Changes

From WikiRennes
Jump to: navigation, search

Michel Ange Mangourit

44 bytes added, 18 June
no edit summary
=== Révolutionnaire===
Il est le fils de Bernard de Mangourit et de Marguerite-Angélique Cairgnon de La Touche. Il est nommé lieutenant au bataillon garde-côte de Pontorson de 1770 à 1777.
Puis, il acquiert l'office de lieutenant criminel au présidial de Rennes mais selon une rumeur colporté colportée par le Suisse royaliste contre-révolutionnaire suisse Mallet du Pan dans le ''Journal de Perlet'' (en 1796), il aurait fabriqué de fausses affaires, lesquelles étaient payées en dédommagement par le Trésor royal. Il et aurait également été accusé de viol violé sur une jeune fille durant un interrogatoire , et n'aurait ayant échappé à la pendaison que par une fuite rapide.
En 1787, il publie diverses brochures jugées séditieuses par le parlement de Bretagne. Par sa feuille ''le Hérault de la Nation'', publiée de Pariset dont il est l'unique rédacteur, il informe pour juger de l’impact national du problème qui est au centre des affrontements de Rennes et plus généralement du débat suscité par la convocation des États Généraux : quelle sera la représentation du Tiers État face à celle des deux ordres privilégiés. <ref>[[Journée des Bricoles]]</ref> En 1788-1789, il en publie d'autres pour défendre la réforme du garde des Sceaux Lamoignon et soutenir le roi mais, le 14 juillet, il est parmi les insurgés lors de la prise de la Bastille. Le 28 juin 1791, il prononce un discours à l'Assemblée nationale , au nom de la section parisienne des Gravilliers soutenant leurs pétitions.
=== En missions multiples===
19,560
edits

Navigation menu