Changes

From WikiRennes
Jump to: navigation, search

Avenue Janvier

225 bytes added, 08:11, 2 August 2018
m
ajout article
[[Fichier:Kergus-plan-665.jpg|300x300px|thumb|Emplacement de la caserne Kergus et de la prison militaire]]
[[Fichier:Tramway_avenue_de_la_gare.png|300px|left|thumb|Un tramway avenue de la gare à Hauteur de la [[rue Saint-Hélier]] et du [[boulevard de la Liberté]] et, sur la chaussée des piétons en sécurité. (Archives de Rennes 100FI12)]]
[[Fichier:Capture avenuejanvier nov2016.PNG|300px|left|thumb|L'avenue janvier a conservé sa linéarité et ses grands arbres, mais le tramway a laissé place à d'autres véhicules (@Google Streetview, novembre 2016)]]L'''avenue de la gare '' qui conduit du [[jardin Saint-Georges]] à la [[gare de Rennes]] fut percée en [[1856]]/[[1857]] et était encore en travaux lors de l'arrivée du chemin de fer à Rennes en avril 1857.
[[Fichier:Avenue-Janvier annees 50.jpg|280px|right|thumb|L'avenue Janvier dans les années 50, de la gare vers le Palais Saint-Georges]]
En [[1858]], lors du voyage de l'empereur Napoléon III et de l'impératrice, qui quittèrent la Bretagne en prenant le train, on donna à cette voie le nom d'avenue Napoléon III, dénomination très vite désuète. Le nom d''''avenue Janvier''' lui fut donné par délibération du conseil municipal du 19 décembre 1923 en l'honneur de [[Jean Janvier]], [[maire de Rennes]] (1859-1923). Au n° 14, l'hôtel des Nétumières est d'une qualité architecturale exceptionnelle à Rennes, malgré les aménagements ultérieurs qui perturbent la lecture de cet édifice original dans l'organisation des parties constituantes : le fond de scène du
jardin, en fait réduit à une simple cour arrière, le porche monumental et le vestibule avec escalier d'honneur qui montre la capacité d'invention de l'architecte qui choisit une formule différente mais tout aussi prestigieuse que celle de l'hôtel Léofanti. L'édifice est représentatif de la formule mise au point par [[Jean-Baptiste Martenot|Martenot]] dans la conception des hôtels urbains, dont les puissants volumes dialoguent avec l'espace public de la rue. Ici cependant, contrairement
à l'hôtel Léofanti (1875) ou à l'hôtel Léon des Ormeaux(1880), l'implantation en milieu de parcelle avec un recul significatif derrière une grille à claire voie et un rez-de-chaussée surélevé, joue sur l'ambiguïté de ce qu'on montre et qui reste pourtant hors d'atteinte.
Bordant la voie on trouvait jusqu'en [[1944]], la prison militaire, au coin de la [[rue Saint-Hélier]] et de la [[rue Duhamel]] et la caserne Kergus, ancien hôtel des Gentilshommes réalisé par l'abbé Kergus, entre le [[boulevard de la Liberté]] et la [[rue Saint-Thomas]], bel édifice dont la façade donnait sur l'avenue,<ref>[[ Square de Kergus]]</ref> transformé en caserne après la Révolution, puis occupé par divers bureaux militaires (État-major, intendance, service de Santé, de la Place, anciens combattants)<ref> ''Rennes capitale de la Bretagne'', par Ad. Orain. Ed. L. Bahon-Rault - 1925</ref>. Ces deux édifices furent détruits lors des bombardements de 1944, ainsi d'ailleurs que les trois quarts des immeubles bordant l'avenue. Le grand lycée avec sa chapelle, endommagé, a été restauré. Subsiste au n°3 l'immeuble ''Tomine'' à huit niveaux, conçu par l'architecte [[Yves Lemoine]] et au n°7 un immeuble à six niveaux construit en 1931 par [[Jean Poirier]], qui présente une façade entièrement décorée de mosaïques gris et or avec deux larges frises à fond bleu, œuvre d'[[Isidore Odorico]].
7,406
edits

Navigation menu