Une étrange conférence à Rennes en mai 1944

From WikiRennes
Jump to: navigation, search
Dans l'Ouest-Eclair du 16 mai 1944
John Amery, un Anglais dissident

Le 11 mai 1944, une étrange conférence se tient à Rennes, au théâtre municipal. Au secours de la collaboration survient... un Britannique d'une famille connue et engagée, puisqu'il s'agit du fils de Léopold Amery, secrétaire d'Etat pour l'Inde dans le cabinet de Churchill, John Amery Wikipedia-logo-v2.svg, 32 ans. À Paris, il avait rencontré Jacques Doriot, [1] avec qui il voyagea en Autriche, en Italie et en Allemagne pour assister aux résultats du fascisme dans ces pays. Il participa à la guerre civile espagnole combattant du côté de Franco. Lors de l'invasion de l'URSS par l'Allemagne, avait publié en 1943 un livre, England and Europe, qui prônait la création d'une unité combattante, composée uniquement de volontaires anglo-saxons anti-communistes, qu'il baptisa : "Legion of St.George", pour combattre aux côtés de l'Allemagne. Seulement 300 prisonniers britanniques répondront à son appel pour former le "SS British Free Corps", en quelque sorte une LVF britannique, incorporée en 1944, comme la légion française, dans la Waffen SS mais qui ne fut pas combative.

La collaboration pense donc avoir en sa personne un remarquable exemple de la voie qu'elle préconise puisqu'il s'agit d'un Anglais et on met en avant le nom de Churchill. Le 13 mai, le journal rend compte des propos de John Amery venu à Rennes dans sa série de conférences. Il dit combattre non pas l'Angleterre, sa patrie qu'il aime profondément, mais la "clique ploutocratique qui la gouverne et son chef d'orchestre Winston Churchill". Prétendant parler au nom de millions d'Anglais, il dénonce aussi sa "minorité enjuivée" et ne manque pas de vanter les "admirables soldats de la Wehrmacht" qui combattent le "bolchevisme judéo-mongol". Le journal indique que "Très applaudi, M. John Amery reçut les remerciements de M. Guillemot qui traduisit, en termes excellents,les sentiments de l'auditoire". [2] Il ne semble pas que le conférencier ait tiré argument du tout récent bombardement britannique de Bruz<ref>[[Bombardement de Bruz du 8 mai 1944] Arrêté à Milan, John Amery assuma pleinement son comportement et fut donc condamné pour trahison et pendu à la prison de Wandsworth à Londres en décembre 1945.

Lien interne

  1. Attentat contre Doriot le 19 avril 1942
  2. René Guillemot, directeur des Nouvelles Galeries