Écluse Chapelle-Boby : Différence entre versions

De WikiRennes

(Galerie cartes postales)
m (Notes : féminin)
Ligne 26 : Ligne 26 :
  
 
* Il existait selon [[Paul Banéat]] une ''maison de la Chapelle-Boby'' au niveau du 113 de ''l'avenue du Mail-Donges'', actuellement [[avenue Aristide Briand]]. Attestée en [[1550]], elle appartenait à la famille '''Boby''' en [[1695]].
 
* Il existait selon [[Paul Banéat]] une ''maison de la Chapelle-Boby'' au niveau du 113 de ''l'avenue du Mail-Donges'', actuellement [[avenue Aristide Briand]]. Attestée en [[1550]], elle appartenait à la famille '''Boby''' en [[1695]].
* En [[1746]], un conflit à propos d'insultes proférées entre Perrine Marchand et François Lenoir, savetier, révèle que le lieu-dit de la Chapelle Boby n'était pas considéré banalement et était probablement mal fréquenté : ''Là voilà la bougresse qui fait crier harault sur moi ! Cela ne convient qu'à des putains et à des maquerelles de faire crier harault sur un honneste homme comme moy. Il conviendrait mieux qu'elle fût à la Chapelle Boby'', sont les propos dudit Lenoir, le 24 janvier 1746, que rapportent François Carault, 30 ans, tapissier, douves de la Visitation, et François Fouquet, 35 ans, veuve Cocquet, brodeuse, tandis que Marguerite Gueudé, autre brodeuse, dit qu'il ''ajouta qu'elle eut mieux aimé estre à la Chapelle Boby''<ref>Archives départementales d'Ille-et-Vilaine : cote 2B 464.</ref>.
+
* En [[1746]], un conflit à propos d'insultes proférées entre Perrine Marchand et François Lenoir, savetier, révèle que le lieu-dit de la Chapelle Boby n'était pas considéré banalement et était probablement mal fréquenté : ''Là voilà la bougresse qui fait crier harault sur moi ! Cela ne convient qu'à des putains et à des maquerelles de faire crier harault sur un honneste homme comme moy. Il conviendrait mieux qu'elle fût à la Chapelle Boby'', sont les propos dudit Lenoir, le 24 janvier 1746, que rapportent François Carault, 30 ans, tapissier, douves de la Visitation, et Françoise Fouquet, 35 ans, veuve Cocquet, brodeuse, tandis que Marguerite Gueudé, autre brodeuse, dit qu'il ''ajouta qu'elle eut mieux aimé estre à la Chapelle Boby''<ref>Archives départementales d'Ille-et-Vilaine : cote 2B 464.</ref>.
 
*Une ''carrière de la Chapelle-Boby'' est possédée par l'entrepreneur [[François Cavar]] dans les années 1850. Il s'en sert notamment vers 1858 pour l'entretien du [[chemin des Gayeulles]]<ref>Source : [http://patrimoine.region-bretagne.fr/main.xsp Le portail des patrimoines de Bretagne (Glad)]</ref>.
 
*Une ''carrière de la Chapelle-Boby'' est possédée par l'entrepreneur [[François Cavar]] dans les années 1850. Il s'en sert notamment vers 1858 pour l'entretien du [[chemin des Gayeulles]]<ref>Source : [http://patrimoine.region-bretagne.fr/main.xsp Le portail des patrimoines de Bretagne (Glad)]</ref>.
  

Version du 11 janvier 2018 à 17:57

Au nord, un tronçon de la rue de Paris, après l'octroi et, au sud, la Vilaine récemment canalisée dans la campagne en approche est de la ville, avec l'écluse de la Chapelle Boby. Plan E. Gaboriaud de 1854 (archives municipales de Rennes)
L'écluse dans le quartier vers 1900
Quand les gabares naviguaient sur le canal (Ouest-Eclair, 8 novembre 1937
Septembre 1937, 2600 pêcheurs en amont et en aval de l'écluse de la Chapelle Boby (Ouest-Eclair du 27 septembre 1937)
La Chapelle-Boby en 2011 avant le dégagement de la végétation alentour


L’écluse Chapelle-Boby est un vestige, visible à l'est de Rennes près du passage de Strasbourg, d'un projet de liaison des eaux de Rennes à celles de Laval Wikipedia-logo-v2.svg, vers 1860, à partir d'une partie canalisée de la Vilaine. Elle tire une partie de son nom de l'existence à proximité d'un lieu-dit "La Chapelle". Un lotissement, visible sur le plan de 1890, fut réalisé après la construction du boulevard de Strasbourg et du boulevard Jeanne d'Arc, sur les terres de l'ancien manoir de la Chapelle-Boby. Les terrains, dits Pré Bouillon et Champ Réaux, avaient été acquis par l'architecte Folie et l'entrepreneur Hogrel, en 1876. Exploités pour en extraire du sable, ces terrains avaient été revendus après l'ouverture du boulevard Jeanne d'Arc.

Étienne François, Marie Boby de la Chapelle, originaire d'une famille bretonne de commerçants, (3 octobre 1786 - 10 janvier 1867), après avoir été nommé préfet de Seine-et-Marne le 23 août 1830, fut nommé, par ordonnance du 11 juillet 1836, préfet d'Ille-et-Vilaine et acquit une popularité politiquement incorrecte au point qu'après une année, il fut muté, par ordonnance du 28 juillet 1837, comme préfet du Lot, à Cahors[1].

Au maintien de l'écluse, témoin du canal disparu, qui aurait été entourée d'une rambarde en fer forgé, la Ville a préféré, à l'occasion de la poursuite de l'aménagement de l'axe est-ouest achevé dans ce secteur en 2014[2], un chemin piétonnier dallé encastré, ne gardant que ses deux bords longitudinaux en granit avec incorporation des portes de l'ancienne écluse, conduisant d'un passage pour piétons à un autre. Un panneau explicatif rappelle l'écluse[3].

Canal de Boby

Dans Les années 50 en Ille-et-Vilaine, le hors-série du journal Ouest-France 2005, est évoquée, page 20, la vie d'Alphonse Debray, marinier de Redon, transportant de Dinan à Rennes de la pâte à papier, du charbon et du sable. Il raconte également :

« Du 1er au 15 août 1954, j'ai dragué 3000 m3 de vase dans une partie de la Vilaine à Rennes, entre les ponts de Châteaudun et de Strasbourg, où à l'époque il y avait un canal, dit de Boby. J'avais installé une grue à bord du chaland. C'était vraiment un chantier exceptionnel. »

— Alphonse Debray, marinier
Origine : Ouest-France hors-série : Les années 50 en Ille-et-Vilainelicence

À l'emplacement de l'écluse en 2016 : une entaille en forme de longue nef

Notes

  • Il existait selon Paul Banéat une maison de la Chapelle-Boby au niveau du 113 de l'avenue du Mail-Donges, actuellement avenue Aristide Briand. Attestée en 1550, elle appartenait à la famille Boby en 1695.
  • En 1746, un conflit à propos d'insultes proférées entre Perrine Marchand et François Lenoir, savetier, révèle que le lieu-dit de la Chapelle Boby n'était pas considéré banalement et était probablement mal fréquenté : Là voilà la bougresse qui fait crier harault sur moi ! Cela ne convient qu'à des putains et à des maquerelles de faire crier harault sur un honneste homme comme moy. Il conviendrait mieux qu'elle fût à la Chapelle Boby, sont les propos dudit Lenoir, le 24 janvier 1746, que rapportent François Carault, 30 ans, tapissier, douves de la Visitation, et Françoise Fouquet, 35 ans, veuve Cocquet, brodeuse, tandis que Marguerite Gueudé, autre brodeuse, dit qu'il ajouta qu'elle eut mieux aimé estre à la Chapelle Boby[4].
  • Une carrière de la Chapelle-Boby est possédée par l'entrepreneur François Cavar dans les années 1850. Il s'en sert notamment vers 1858 pour l'entretien du chemin des Gayeulles[5].

Références

  1. Rennes Moderne, t.2, par A. Marteville - 1849
  2. http://www.fluvialnet.com/murmures-actualites-une-ecluse-sort-des-ronces-a-rennes/8315
  3. L'association « Les amis du patrimoine rennais » a reçu le en octobre 2010 une lettre adressée par Monsieur Philippe Boby de la Chapelle. Celle-ci sollicite le soutien de l'association pour que la Ville de Rennes réalise ce qui lui a été promis en 2009, à savoir le nettoyage des abords de l'Écluse de la Chapelle-Boby, et le signalement par un panneau indicatif du Passage de la Chapelle Boby (près du du Pont de Strasbourg) en précisant les dates de sa construction et de son origine.
  4. Archives départementales d'Ille-et-Vilaine : cote 2B 464.
  5. Source : Le portail des patrimoines de Bretagne (Glad)

Liens externes

Écouter la rubrique de Joël David sur France Bleu : https://www.francebleu.fr/player/export/reecouter/emission?content=14c304d5-61ba-487a-8afd-8d1cc0cb6008

Commons-logo.svg

Wikimedia Commons propose des documents multimédia libres sur « Écluse de la Chapelle-Boby ».

Géolocalisation

Chargement de la carte...


Galerie cartes postales

Ecluse de la Chapelle Boby. E. Mary-Rousselière 1078, voyagé 1907. Coll YRG et AmR 44Z1723
Ecluse du Gué de Baud. Carte postale Tesson (MTIL 74). Coll YRG et AmR 44Z2088





Toutes les cartes de la Collection YRG avec l'Index cartes postales ou le mot clé YRG dans le moteur de recherche de WikiRennes.

Pour déambuler dans les rues de Rennes, son histoire et la collection, cliquer ici 237 ou ici 215

.