1169, Geoffroy, fils du roi d'Angleterre , couronné duc de Bretagne à Rennes

De WikiRennes


Geoffroy Plantagenêt (23 septembre 1158 - 19 août 1186), est le fils du roi d’Angleterre, duc de Normandie et comte d’Anjou Henri II Plantagenêt, et d’Aliénor d’Aquitaine.

Le contexte : emprise sur la Bretagne

Grâce à l’appui d'Henri II, roi d’Angleterre depuis 1154, une armée anglo-bretonne réussit à vaincre Eudon II de Porhoët, qui sera chassé en 1156. La dynastie de la maison Plantagenêt en profite pour prendre pied en Bretagne. Proclamé duc en 1156, Conan IV doit abdiquer en 1166 quand Henri II envahit la Bretagne à la tête d'une armée et dévaste les villes insurgées dont Fougères et son château. Pour mieux contrôler la Bretagne, dont il a conquis de nombreuses places en 1168, Henri II (dont un des fils est Richard Cœur de Lion), fiance deux enfants : son fils Geoffroy âgé de 7 ans et l’héritière Constance, fille de Conan IV, âgée de 4 ans, et se fait reconnaître comme gardien du duché jusqu’à la majorité de Geoffroy.

Geoffroy II, duc de Bretagne,portrait figurant dans une généalogie du 14e siècle

Le couronnement ducal

En l'été 1169, le jeune Geoffroy - il a dix ans - va être couronné duc à Rennes. La traditionnelle cérémonie va se dérouler. Accompagné de son père il se présente aux portes Mordelaises dont le pont-levis ne s'abaisse qu'une fois prêté le serment à l'évêque, en présence du chapitre :

"Vous jurés à Dieu la foy catholique, et l'église de Bretaigne en ses libertés défendre et garder; les barons et les nobles de Bretaigne et leurs libertés observer et à peuple de Bretaigne vraie justice à votre povair exhiber."

Ayant répondu "Ainsi le jure", la porte s'ouvre au duc et à son cortège. L'évêque Alain conduit le duc à la cathédrale où il reste toute la nuit. Au matin il fut conduit au château ducal, près de la porte Chatelière, où il se reposa jusqu'au moment où une procession en chappes vint le quérir pour se rendre à la grand-messe. Derrière l'évêque suivaient les barons, les nobles et le peuple. Après diverses prières en la cathédrale, deux chanoines chargés de l'épée et du cercle ducal entourèrent le duc agenouillé à son accoudouer, en compagnie de deux évêques, et l'évêque de Rennes entonna le Veni Creator suivi de diverses oraisons puis bailla au duc l'épée bénite et lui posa le cercle ducal sur la tête qui lui est " baillé au nom de Dieu et de Monseigneur Saint Pierre, lui" faisant devoir par bon gouvernement de voustre seigneurie à la exaltation de la foy, protection de l'église et deffense de vos subgets..." Le duc prêta serment puis il reçut à son accoudouer l'hommage de chaque baron s'agenouillant et mettant une main dans la sienne et répondant au duc "je le jure" qui leur demandait de reconnaître qu'il était son homme lige, chacun recevant ensuite le baiser ducal sur la bouche.

Après la messe, le duc fut conduit au palais épiscopal proche de la cathédrale et un homme cria : "Le duc tiendra cour ouverte et ceux qui voudront assister à son dîner n'en seront pas empêchés." [1]

Un bref règne

Le mariage de Geoffroy et de Constance, fille de Conan-le-Petit, eut lieu en 1182 et Henri II exigea un nouvel hommage et légua cents marcs d'argent à l'abbaye de Saint-Sulpice-lez-Rennes. Mais le duc Geoffroy eut bientôt maille à partir avec son père contre lequel il se révolta momentanément en compagnie de ses frères. En 1183, les troupes de Henri II revinrent en Bretagne, assiégèrent la tour de Rennes, l'incendièrent puis la rétablirent en y laissant une garnison mais les troupes de Geoffroy II la cernèrent et la garnison se rendit, craignant l'incendie[2].

Pendant son bref règne il fit rédiger, en 1185 par une assemblée de juristes, un texte, l’Assise au Comte Geoffroy, qui visait à limiter la division des grands fiefs, ce qui lui valut la faveur des barons. S'étant rebellé contre son père Henri II qui refusait de l'investir de l'Anjou, il se réfugia à la cour de France. Il mourut des blessures reçues dans un tournoi à Paris.

Références

  1. Histoire de Rennes, pp. 75 à 80, Émile Ducrest de Villeneuve et D. Maillet. Edouard Morault, libraire. Rennes - 1845
  2. Histoire des villes de France,t.1, p.36 Aristide Guilbert. 2d. Furne et Cie, Perrotin, H. Fournier -1844