Le président Félix Faure à Rennes

De WikiRennes
Félix Faure

En août 1896 le président de la République, Félix Faure, effectue un voyage en Bretagne, visitant notamment Brest, Châteauneuf-du-Faou, Quimper, Carhaix, Pontivy, Locmaria-Berrien, Saint-Brieuc. Il est à Rennes brièvement les 11 et 12 août pour assister à l'inauguration de l'école nationale supérieure d'agriculture implantée en dehors de la ville, à l'ouest, rue de Saint-Brieuc. Les bâtiments principaux ont été conçus par Jean-Marie Laloy, architecte du département. L'école est en fait un transfert de l'établissement de Grand-Jouan, fondé en 1849 par Jules Rieffel[1] sur la commune de Nozay. C'est M. Jules Méline, président du conseil qui inaugure, en sa qualité cumulée de ministre de l'agriculture, en présence de M. Leroux, préfet d'Ille-et-Vilaine et de M. Poulin, trésorier-payeur général en retraite, élu maire le 17 mai. Il ne semble pas qu'en cette occasion le faste ait été grand pour ce président que les Français commençaient à appeler "le président Soleil", en raison de son goût du faste. Une plaque commémorative est apposée à l'entrée du bâtiment principal de l'Agrocampus Ouest, rue de Saint-Brieuc.

Le cardinal Labouré, très libéral, "petit, trapu, bedonnant, pas impressionnant du tout" souhaite la réconciliation de l'Eglise et de la République et la population fait un triomphe au président de la République. Quand le président passe devant les bureaux du journal "l'Avenir de Rennes", de tendance républicaine modérée, son landau s'arrête; le directeur lui remet une gerbe de fleurs et l'ancien rédacteur Bertrand Robidou[2], un des fondateurs du parti républicain en Ille-et-Vilaine, prononce une courte allocution. Le Président inaugure aussi, le monument "aux braves tombés pour la Patrie 1870-1871", initiative de Frédéric Sacher,[3] obélisque d'Emmanuel Le Ray avec sculpture d'Emmanuel Dolivet, implanté boulevard de la Liberté et décore le maire Poulin de la croix et de la cravate de commandeur de la Légion d'honneur, en accomplissement de la promesse qui lui aurait été faite pour accepter le poste de premier magistrat de la ville.[4]

références

  1. rue Jules Rieffel
  2. rue Bertrand Robidou
  3. rue Frédéric Sacher
  4. Histoire de Rennes, publiée sous la direction de Jean Meyer, Privat éditeur - 1972

Rennes d'histoire et de souvenirs quatrain 38

Coordinates: {{#lat_deg2dms:{{

  1. lat_dms2deg:48|06|48|N}}}} {{#long_deg2dms:{{
  2. long_dms2deg:1|42|22|W}}}}

{{#kml.placemark:Point({{

  1. lat_dms2deg:48|06|48|N}},{{
  2. long_dms2deg:1|42|22|W}})|

}}