Rue Claude Bernard

De WikiRennes
La rue Claude Bernard côté Malakoff en 2013.
Carrefour : boulevard Voltaire à gauche ; rue Malakoff au centre ; rue de Redon à droite.
Passage souterrain, vue vers le sud.
Immeuble du carrefour sud de la rue Claude Bernard démoli en 2012.

La rue Claude Bernard est une rue d'orientation nord-sud située au sud-ouest de Rennes, entre le mail François Mitterrand et le quai de la Prévalaye (via la rue Malakoff et le pont du même nom) et le boulevard Pierre Mendès-France et la commune de Saint-Jacques-de-la-Lande. Dans la partie la plus proche du centre, elle forme un carrefour avec la rue de Redon s'en allant vers le centre et le boulevard Voltaire s'étendant vers l'ouest. Elle apparaît pour la première fois dans la nomenclature des voies de Rennes du 24 juillet 1923, la voie s'étant longtemps appelée "faubourg de Redon".

La rue fut le siège de l'entreprise de transport Jean Prost[1] sur 17 000 m2, qui comporta jusqu'à 61 succursales en 1971 et employait alors plus de 2000 agents. On trouvait aussi dans la rue, jusqu'en 1994 les Établissements Gauvain frères, bonneterie en gros, auparavant rue Thiers.

Depuis la création d'une trémie à la fin des années 2000 et la suppression du dangereux passage à niveau, elle passe sous la voie ferrée Quimper-Paris et la voirie de la partie au sud a été entièrement rénovée.

La rue suivait la limite est du secteur des ateliers de la Courrouze et des entreprises qui les ont remplacés, comme GIAT, avant qu'elles ne cèdent en partie la place autour des années 2010 à un quartier résidentiel. Le boulevard de Cleunay auquel elle est reliée au niveau de la voie ferrée suivait la limite nord de la même zone.

Le nom de cette voie fait référence à:

Claude Bernard

(12 juillet 1813, Saint-Julien, Rhône - 10 février 1878, Paris)

médecin et physiologiste

Claude Bernard naît en 1813 dans le Beaujolais où son père est vigneron.

À 19 ans, il se place à Lyon comme préparateur chez un pharmacien. Après des études en pharmacie, il se réoriente vers des études de médecine. Médecine qu'il va révolutionner, indigné par "ces grands médecins qui se considèrent non comme des savants mais comme des artistes qui prétendent ne se fier qu'à leur tact, à leur instinct, au coup d'œil". Lui préfère expérimenter (beaucoup) et utilise abondamment la vivisection.

En utilisant la physique et la chimie et la méthode des scientifiques, il comprend la digestion, la respiration, l'action des poisons... Avec lui, la médecine expérimentale s'appuie sur une « fusée à trois étages » :

- la physiologie qui consiste à comprendre le fonctionnement du corps humain ; - la pathologie qui compare l'état du malade à l'état normal ; - la thérapeutique qui doit ramener au fonctionnement normal.

Même si aujourd'hui on l'a oublié, l'histoire a retenu que, à partir de lui, science et médecine se sont rencontrées pour soigner efficacement[2].

Paul Bert[3], dont le nom est également bien connu à Rennes, a notamment été un de ses assistants. Honoré de Balzac[4], son ami, suivait beaucoup et admirait son travail. Il influence aussi Émile Zola[5] qui, dans son manifeste sur le naturalisme Le Roman expérimental, promeut la méthode expérimentale chère à Bernard.

Sur la carte

Chargement de la carte...

Références

Lien externe

voir Claude Bernard Wikipedia-logo-v2.svg