Postuminus (Titus Flavius)

De WikiRennes

Stèle au Musée de Bretagne (de Wikimedia Commons)

TITVS FLAVIVS POSTVMINVS est un de nos plus anciens Rennais connus, plus exactement un notable de la Civitas Riedonum, la cité des Rennais de l'époque romaine ou de celle d'Astérix ! Sa mémoire est gravée dans une stèle de granit de l'an 135 qui, avec deux autres, faisait partie de sept blocs réemployés au 3e siècle dans la construction des remparts de Rennes pour se prémunir des barbares, découvertes quai Duguay-Trouin en juin 1968, lors de la préparation des fondations d'un bâtiment à usage bancaire. Il s'agit probablement du socle d'une statue dudit placé dans le temple de Mars Mullo, haut lieu de la cité. On trouve cette stèle au musée de Bretagne situé dans le grand ensemble culturel de Rennes les Champs Libres. Un siècle plus tôt un fragment d'inscription découvert à l’emplacement de la porte Saint-Michel avait laissé paraître "ostvm", une partie de son nom.

Qui était Postuminus ? Pas un « minus », certes un grand homme au plan local, à preuve cette stèle qui honore un notable de premier ordre comme le mentionne le texte latin gravé qui énumère les fonctions qu'il a occupées : prêtre de Rome et d'Auguste, premier flamine perpétuel de Mars Mullo, le temple principal de la cité, nommé deux fois duumvir, après avoir rempli toutes les charges officielles du cursus honorum. Les Riedones décernent, aux frais du trésor public, des statues à ce citoyen très honorable, en raison de ses mérites envers la communauté et les particuliers, de sa libéralité envers les mêmes et de ses mœurs irréprochables.[1] Mars Mullo était un dieu gallo-romain possédant des sanctuaires dans l’Ouest de la France, notamment à Rennes mais aussi à Craon, Nantes et Allonnes.

Titus Flavius Postuminus porte un prénom et un gentilice qui prouvent que sa famille, une ou deux générations avant, a reçu la citoyenneté romaine d'un des empereurs Flaviens, (donc entre 69 et 96). Prêtre de la déesse Roma et du divin Auguste, il a la charge du culte impérial mais, en même temps, il a fait preuve d'activité bénéfique pour la cité en honorant Mars Mullo et Mercure Atepomarus, dieux protecteurs de pagi (subdivisions territoriales) de la civitas.[2]

Une rue Postuminus nous rappelle à son bon souvenir, située dans le quartier Arsenal-Redon, entre la rue d'Inkermann et le boulevard Saint Conwoïon.

Références

  1. Histoire de Rennes par Gauthier Aubert, Alain Croix et Michel Denis. 2006- Apogée. Presse universitaires de Rennes
  2. L'épigraphe latine, par Paul Corbier. Armand Colin 3e édition - 2006