Rue de la Salle Verte

From WikiRennes
Jump to: navigation, search

La rue de la Salle Verte se situe dans le quartier 1 : Centre entre le quai Saint-Cast et la jonction formée par la place du Bas des Lices et le carrefour Jouaust. Cette voie fut dénommée vers 1830. En 1820, cette voie portait encore le nom de rue de Courneuve, et le nom de petite rue Nantaise sur un plan routier de Rennes et de ses environs daté de 1829. Le nom actuel de la rue apparaît pour la première fois sur un plan de la ville de Rennes édité vers 1851.

Cette voie fait référence à un manoir du XVème siècle portant le nom de Manoir de la Salle Verte, qui existait, selon le plan Forestier de 1782, au niveau de l'écluse du Mail et de l'actuel ensemble immobilier "Cap Mail" réalisé par l'architecte Jean Nouvel et livré en janvier 2015[1], et donc vers lequel elle se dirigeait au sud.

Le manoir était "la maison de plaisance des évêques de Rennes"[2], que Lucien Decombe croit savoir érigée dès le XIème siècle. C'est l'achèvement du canal d’Ille-et-Rance en 1832 qui fera disparaître les derniers vestiges de ce manoir.

« A l'entrée du quai St-Cyr se trouvait jusqu'aux premières années du XIXe siècle, un manoir appelé Salle-Verte, qui est cité dès le XVe siècle. Ce ne fut d'abord qu'une maison peu importante, mais elle fut reconstruite vers la fin du XVIe sur un plan plus vaste : elle comprit dès lors deux bâtiments en retour d'équerre dont l'angle saillant, au Sud-Est, était flanqué d'une petite tourelle en encorbellement. Ses faces Sud et Est étaient évasées à la base ; elles comprenaient un rez-de-chaussée élevé et un étage percés chacun de deux fenêtres ; son toit présentait deux gerbières à frontons arrondis. La façade Sud baignait directement dans la Vilaine. La cour d'entrée était à l'Est. Une terrasse et un jardin bordant la rivière s'étendaient vers l'Ouest : on voyait dans le jardin un cabinet et une « allée de charniers ».

La maison de Salle-Verte fut transformée en caserne de cavalerie de 1812 à 1815.

Au Sud de Salle-Verte était autrefois le "gué de Torcoul". »

— Paul Banéat[3]
Origine : "La Vie Rennaise", 1ère année, n°3, 10 novembre 1909, page 4 • Recueilli par Manu35 • 2019licence

Une lithographie de Hyacinthe Lorette[4] fait d'ailleurs apparaître le pont enjambant la Vilaine pour rejoindre le manoir comme "pont de Salle-Verte"[5].

Sur la carte

Chargement de la carte...

Note et références