née en 1927 et Pierre Joliot-Curie, né en 1932. Toute la famille Curie et Joliot-Curie est très attachée à la Bretagne et vient régulièrement entre autre à Arcouest, en Ploubazlanec face à l'île de Bréhat, dans les "Côtes du Nord" où ils rejoignent de nombreux autres scientifiques venus eux aussi pour passer des vacances. C'est d'ailleurs pour cette raison que ce lieu fut longtemps surnommé : "Fort la Science" ou aussi "Sorbonne plage". Ils passent leurs étés en Bretagne à Sorbonne-Plage ; Irène faisant à l'occasion du collectage de chants traditionnels.

Le 4 juillet 1934, suite à une trop grande exposition aux matières radioactives, sa mère Marie Curie meurt d'une leucémie dans un sanatorium, à Passy en Haute-Savoie.

Après quelques recherches sur la radioactivité pure, Mme Joliot-Curie et son mari travaillent ensemble sur la radioactivité naturelle et découvrent la radioactivité artificielle, phénomène qui consiste à transformer un élément stable en élément radioactif. C'est ce dernier travail qui a été couronnée, en 1935, par l'Académie suédoise, le couple Joliot-Curie va obtenir le prix Nobel de Chimie pour leur découverte sur la radioactivité naturelle et artificielle. Leurs recherches sur l'action des neutrons sur les éléments lourds sont un pas important vers la découverte de la fission nucléaire.

En 1936, elle est nommée sous-secrétaire d'état à la recherche scientifique, créé par Léon Blum. Elle est la première femme ministre, alors que les femmes n'ont pas encore le droit de vote ne l'obtenant qu'en 1944. Irène va dire lors de sa nomination : "Je serais particulièrement heureuse si la distinction qui m'est accordée pouvait servir, en France, la cause féminine".

En 1937, Irène Joliot-Curie devient professeur à la Faculté des sciences de Paris. En 1939, elle devient officier de la Légion d'honneur et reçoit de nombreuses autres décorations pour ses contributions à la physique nucléaire.

En 1939, Frédéric est mobilisé, chargé d'un groupe de recherches scientifiques, mais devant l'invasion allemande, il se replie et cache son matériel de laboratoire pour empêcher l'ennemi d'en prendre possession. Au Collège de France, il ne se contente pas de faire de la physique, il fabrique des explosifs pour lutter contre les allemands.

Durant toute leur vie le couple Joliot-Curie a milité contre la guerre et a multiplié les actions en faveur de la paix en France et à l'étranger.

Note et références

  1. à partir de la notice rédigée par Joël DAVID, chargé d'odonymie à la Ville de Rennes, Rennes Métropole