Saint-Jacques-de-la-Lande en 1934

De WikiRennes


Une petite commune

En 1934, après la création de l'aérodrome Joseph le Brix, plus connu sous le nom d' aéroport de Rennes - Saint-Jacques, la commune recense 1812 habitants,[1] dont 525 électeurs (masculins). Elle est desservie par l'autobus départemental Loéhac - Rennes. Elle tient sa foire le lundi avant la Saint-Jean.[2]

L'église de Saint-Jacques avant la destruction du clocher par les Allemands en 1941[3]

Le maire est F. Daniel, avec un adjoint, Jh. Chatel et onze conseillers. Le secrétaire est M.Foutel, aussi instituteur. Il y a aussi une institutrice Mme Defay. L'instituteur libre est l'abbé Lebourgeois. Le recteur est J. Vallais.

A l'école du Pigeon Blanc, il y a un directeur, M. Thébault, et trois adjointes dont Mme Thébault.

essentiellement rurale

La partie urbaine entre route de Nantes et route de Redon est embryonnaire et le bourg est donc le noyau principal, en partie rasé par les Allemands en 1941 pour les besoins de l'agrandissement de l'aérodrome.

On recense: 4 bouchers, 2 boulangers, 1 bourrelier, 3 charrons, 10 débitants de boisson, 6 épicerie-merceries, 3 maréchaux, 2 restaurateurs, 1 vendeur de sons et fourrages, 1 bureau de tabac et 1 tailleur, 36 agriculteurs et 2 châtelains au Hautbois et à Le Maloré.

références

  1. recensement de 1931
  2. Annuaire officiel d'Ille-et-Vilaine - imp. Simon 1935
  3. Les Heures douloureuses de Rennes, par V. Ladam, imp. Les Nouvelles