Théâtre National de Bretagne

De WikiRennes

Le site de la future Maison de la Culture, au carrefour de l'avenue Janvier et de la rue Saint-Hélier, à l'emplacement d'un dépôt de mendicité devenu prison militaire. Ca 1955 (Archives de Rennes 255FI98)
L'imposant TNB, à l'angle de l'avenue Janvier et de la rue Saint-Hélier

D'abord Maison de la Culture, puis "Grand Huit", le bâtiment du Théâtre national de Bretagne a belle allure. l'édifice est implanté à l'emplacement de l'ancienne Maison de force, détruite en 1944. Cette prison, visible sur le plan Caze de la Bove revu en 1806, fut aménagée dans les locaux de l'ancien petit séminaire, devenu dépôt de mendicité en 1772. Issue des ambitions et des espoirs de la fin des années 60, la maison de la culture est un édifice emblématique de la fin du 20e siècle. Sa façade ondulante et vitrée crée un rythme original et fluide pour un édifice important situé en bordure d'une rue relativement étroite.[1] Édifié en 1968 par les architectes Jacques Carlu, Michel Joly et Patrick Coué. Il a rouvert en février 2008 après trois ans de travaux de rénovation. Le bâtiment compte trois salles de théâtre et deux salles de cinéma. La salle Jean Vilar compte 924 places, la salle Jean-Marie Serreau 260 places. En sous-sol, la salle Guy Parigot contient 120 places.

En 1940 naît la troupe des Jeunes comédiens de Georges Goubert et Guy Parigot. Avec une subvention de 8 millions de francs allouée par le ministère de l'Éducation nationale, et de 2 millions émanant la ville de Rennes, le Centre dramatique de l'Ouest naît le 2 novembre 1949, quatrième CDN à voir le jour, après le Centre dramatique de l'Est en 1946, la Comédie de Saint-Étienne en 1947, le Grenier de Toulouse en 1949.

Le Centre dramatique de l'Ouest est dirigé par Hubert Gignoux jusqu'en 1957 auquel succède une codirection assuré par Georges Goubert et Guy Parigot pour le Centre dramatique qui change de nom et devient la Comédie de l'Ouest.

En 1968 est créée la maison de la Culture de Rennes qui fonctionne grâce à une direction commune avec le Centre dramatique jusqu'au 31 décembre 1973. jusqu'en 1980 la direction de la Maison de la Culture est confiée à Chérif Khaznadar qui développe en parallèle des actions théâtrales. À partir du 1er janvier 1975, Guy Parigot occupe seule la direction de la Comédie de l’Ouest renommé « Théâtre du Bout du Monde – Centre dramatique national ». Il est accueilli en fin 1979 au sein de nouveau théâtre de la Parcheminerie.

En 1986 Pierre Debauche prend la tête des deux entités : la SARL Comédie de Rennes et l'association Maison de la Culture, réunis bientôt sous le nom de Grand Huit. Trois ans plus tard la Maison de la Culture ayant multiplié les événements (Carrefour des Régions d'Europe, Festival d'été, Festival des Arts électronique.) et ses charges, dépose le bilan. De nombreux licenciements, et une fermeture de 6 mois mettent un terme à l'aventureuse expérience du Grand Huit. L'association "Maison de la Culture" dissoute, seule demeure la SARL Centre Dramatique National, qui prend le nom de Théâtre National de Bretagne.


lien interne


lien externe

  1. Notice du plan local d'urbanisme de Rennes