Rue de Rival

From WikiRennes
Jump to: navigation, search


La Rue de Rival est une toute petite rue située entre les Portes Mordelaises et la rue de Lorette.

Cette rue comportait encore, au début du 19e siècle, quelques maisons à pans de bois, démolies en même temps que des vestiges de rempart.

Un poissonnier sans poisson

Lucien Decombe[1] rapporte que son nom serait dû à un certain Rival, héros volontaire ou pas du long siège de Rennes en 1357 par les troupes du duc de Lancastre. C'est ce Rennais, poissonnier de son état et au chômage vu les circonstances, discret - et pour cause - qui aurait engraissé en cachette une truie - et non une truite ! - pour en tirer profit, la truie qui s'avéra la dernière de la ville, et qui servit d'appât, suspendue à une poterne des Portes Mordelaises, attirant dans la ville les troupeaux de porcs des Anglais.

mais avec une grosse truie celée

(et non un porcelet!)

La légende rapporte que c'est justement dans un appentis attenant à la seule maison subsistant à l'amorce de cette rue, côté impair, que Rival aurait gardé sa truie à l'abri des regards, dans la perspective probable d'une consommation égoïstement personnelle, quitte à en vendre une partie à bon prix. Découverte, elle lui aurait été confisquée... à moins qu'en définitive il n'en eût fait don pour monter la ruse efficace et bénéfique pour les affamés.

bienfaiteur des "Rennois" ?

L'hypothèse du don est plausible et l'on peut la soutenir depuis peu, puisque ses contemporains donnèrent son nom à la ruelle dès la fin du 14e siècle comme le rapporte une chronique exhumée récemment par Stephane Magne[2] :" Lors mourust en ce premier jour du mois davril messire Rival du nom duquel fut sitost dite l'estroite rue ycelle proche de la Porte Mordeloise où estoit son logis et ce faict en grace des rennois et en sa memoyre". L'auteur incline d'ailleurs à penser que le don de la truie, même en pareilles circonstances de famine ne justifiait guère une telle reconnaissance des contemporains; ceux-ci ont très probablement voulu l'honorer en qualité d'inventeur de la ruse.

Quoi qu'il en soit, beaucoup disaient judicieux de rappeler la mémoire de ce Rennais, illustre en son temps, par une plaque apposée sur cette première et dernière maison de la rue Rival où il est censé avoir demeuré... avec sa truie !

La maison de la rue de Rival

La maison détruite

(et non des truites)

Pourtant cotée *** au P.L.U. (plan local d'urbanisme) la maison a été détruite au soir du 31 mars 2018 ! Tel est le constat fait le lendemain par des Rennais éberlués. En fait, cette "déconstruction" quasi clandestine semble bien avoir été opérée dans le cadre du réaménagement vert du secteur des Portes Mordelaises et des remparts de la ville pour aménager un "jardin des remparts". [3] Du même coup va disparaître le dernier tronçon de cette petite rue de Rival qu'aimaient voir les touristes, disparition d'un reliquat historique du vieux Rennes, modeste, certes, mais qui néanmoins constituait un "marqueur" de l'histoire locale. ( voir:[4] )

Notes et références

  1. Les rues de Rennes par Lucien Decombe, Alphonse Leroy, éditeur, 1892.
  2. Chronique des bourgeois de Rennes en l'an 1399 par Stéphane Magne, bulletin et mémoires de la SALIV, t. CXII, 2008.
  3. Avec le Jardin des remparts, revoilà les murailles. Ouest-France du 20 mars 2018
  4. Cette page, écrite à l'occasion du 1er avril 2011 et complétée le 1er avril 2018 est un VRAI-FAUX !