Square Germain Gautier

From WikiRennes
Jump to: navigation, search

Le square Germain Gautier se trouve entre la rue Champion de Cicé et la rue Jules Lallemand. Cet espace fut dénommé par délibération du conseil municipal de la ville de Rennes le 22 juillet 1960.

Le square Germain Gautier dans les années 70 (Archives de Rennes.255FI160)
Le square Germain Gautier en 2016

Germain Gautier

Une plaque de rue du square Germain Gautier
Square Germain Gautier

Germain Gautier est l'architecte du palais de justice de Rennes. Il est né à Paris le 19 janvier 1574, d'un sculpteur et de la sœur du sculpteur du roi, Germain Pilon. Il est décédé à Rennes le 11 mars 1624.

À 23 ans, Germain Gautier est maître sculpteur. À 38 ans (en 1609), il abandonne Paris pour Rennes où il devient contrôleur des œuvres de la ville, maintenant architecte municipal. Il écrit des rapports sur l'état des pavés ou des conduites d'eau, sur les réparations à effectuer aux fortifications de la ville et surveille la construction du bâtiment de la santé (1610), la construction du Pont-Neuf (aujourd'hui disparu depuis que la Vilaine est canalisée). Il participe à la vérification des écluses entre Messac et Rennes entre 1610 et 1615, à la construction de la pompe saint-Germain et à la reconstruction de l'hôpital Saint-Yves (la salle des malades, écroulée le 30 janvier 1617).

Il est directeur de la construction du transept de l'église Saint-Germain (1617 à 1623). Il dresse des plans pour divers bâtiments de la ville, dont ceux du Palais du Parlement de Bretagne.

A partir de 1618, il dirige la construction du palais du parlement de Bretagne (Palais de Justice), dont il choisit le site dès 1611. Son rôle fut obscurci par l'arrivée de l'architecte du palais du Luxembourg, reconnu par la rue Salomon de Brosse, qui passa douze jours à Rennes, transformant la façade du palais et les arcades de la cour intérieure. Cinq ans après le début des travaux, le rez-de-chaussée est en grande partie fini.

En janvier 1624, une voûte s'écroule sur le chantier du palais du parlement de Bretagne et le blesse grièvement. Il décède deux mois plus tard[1].

Notes et références

  1. Sources : Les gens de chez nous : notice biographique des personnages qui ont donné leur nom aux rues de Cleunay, Bernard Fournier,[1]

Sur la carte

Chargement de la carte...