Rue Paul-Louis Courier

From WikiRennes
Jump to: navigation, search

La rue Paul-Louis Courier se situe dans le quartier 1 : Centre entre la rue du Pré Botté au nord et la rue Vasselot au sud. Cette voie fut dénommée par délibération du conseil municipal de la Ville de Rennes le 29 avril 1913. Anciennement, elle porta le nom de rue Saint-Benoit, rue des Petites-Hannes ou rue des Hannes.

« [...] le touriste ne doit pas non plus manquer d'être désagréablement surpris en constatant à deux pas de l'hôtel des postes, en plein centre, l'existence de la ruelle infecte (à plusieurs points de vue) et nauséabonde qu'on appelle la rue Saint Benoit. Ce n'est pas sans étonnement qu'on se demande comment une ville qui à la réputation - méritée - d'être, sous le rapport de la propreté et de la bonne tenue, une cité modèle, a pu conserver jusqu'à nos jours, au milieu de ses quartiers les mieux habités, une rue aussi mal famée et aussi sale que celle-la ! »

— L'Ouest-Eclair
Origine : Numéro du 9 septembre 1904 • Recueilli par Manu35 • 2018licence


« Enfin, la municipalité va changer le nom de certaines vieilles rues. C'est ainsi que la rue Saint-Benoît, dont l'hôtel de l'« Ouest-Eclair », qui s'élève actuellement occupera tout un côté par l'un de ses flancs, portera le nom de Paul-Louis Courier, un grand publiciste et pamphlétaire du siècle dernier, un robuste écrivain. Des journalistes ne peuvent qu'être honorés de voir ce nom inscrit sous l'une de leurs fenêtres. »

— L'Ouest-Eclair
Origine : Numéro du 13 avril 1913 • Recueilli par Manu35 • 2018licence

Cette voie rend hommage à Paul-Louis Courier, publiciste (1772 - 1825)

Courier ou Courrier ?

« II y aura enfin, nous l'avons déjà dit, la rue Saint-Benoît qui s'appellera rue Paul- Louis Courier. Il parait que le voisinage de l'« Ouest-Eclair » inspira à la commission de donner à la rue en bordure de laquelle il se trouve, par un de ses côtés, le nom du célèbre humaniste-pamphlétaire.

Une anecdote à ce propos. Un de nos confrères, qui signe « Bob », trouve que ce n'est pas ça du tout qu'il fallait choisir, attendu que Paul-Louis Courier n'a jamais écrit dans les gazettes, « pour la bonne cause », explique-t'il, « que, de son temps, les gazettes n'existaient pas ».

Voyons un peu : la « Gazette de France Wikipedia-logo-v2.svg » a été fondée en 1631, le 30 mai. Paul-Louis Courier est mort en 1825, deux siècles après. Cinq ans après la mort du pamphlétaire, en 1830, une révolution (les Trois Glorieuses Wikipedia-logo-v2.svg, ndlr) emportait le gouvernement français ; elle avait été déchainée par des journalistes et pour la liberté de la presse. Alors ? Peut-être notre confrère veut-il parler d'un autre Paul-Louis Courier. Cela parait d'autant plus vraisemblable qu'il écrit son nom avec deux r. Ce ne serait alors qu'un simple malentendu. »

— L'Ouest-Eclair
Origine : Numéro du 23 avril 1913 • Recueilli par Manu35 • 2018licence

Les répercussions d'un projet de loi sur l'expropriation

« La Question de l'expropriation des logements insalubres - A propos d'un projet de loi - Le maire de Rennes (Jean Janvier, ndlr) a présenté au Congrès des maires un vœu dont notre ville doit souhaiter ardemment l'efficacité.


Nous avons parlé, bien souvent déjà, à propos de questions locales, de l'expropriation de certains taudis inesthétiques et insalubres qui encombrent trop de quartiers de notre ville. Combien de rues de Rennes ont besoin d'être ainsi épurées par quelques bonnes et définitives démolitions ! Pour ne point quitter les fenêtres de l'Ouest-Eclair, nommons simplement la rue Vasselot, la fameuse rue Saint-Benoît qui, si elle n'est pas complètement rectifiée et épurée, défigurera irrémédiablement un coin de notre ville qui, d'ici quelques années, sera parmi les plus beaux et les plus vivants. Mais on sait que l'expropriation est une chose coûteuse et que le propriétaire d'une maison qui ne vaut pas 100 francs n'hésite pas, aussitôt qu'il sait qu'elle doit coûte que coûte être achetée, à en demander 20 000. Un projet de loi a été voté par la Chambre qui doit, en ramenant les prétentions des propriétaires à des propositions légitimes, permettre aux municipalités d'assainir et d'embellir leur ville à des tarifs sensiblement réduits. »

— L'Ouest-Eclair
Origine : Numéro du 10 novembre 1913 • Recueilli par Manu35 • 2018licence

Un indien dans la ville

« RENNES LA NUIT. La rue Paul-Louis Courier deviendrait-elle aussi mal famée que jadis lorsqu'elle portait le nom de rue Saint-Benoit ? Tout semble le croire. Hier, à une heure du matin, un de nos concitoyens sortant de son travail et se disposant à rentrer paisiblement à son domicile, fut interpellé par des malandrins qui stationnaient en ces parages. Un de ceux-ci, furieux d'avoir été reçu comme il le méritait, suivit le passant paisible qu'il rejoignit au coin des rues Chalais (actuelle rue Maréchal Joffre, ndlr) et Vasselot. Là, sans mot dire, d'un geste d'apache, il fonça sur lui et l'abattit d'un coup de tête dans la poitrine. L'arrivée fortuite de l'agent Galisson, de faction en cet endroit, mit en fuite cet apache rennais. Plainte a été portée. »

— L'Ouest-Eclair
Origine : Numéro du 17 mars 1919 • Recueilli par Manu35 • 2018licence

Sur la carte

Chargement de la carte...