Quartier 4 : Saint-Martin

From WikiRennes
Jump to: navigation, search

Le quartier Nord - Saint-Martin est un quartier de la ville de Rennes situé au Nord du centre-ville de Rennes.

Il s’articule sur le canal du même nom.

Il est divisé en sous-quartiers :

  • Saint-Martin
  • ZA Nord

Dans les années 80, TV Rennes réalise "Mon quartier magazine", une série de reportages consacrés à la vie des quartiers. Parmi ceux-là, un reportage présente le quartier Saint-Martin <videoflash type="vimeo">12367575</videoflash>.

Histoire du quartier Saint-Martin

Évolution du quartier

De Saint-Martin des Vignes à Saint-Martin.

Du faubourg Saint-Martin installé à l’entrée de la ville et sur les rives de l’Ille, on s’est acheminé vers la notion de quartier eu égard au développement progressif de la ville qui s’ancre davantage dans la campagne.

Sous l’ancien régime, la paroisse Saint-Martin a la totalité de son territoire hors des remparts de la ville jusqu’au XIXe siècle, la population se concentre presque exclusivement au Pont Saint-Martin comme l’atteste le registre de capitation de 1725. Le Pont Saint-Martin (jadis sur l’Ille, avant la construction du canal) est l’ancrage le plus ancien du quartier puisqu’on retrouve trace de son existence depuis 1300 (présence d’un pont levis à l’origine) ; il sera remplacé par un pont en pierre à trois arches.

La présence de l’Ille y favorise le développement d’activités liées à l’eau telles que les Moulins Saint Martin.

Le canal Saint-Martin, à gauche la rue Armand Rebillon
En arrière-plan, sur la gauche, l’avenue du Cimetière en 1883 est devenue Av. Gros-Malhon en 1856.
Jolie courbe du canal

La physionomie du quartier change, d’une part, à la fin du XVIIIe siècle avec la construction du Cimetière du nord (1er cimetière public de Rennes) et d’autre part, les constructions de canalisation de l’Ille réalisées entre 1804 et 1832. Le quai de débarquement et de déchargement est mieux aménagé. Des entreprises s’installent dans le faubourg dont la tannerie Saint-Martin fondée en 1842 et qui connaîtra un grand essor au début du XXe siècle. Cependant, entre 1860 et 1880, le chemin de fer concurrence les canaux. L’activité économique liée à l’eau décline peu à peu, remplacée par des activités de loisirs et de plaisance tandis que les berges servent toujours aux lavandières ou aux baigneurs dans un souci d’hygiène.


De 1830 à 1880, le quartier se développe au-delà du pont, le long des deux grandes voies de communication, l’Avenue Gros Malhon et surtout la Rue de Saint-Malo qui se ponctue d’édifices structurants tels que l’École Normale d'instituteurs ouverte en 1831 et l’école d’agriculture des Trois Croix ouverte en 1830.

Au XXe siècle, le quartier se développe par le lotissement des terres agricoles. Entre 1925 et 1930, les parcelles entre la Rue de Saint-Malo et l’Avenue Gros Malhon sont peu à peu loties autour de la nouvelle église paroissiale construite en 1933. Puis, ce sont celles situées à l’ouest de la Rue de Saint-Malo comme la cité Saint-Martin.

Bombardement de l’ancienne église St-Martin le 29 mai 1943

Le quartier Saint-Martin subit de nombreuses modifications au cours du temps dont celles provoquées par lebombardement du 29 mai 1943 qui détruit son église, reconstruite au même emplacement en 1951. Il perd son aspect populaire voire insalubre du XIXe siècle illustré par Le Château branlant ou Maison de Cadet-Rousselle détruit en 1936 mais conserve une ambiance de village.

Ce développement urbain engagé alors ne cesse de progresser au fil des années bouleversant la physionomie du quartier dont l’image champêtre de ville à la campagne s’estompe et à laquelle se substitue une image urbaine avec des espaces verts modélisés.

Repères historiques

XIIIe siècle : Construction des Moulins Saint Martin.

XVIIIe siècle : Construction du Moulin de Trublet et fin du XVIIIe, construction du Cimetière du nord.

XIXe siècle : Ce siècle est marqué par la construction du Canal d’Ille-et-Rance et du vannage de Trublet ou Trublé.

Canalisation de l’Ille entre 1804 et 1832. Nouveau pont et octroi.

1824 : Agrandissement du Cimetière du nord.

1829 : Construction de la chapelle funéraire du cimetière par l’architecte Charles Millardet.

1830 : Création de l’école d’agriculture des Trois Croix.

1831 : Création de l’École Normale d'instituteurs.

1867 : Mise en place des baignades.

1877 : Projet de boulevard circulaire prolongeant le Boulevard de Verdun jusqu’à la rue de la Motte Brûlon.

1895 : Installation de la tannerie Zwingelstein au Moulin de Trublet. En 1938, elle compte 300 ouvriers. Son activité cessera en 1948.

1919 : L’usine incendiée est reconstruite.

A la charnière des XIXe et XXe siècles, l’industrie se développe avec les tanneries, les lavoirs. Les tanneries constituent une des principales industries de Rennes. Ainsi, 150 000 gros cuirs sont produits en 1909.

XXe siècle :

1929 : Projet de prolongement du Boulevard des Trois Croix jusqu’à la rue de la Motte Brûlon.

1933 : Construction de l’Église Saint-Martin.

1936 : Le Château branlant ou Maison de Cadet-Rousselle s’écroule.

1943 : Bombardement sur le quartier.

1951 : Reconstruction, sur le même emplacement, de l’Église Saint-Martin détruite lors du bombardement.

1953 : Le foyer des jeunes travailleurs devient pôle d’animation dans le quartier.

1962 : Création du comité de quartier.

Fin des années 1960, mise en œuvre de la zone artisanale de la Donelière.

1ère moitié des années 1970, création du terrain des sports, Avenue Gros Malhon sur le site dit « des gadoues » et suppression des jardins familiaux existants.

Années 1970 - 1980 : Projet de pénétrante sur le site de la coulée verte et des Prairies Saint-Martin.

1976 : Achèvement des travaux sur le terrain des gens du voyage Avenue Gros Malhon.

1976-1977 : Ouverture à la circulation du boulevard reliant Villejean à Maurepas en empruntant le Boulevard des Trois Croix.

1977 : Transfert du lycée agricole des Trois Croix et de la ferme ainsi que du lycée de Coëtlogon sur la commune du Rheu. Un lycée polyvalent est ouvert sur le site des Trois Croix.

1981 : Inondations dans le quartier Saint-Martin.

1984 : Ouverture de la maison de quartier qui prend le nom de Maison Bleue en 1992.

1994 : Abandon du projet de pénétrante et protection définitive des Prairies Saint-Martin.

Début des années 2010 : suppression des jardins familiaux des Prairies Saint-Martin.

Au fil des années et notamment dans les décennies 1980, 1990, 2000, 2010, des modifications de la physionomie du quartier sont intervenues à la suite du transfert de services, d’entreprises, de démolitions de constructions.

De nouveaux secteurs d’habitations sont apparus.

2015 : Début des travaux de la ZAC Plaisance.

2016 : Début des travaux d’aménagement du futur parc naturel urbain des Prairies Saint-Martin.

ZA Nord

Aussi appelée zone industrielle de Saint-Grégoire, elle est implantée dans un site rural initialement occupé par quelques fermes. Elle est structurée par des réseaux de communication pénétrants : l’Ille, qui constitue sa limite est canalisée vers 1832, l'ancienne route de Saint-Malo, qui constitue sa limite ouest (actuellement boulevard de la Robiquette) et enfin l'ancienne route de Saint-Grégoire (actuellement avenue de Gros-Malhon). Cette zone de près de 60 hectares, est restée rurale jusqu'au développement de la zone industrielle qui débute en 1965, au niveau de la Donelière et des Trois-Fontaines, puis, dans les années soixante-dix, au-delà de l'ancienne route de Saint-Grégoire, jusqu'au canal. Le développement des centres commerciaux, dans les années soixante-dix, va modifier les types d'activité de la zone industrielle. Aujourd'hui en effet, la zone est autant une zone commerciale qu'une zone industrielle.

La ZA Nord est desservie par les lignes C2, 12 et 14 sur l'avenue Gros Malhon.

Commerces et équipements

  • Lycée Pierre Mendès-France

Voies principales