Vallon Jules Verne

From WikiRennes
Jump to: navigation, search
Le sentier avant son aménagement en 2012 en tant que "vallon Jules Verne"
La face boisée de la rue Jules Verne en 2011, un sentier de randonnée passant en contre-bas du muret à gauche. Le quartier de la Courrouze au fond.
La partie basse du vallon Jules Verne.
Le quai où ont embarqué les derniers déportés du secteur.
En 1877, le secteur est peu urbanisé et le plan de Rennes ne montre encore aucune amorce de la rue, mais elle peut se deviner puisque son tracé va suivre - au sud du boulevard de Guines - la voie ferrée qui descend de l'arsenal pour frôler un moment la ligne Rennes-Redon (en bas à gauche).

Le vallon Jules Verne, situé au sud-ouest de Rennes, est le nom donné à l'ensemble boisé existant entre la voie ferrée reliant Rennes à Redon et la rue Jules Verne, au nord du quartier de la Courrouze. Cet espace fut dénommé par délibération du conseil municipal de la ville de Rennes le 19 janvier 2015, bien qu'il soit connu comme tel depuis bien longtemps.

Événements

Il s'agit d'un lieu chargé d'histoire. Dans la nuit du 2 août 1944, un train de déportés formé à la halte ferroviaire de la Courrouze part pour les camps en Allemagne en même temps qu'un autre à la Prévalaye. En juin 2013, un arbre du souvenir est planté dans le vallon Jules Verne en mémoire des déportés d'Ille-et-Vilaine[1].

Configuration du site, près de la rue Jules Verne

La rue Jules Verne compte parmi les rues les plus singulières de Rennes : à sa pente relativement forte combinée à une légère courbe, s'ajoute une physionomie double avec une rive à peu près dépourvue d'habitations faisant face à quelques maisons et à un centre de formation tout en bas. La présence du chemin de fer a préservé une bande de terrain, de surcroît en partie escarpé, de la pression immobilière et un bois a pu y croître et s'y maintenir. Il s'agit du vallon Jules Verne, sentier bien discret, qui permet de suivre la rue sur les deux-tiers de sa longueur avec des impressions de balade en forêt[2].

Dans le cadre du nouveau quartier de la Courrouze, cette zone restée sauvage a - comme la rue elle-même - été l'objet d'un aménagement ; à commencer par un baptême puisqu'elle devrait s'appeler le Vallon Jules Verne [3]; vallon qui desservira ledit quartier par une allée piétonne[4].

Une passerelle franchit la voie ferrée dans la partie haute de la rue ; elle facilite l'accès à la partie médiane de la rue de Nantes par la rue Mauconseil. L'extrémité haute du sentier débouche à son niveau.

Sur la carte

Chargement de la carte...
Vue dessinée du projet d'aménagement de la rue Jules Verne par l'architecte urbaniste Guy Henri en 1993. Archives de Rennes, cote 2367W80

Notes et références

  1. Exposition sur la Résistance présentée aux Archives d'Ille-et-Vilaine en juin 2013 et Article de Ouest-France du 24 mai 2013 sur le départ imminent d'un occupant demeurant depuis quelques années dans le vallon.
  2. L'auteur de cette section garde le souvenir d'une récolte de champignons aux allures de petits roses, mais comment dire ... pas réellement assez petits et pas du tout suffisamment roses, le pharmacien consulté l'ayant facilement dissuadé de les goûter.
  3. Dès les années 1990, le vallon fait partie intégrante d'un projet de liaison verte. Consulter à ce sujet les archives du syndicat intercommunal de la Courrouze, conservées aux Archives de Rennes, cote 2267 W http://www.archives.rennes.fr/archives-et-inventaires/actualite-des-fonds/genese-du-projet-de-la-zac-a-la-courrouze/
  4. http://metropole.rennes.fr/actualites/urbanisme-deplacements-environnement/urbanisme/le-vallon-jules-verne-un-chemin-de-campagne-dans-la-ville/

Lien interne

Le dernier train de résistants déportés