Changes

From WikiRennes
Jump to: navigation, search

Bombardement du 17 juin 1940

6 bytes added, 26 April
lien interne
== 16 juin, un étrange dimanche dans Rennes encombrée ==
Le dimanche 16 juin 1940, le journal l'''Ouest-Eclair'' publie en première page un article rassurant sur l'efficacité de « nos bombardiers contre « leurs » chars : ils se comptèrent avec des rires et partirent pour la troisième fois. ». En page 3, sous la rubrique Rennes, un article « circulation et cartes d'identité » indique que, vu l'afflux, [[quai Emile Zola]], où une photo montre la foule des demandeurs de la carte d'identité nécessaire pour circuler sur les routes et en chemin de fer, un second bureau est ouvert au 40 [[rue Vasselot]] à l'école de Préapprentissage. On lit aussi que, sur ordre de l'autorité militaire, les communications téléphoniques émanant des cafés, hôtels et restaurants sont supprimées et il est interdit de servir les clients aux terrasses. Il est aussi rappelé aux membres de la défense passive de Rennes qu'ils ne doivent sous aucun prétexte quitter la ville<ref>L'Ouest-Eclair, 16 juin 1940, [http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k662019z lire en ligne]</ref>.
Les Rennais − qui avaient été surpris, le 24 février, par le premier exercice d'alerte − et les nombreux réfugiés ont entendu des tirs de la D.C.A dans le ciel de Rennes tout bleu, probablement pensera-t-on ensuite, sur un avion allemand venu repérer le triage ferroviaire de la [[plaine de Baud]] avec les trains qui y stationnaient nombreux. En fin d'après-midi, encore quelques trains de troupes françaises et britanniques se succèdent après avoir stationné sur la voie ferrée, du côté du [[boulevard Voltaire]], attendant d'entrer en gare.
Des écoliers rennais avaient pu être sensibilisés à la fin de 1939 par un petit fascicule intitulé « Alerte aux avions », illustré par Marcel Jeanjean, dont la couverture représentait un guetteur signalant l'arrivée d'un avion ennemi qui avait tout l'air d'un bombardier Dornier. Une semaine avant le bombardement, en regardant leur hebdomadaire ''Pierrot'', ils avaient pu voir, sur une des pages intitulées "Apprenez à reconnaître les avions ennemis", en n° 15, un dessin du même illustrateur, présentant le Dornier Do-17 qu'il disait surclassé par les avions de chasse alliés<ref>''Pierrot'', "le journal des jeunes", p. 7 - 9 juin 1940</ref>. Mais, ce matin du 17 juin, il n'y avait pas d'avions de chasse alliés dans le ciel rennais.
Le Rennais qui a acheté le journal ce lundi matin n'a en mains qu'une seule feuille, au lieu de quatre la veille. Décidément même le journal... plus rien ne marche... Mais il va encore faire beau, voire chaud. La première page titre : '''Le maréchal Pétain, président du Conseil, le général Weygand, vice-président''' et un titre plus petit annonce '''''la RAF au dessus de l'Allemagne''''', mais en lisant l'article il constate aussi qu'elle opère au sud de la Seine... Et une autre annonce : "Paris reste digne sous l'occupation allemande". Au verso, peu de nouvelles locales, sinon le cadavre d'une ivrogne trouvé dans un champ de blé à [[Cesson-Sévigné]], un tapage nocturne la veille et deux personnes renversées par des autos, une collision entre une auto et un tramway à vapeur, au pont des Trois-Croix. On met en garde contre l'état du pont dans les jardins [[Prairies Saint-Martin]], au bas de la Fosse-Courbée. La population est invitée à économiser le gaz pour ménager les approvisionnements en charbon de l'[[Usine à gaz]]. Deux communiqués de l'Université de Rennes : "en raison de la difficulté des communications" les examens du baccalauréat sont différés. Pour la Faculté de Droit, les examens, qui ne devaient concerner que les étudiants de Rennes et de Lille, sont ouverts à tous à la faculté des Lettres, [[place Hoche]] et au Palais de Justice<ref>''L'Ouest-Éclair'' des, 16 et 17 juin 1940</ref>.
==Soudain, le bombardement==
15,458
edits

Navigation menu