Saint-Sulpice-la-Forêt

De WikiRennes

Panneau travaux.svg
Cet article est en construction. • Votre contribution y est bienvenue.
Saint-Sulpice-la-Forêt avec, en haut à droite, l'abbaye

Saint-Sulpice-la-Forêt se situe au nord-est de Rennes.

La commune s'étend sur une surface de 6,72 km2, sa population s'élève à 1 339 habitants[1] zu lieu de 1 423 en 2010 ( - 1,2% par an).

Le Département est propriétaire de l'espace naturel sensible de l'Abbaye de Notre-Dame-du Nid-du-Merle[2]. Et l'Etat de la Forêt de Rennes, en partie sur la commune.

La Forêt de Rennes, est une forêt domaniale (propriété de l'Etat), gérée par l'Office nationale des forêts (ONF), d'environ 2900 hectares, principalement sur la commune de Liffré, mais aussi Betton, Saint-Sulpice-la-Forêt, Thorigné-Fouillard et Chasné sur Illet. Composée de chênes, hêtres, pins sylvestres notamment. La forêt est un site de production forestière, mais aussi un lieu de promenade et de sports (marche et course à pied, cyclisme, équitation, etc.).


Les noms religieux des villages

Saint-Dizier, Saint Sulpice la Forêt, ... « tous...saints » ! En France, plusieurs centaines de villes, de villages portent des noms de saints ou font référence au Christ ainsi qu'au vocabulaire religieux. Cela démontre que les racines de notre pays sont bel et bien chrétiennes !


Mais qui a décidé d'appeler telle localité du nom de tel saint ou de l'apparenter à tel mot relatif au Christ  ? Pourquoi fête-t-on Noël le 25 décembre ? D'où vient la locution « l'habit ne fait pas le moine » ?

Toutes ces expressions populaires, traditions et grands symboles du quotidien qui se transmettent de génération en génération mais parfois perdent leur sens initial.



Etymologie

Saint-Sulpice-la-Forêt ou Saint Sulpice des Bois (d'origine romane) vient de Saint Sulpice, dit le « Pieux ou le Bon » évêque de Bourges mourut en 647.

De famille aristocratique gallo-romaine Saint Sulpice, dit le « Pieux ou le Bon » fort populaire au temps où se constituaient les paroisses. Il a laissé son nom à plus de 340 églises, dont 2 que nous connaissons tous, l'Eglise de Saint Sulpice à Fougères et l'église de notre petite commune (3 connus en Ille et Vilaine) et de sa situation en zone forestière.

Sulpice, une des premières familles du Berry, fut élevé avec soin dans les sciences et dans la piété. Quand il fut maître de son bien, il le distribua aux pauvres et à l'Eglise. Ayant été ordonné prêtre en 618, le Roi Clotaire II le choisit pour aumônier (Chapelain), et pour supérieur des clercs qui composaient sa chapelle, et qui le suivaient même à l'armée. Une maladie dangereuse dont ce prince fut attaqué, montra jusqu'où allait le crédit du Saint auprès de Dieu : il en obtint la guérison par la vertu de ses prières et de ses jeûnes.

Puis évêque de Bourges en 626, il est l'un des grands évêques de la Gaule, Bourges était une importante métropole religieuse.

Nota : Sulpice est le nom d’une importante famille romaine. On l’interprète généralement comme un dérivé du latin vulpes = renard, précédé du vieux préfixe indoeuropéen su- = bon, bien.


Naissance de notre petit village

Le village de Saint Sulpice la Forêt, dit village de défrichement voit le jour à la fin du XIIe siècle avec son église paroissiale élevée par l’abbesse.

Le patronage donna le nom du "Saint Sulpice", archevêque de Bourges à la fois à l’abbaye et à notre village. À l'intérieur de l'église paroissiale nous pouvons découvrir le tableau de Saint Sulpice (1689) en archevêque de Bourges évoquant la Tradition, patron de la paroisse Saint Sulpice archevêque de Bourges. Ce tableau présente 2 détails intéressants, il est placé devant un chœur avec son abside, qui ferait penser à l'entrée du chœur disparu de l'abbatiale ; d'autre part placé « côté évangile ». Il nous présente un évangile avec la parole du Christ, invitant à vivre cet évangile :

« Mettez-vous à mon école, car je suis un maître plein de douceurs » (Matt .11,29).7

Peut-être a t-on privilégié cette parole du Christ à cause de l'attention que l'on reconnaissait à Saint Sulpice de Bourges (VIIe) pour les victimes des brutalités. On remarquait surtout en lui une tendre charité pour les pauvres ; aussi étaient-ils ceux de ses diocésains dont l'instruction le touchait le plus vivement. Il fut le protecteur des pauvres et des persécutés. On disait qu'il chassait les démons et guérissait les malades, soulageait les pauvres et les prisonniers.

Sulpice mourut le "17 janvier en 647". On dit qu'il fonda à Bourges, sous l'invocation de la Sainte-Vierge, le monastère qui portait son nom, et qui appartenait à la congrégation de Saint-Maur. On y garda une partie de ses reliques. L'église paroissiale de Saint-Sulpice, à Paris, possède un os du bras du Saint évêque de Bourges. Son successeur au siège épiscopal de Bourges fut Saint Florent son coadjuteur.


Dicton : S'il gèle à Saint-Sulpice, le printemps sera propice.

Notre paroisse a été placée ainsi sous la bienveillance du Saint Sulpice dit le « Pieux ou le Bon ».


Sources

A.P.R.I.V / Père Roger Bot responsable diocésain du patrimoine d'Ille et Vilaine A. Butler



Notes références

  1. Source : chiffre Insee au 01/01/2015
  2. http://www.ille-et-vilaine.fr/fr/espacesnaturels ENS de l'Abbaye de Notre-Dame-du Nid-du-Merle



Liens externes