Changes

From WikiRennes
Jump to: navigation, search

Cathédrale Saint-Pierre

1,343 bytes added, 19:45, 13 August 2017
no edit summary
[[Fichier:Cath%C3%A9drale.jpg|300px|right|thumb|Intérieur de la cathédrale (photo Trizek)]]
[[Fichier:Cath%C3%A9drale_vue_arri%C3%A8re.png|350px|center|thumb|La cathédrale vue côté chœur. (''Archives de Rennes 255FI110'') ]]
La cathédrale Saint-Pierre est l’église catholique siège de l’archidiocèse de Rennes, Dol et Saint-Malo, située au cœur du quartier historique de Rennes. Elle offre un mélange bizarre d'architecture qui s'explique par l'extrême lenteur apportée à sa construction. La façade et ses deux tours de granit à quatre niveaux, de 48 mètres de haut, furent édifiées en plusieurs étapes tout au long des 16e et 17e siècles, soit pendant plus d'un siècle et demi. Les deux grosses cloches de la première tour achevée y furent montées les 16 et 17 avril 1680. François Huguet ajouta sur le fronton au sommet de la façade la devise de Louis XIV (''Nec pluribus impar'' : l’incomparable). La tour de gauche servit de support pendant plusieurs décennies à un télégraphe Chappe.
===Des cours d'anatomie dans la tour sud===
En 1738 ''la tour Le Bât'' servait d'amphithéâtre aux chirurgiens qui émigrèrent par la suite dans divers locaux. En 1810, les cours de l’École de Médecine ayant du quitter un local de l'ancien couvent de Saint-Yves qu'ils occupaient depuis 1803, trouvèrent refuge dans la petite ''chapelle de l'Ecce Homo'', située à l'angle de la [[rue des Dames]] et de la [[rue Le Bouteiller]], mais les leçons et travaux d'anatomie furent donnés... dans la tour sud de la cathédrale alors en ruine et abandonnée, dans les salles délabrées du deuxième étage, exposées au vent auxquelles on parvenait après avoir monté plus de cent marches d'un escalier obscur. En 1813, la salle d'anatomie fut transférée à l'ossuaire de l'ancien cimetière de l'[[eglise Saint-Etienne]]. <ref> ''Le local de la Communauté des Chirurgiens de Rennes et de l'Ecole de Chirurgie'', par le Dr Paul Hardoüin, professeur honoraire à l'Ecole de Médecine de Rennes. Bulletin et mémoires de la Société archéologique du Département d'Ille-et-Vilaine. T.LXVII - 1944</ref>Le cardinal Fesch, oncle de Napoléon Ier, vint à Rennes en 1808 et ne put voir sans regret les tours de la cathédrale veuves de leur église. Il en parla à l’Empereur et bientôt après parut le décret suivant : « Voulant donner une preuve de l’intérêt que nous portons aux habitants de notre bonne ville de Rennes, et voulant ne pas laisser imparfaite leur église cathédrale, nous avons décrété et décrétons ce qui suit :
« Art. 1er. — L’église cathédrale de Rennes sera achevée.
 
« Art. 2. — Une somme de 500,000 fr. est mise à cet effet à la disposition de notre ministre des cultes. Cette somme sera payée en cinq ans, à partir de 1811. »
 
Les difficultés du temps firent arrêter les travaux qui ne furent repris qu’en 1819. La Restauration activa le relèvement de l’église. En 1823, de nouvelles sommes furent accordées pour la continuation du travail, et en 18 37 une dernière allocation permit de l’achever.
 
Le 7 avril 1844, jour de Pâques, l’évêque Godefroy Saint-Marc accompagné des chanoines, du Chapitre, et précédé d’un nombreux clergé, quitta l’église de l’ancienne abbaye de Saint-Melaine pour se diriger vers la nouvelle cathédrale en parcourant les principales rues de la ville. <ref>Au Pays de Rennes, Adolphe Orain. éd. Hyacinthe Caillière - 1892 </ref>
 
La tour de gauche servit de support pendant plusieurs décennies à un télégraphe Chappe.
===Les reprises de Mgr Godefroy Brossays Saint-Marc===
15,711
edits

Navigation menu