Balades sonores à Pont-Péan

De WikiRennes

La balade sonore de Pont-Péan

Pont-Péan Sons est une balade sonore créée en 2012, et inaugurée le 12 septembre 2013. Cette balade retrace l'histoire, le patrimoine de la commune de Pont-Péan, tant par des retours vers le passé à travers des témoignages, un conte, une chanson, mais également par une approche plus actuelle et d'un patrimoine différent avec l'écoute de la nature, des oiseaux. Ces friandises sonores sont un projet réalisé par 4 Pont-Péannaises de 13 ans accompagnées et aidées par un adulte et l'association CSF[1].


Pont-Péan sons


Télécharger les friandises

Découvrez les friandises ou téléchargez les depuis le site de Ponpéansons

Historique

Les balades sonores ont été développées au sein d'une association locale : la CSF. Des jeunes ont balisé des chemins de promenades sur la commune de Pont-Péan, afin de proposer un parcours de découverte, agrémenté de friandises sonores que les promeneurs peuvent emporter avec eux à l’aide d’un lecteur MP3 ou d’un téléphone portable.

Des balises invitent donc les promeneurs à écouter une création sonore originale et évolutive qui leur fera découvrir autrement le lieu où ils se trouvent, le territoire où ils vivent.

À l'initiative de ce projet, il y a tout d'abord la découverte du travail de "Territoires Sonores"[2], une structure associative basée à la maison des minéraux de Crozon, où se cache un projet de balades sonores de très belle qualité et diffusé via un site internet dédié. Ce site s'efforce de valoriser en plus d'un territoire paysagé, des valeurs de partage des connaissances et des compétences autour d'un site d'exception : le cap de la Chèvre dans le Finistère. Pont Péan sons s'inspire grandement du projet "Territoire Sonores" et y fait référence régulièrement, une façon aussi de tendre vers les mêmes objectifs éducatifs et la même éthique.

Le développement technique d'un projet comme celui-ci semble simple, cependant le faire vivre et l'entretenir implique en réalité de consacrer un vrai temps de conception d'où la dynamique de projet engagée.

La balade sonore est le fruit d'une année de travail, d'auto-formation, d'expérimentation, ponctuée par des rencontres régulières faites de captations, d'interviews, de nettoyages, de montages et de mixages sur informatique, de recherches de documentation, etc. Mais aussi le théâtre de rencontres enrichissantes avec des artistes, des professionnels qui ont apporté leurs conseils et leurs encouragements.

Pour cette première aventure sonore, la volonté fut de privilégier une grande diversité et originalité dans les contenus possibles. Ceci obligea les jeunes à faire des choix parmi les innombrables idées de friandises sonores qu'elles ont pu imaginer. Elles ont dû renoncer pour cette première balade à aller à la rencontre de personnes qu'elles auraient aimé rencontrer. Mais nous espérons tous que cette balade conduira d'autres personnes à vouloir l'enrichir de nouveau et à contribuer à la naissance d'une dynamique locale en matière de valorisation du patrimoine, par la création de nouvelles friandises sonores, disséminées sur le territoire.

Des particularités très originales : un projet de jeunes, scientifique et culturel

La mise en œuvre par les jeunes de ces balades sonores implique la création de bandes sonores appelées friandises sonores. Ces bandes sonores se distinguent radicalement d’enregistrements de type « audio-guide », car elles se veulent insolites, instructives ou poétiques, et pas nécessairement à but pédagogique.

Ces "bonbons", faits de sons à déguster, invitent à ponctuer la balade d’enregistrements, concoctés par les balado-créateurs du projet « pontpeansons ». Les jeunes Pont-Péannaises volontaires de 13 ans se sont avant tout expérimentalement formées au captage de sons très variés, aux techniques de l’interview et au montage sonore sur informatique. Ces jeunes sont parties à la rencontre de Pont-Péannais de toutes générations ayant des choses à faire partager pour mieux découvrir ce territoire recelant des trésors bien cachés. Ce type de projet est encore très rarement développé en France et unique en ce qui concerne l’implication de jeunes de 10-15ans.

Les sujets de ces enregistrements sont volontairement les plus divers possible, à la fois pour rendre le travail de balado-création le plus varié et le plus épanouissant possible pour les jeunes impliqués, mais aussi pour offrir aux promeneurs une diversité suffisante pour surprendre, distraire, rendre plus curieux de son territoire.

Les créations sonores originales permettent une ouverture vers l’art numérique au service d’une valorisation du patrimoine dans sa dimension historique évidemment, compte tenu des richesses locales (humaines et architecturales), et pas seulement minières. Elles offrent aussi l’opportunité d'une valorisation d’un patrimoine actuel et moderne, à travers les ressources humaines très diverses présentes sur le territoire. Le média utilisé permet aussi une valorisation originale du patrimoine artistique du territoire mais aussi du patrimoine écologique naturel (patrimoine écologique sonore)s’inscrivant ainsi dans une démarche collaboratrice complémentaire aux actions de sensibilisation qui peuvent déjà traditionnellement être menées pour la préservation locale de sites à protéger et à valoriser.


En définitif ce projet est :

Un projet de sciences expérimentales : C’est par la démarche expérimentale que les jeunes appréhendent l’ensemble des paramètres techniques, comportementaux, environnementaux propices au captage sonore adapté à chaque situation.


Un projet culturel et patrimonial : Les jeunes, par leurs créations sonores, se sont attachés à conserver une mémoire locale dans le domaine du chant, des arts et des traditions locales. Le patrimoine concerné peut être immatériel comme matériel, à travers notamment la richesse architecturale et historique locale (Pont-Péan fut la plus grande mine de plomb d’Europe de la fin du XIXe siècle).


Un projet artistique : Les jeunes se sont employés à construire des environnements sonores permettant d’ajouter des sensations originales à l’intérêt suscité par le cheminement.


Un projet à caractère environnemental : Les jeunes ont, pour certaines créations sonores, déployés des compétences issues de l’expérimentation sur le terrain, dans le domaine de la captation sonore en milieu naturel. Leur sensibilisation et l’accompagnement qui leur étaient proposés, les ont guidés vers les techniques de « Field recording ».


Les enregistrements créés pourront par exemple inviter à une sensibilisation originale des milieux naturels traversés, à travers leur identité sonore, dépouillés de la pollution sonore induite de l’activité humaine parasite, sans un souci de protection.

Les objectifs éducatifs particulièrement défendus par la C.S.F.

Association CSF

Les valeurs éducatives défendues par ce projet et en cohérence avec les missions de l’association C.S.F. sont d’offrir un moyen original et populaire de créer du lien entre ceux qui ont la connaissance du territoire et ceux qui sont curieux d'en savoir plus.

  • Offrir une occasion de valoriser des trésors du patrimoine ancien comme moderne du territoire, qu'ils soient sous la forme de témoignages, d'interviews ou de créations sonores faites pour l'occasion, et ainsi rendre compte de la richesse locale sous toutes ses formes.
  • Offrir une manière libre et variée de partager ces données via un média aujourd'hui accessible au plus grand nombre : internet. Nous adoptons le principe des contrats Creative Commons afin de clarifier les droits et les devoirs des téléchargeurs. Ces contrats facilitent l'utilisation des œuvres produites.
  • Mettre pour cela les jeunes en situation de créateur, d’acteur, mais sur la base d’une véritable approche expérimentale et sensible, intégrer à la fois à une rigoureuse méthodologie de projet scientifique et à la découverte d’un processus de création artistique tout autant structuré.


Les objectifs pédagogiques en directions des jeunes impliqués

La première phase de ce projet induit la réalisation des premières bandes-sons par des jeunes de la commune.

Ce projet vise à :

  • contribuer à rendre les jeunes autonome sur le plan technique et méthodologique afin d’aller au bout de leur envie en ayant la maîtrise du projet dans toutes ses composantes et sur toute sa réalisation et sa conception.
  • les rapprocher eux aussi du patrimoine de leur lieu de vie, les inviter à aller à la rencontre des compétences et des personnes ressources capables de leur offrir connaissances et compétences.
  • les rendre acteurs de la construction de cette mémoire sonore.
  • vouloir, par l'expérimentation, leur apporter un savoir-faire, ou tout du moins une belle expérience dans les domaines du son et du journalisme, intégrant l'usage de l'outil informatique.


La charte

Une charte établie dans le cadre de ce projet a assuré une implication cohérente de tous les acteurs de ce projet autour des valeurs partagées et respectées par tous.

Cette charte a assuré aussi une mise en ligne sur internet des enregistrements sonores pour les mettre à disposition de tout à chacun et que ce travail soit respectueux des règles de déontologie élémentaire en matière de propriété des œuvres produites, la protection de la vie privée et le respect de chacun.


La formation des jeunes

La mise en œuvre de ces bandes sons implique un accompagnement des jeunes balado-créateurs et la mise en œuvre préalable de toute une démarche de formation basée sur une pédagogie de projet intégrant toute une dimension expérimentale.

C’est donc sur le terrain que les jeunes ont appréhendé les techniques de captage sonore à l’aide d’un enregistreur numérique performant.

Leur liberté créatrice fut le moteur des objectifs de création sonore mis en œuvre, ils étaient donc amenés à appréhender les techniques d’interview, d’enregistrement de témoignages, de musique, d’ambiance naturelle ou de création sonore personnelle. Ils ont été ensuite invités à manipuler des programmes informatiques de montage sonore.

Mais la formation des jeunes est passée aussi par la rencontre avec des professionnels, tant sur le plan technique, que sur le plan artistique. Ces formations ont été soit des interventions de médiateurs extérieurs, soit totalement intégrées au projet à travers les partenariats conventionnés avec d’autres acteurs associatifs ou des institutions (exemple de la collaboration avec un enseignant de l’école de musique Rive sud autour de leur laboratoire MAO : musique assistée par ordinateur, rencontre avec des artistes plasticiens sonores tels le collectif rennais superstrat ou encore les médiateurs de l’espace d’art contemporain du Bon Accueil).


Des partenariats divers – des rencontres utiles

Ce projet a certes permis la rencontre entre des habitants de toutes générations désireux de partager un peu de leurs savoirs ou de leur savoir-faire. Il a permis une rencontre intergénérationnelle au service d’une conservation d’une mémoire locale.

Mais d’autres acteurs ont été identifiés pour contribuer à la formation des jeunes balado-créateurs, offrant ainsi un savoir-faire mutualisable et diffusable. Ceci a permis ainsi d'assurer progressivement une formation technique ou artistique dynamique et efficace des jeunes impliqués.

C’est déjà le cas notamment du centre d’art contemporain, le Bon accueil, désireux de former les jeunes à la notion de patrimoine écologique sonore, allant de sensibilisation auditive, à la captation technique des sons et enfin à l’exploitation artistique des sons récoltés. Ce partenariat a l’ambition de s’étendre à la mise en place de rencontres sur terrain avec des artistes, formant les jeunes par exemple à la fabrication et l’utilisation de micro capteur permettant de saisir le son produit par les objets.

C’est aussi le cas de l’école intercommunale de musique RIVE SUD, conventionnant la mise à disposition de matériel et d’échanges de compétences pour la formation technique des jeunes en MAO (musique assistée par ordinateurs) pour leur donner les moyens de manipuler et de mixer à loisir les sons récoltés.

Le service de médiation des archives sonores de la Ville de Rennes a ouvert ses locaux à l’équipe de balado-créateurs afin de les sensibiliser aux techniques d’interview et de récolte de témoignages sonores. Une occasion aussi de découvrir les archives sonores de la Ville et ainsi de pouvoir contribuer à les enrichir par les fichiers sons originaux générés par ce projet. Ces rencontres seront aussi l’occasion de se former à la question des droits et des autorisations à mettre en œuvre dans le cadre de la loi en matière de droit d’auteur. Ce sont enfin des rencontres diverses programmées avec des artistes sonores (collectif superstrat), et de professionnels de la captation sonore.


Les partenaires :

Lien interne

Découvrez les friandises : Friandises pontpeansons balade sonore


Liens externes

  1. Site CSF 35
  2. Projet Territoire Sonore