Difference between revisions of "Aire urbaine"

From WikiRennes
Jump to: navigation, search
m
 
Line 30: Line 30:
 
<ref>INSEE du 14/01/2014</ref>. L’aire urbaine de Rennes, '''10e plus grande aire urbaine française''', profite d’un dynamisme économique qui attire une population active relativement jeune pour des emplois plus qualifiés. Parmi les grandes aires urbaines, certaines ont connu une augmentation rapide de l’emploi entre 2007 et 2012 (Rennes, Nantes, Bordeaux, Toulouse, Lyon), tandis que d’autres voyaient l’emploi baisser (Douai-Lens, Rouen, Strasbourg, Nice, Toulon).  
 
<ref>INSEE du 14/01/2014</ref>. L’aire urbaine de Rennes, '''10e plus grande aire urbaine française''', profite d’un dynamisme économique qui attire une population active relativement jeune pour des emplois plus qualifiés. Parmi les grandes aires urbaines, certaines ont connu une augmentation rapide de l’emploi entre 2007 et 2012 (Rennes, Nantes, Bordeaux, Toulouse, Lyon), tandis que d’autres voyaient l’emploi baisser (Douai-Lens, Rouen, Strasbourg, Nice, Toulon).  
  
C'est la 3e aire urbaine étudiante de France avec près de 8 étudiants pour 100 habitants.
+
En matière d''''attractivité''' , l'aire urbaine de Rennes est classée en 2019 '''4e''' des 45 aires urbaines françaises, derrière celles de Lyon, Toulouse et Nantes. <ref>''Le Baromètre. Attractivité et dynamisme des métropoles françaises''. Édition 2019. Arthur Loyd </ref>
 +
 
 +
C'est aussi la 3e aire urbaine étudiante de France avec près de 8 étudiants pour 100 habitants.
  
 
=== Aire urbaine de Rennes et Bretagne===
 
=== Aire urbaine de Rennes et Bretagne===

Latest revision as of 19:44, 8 November 2019


Aire urbaine de Rennes

L'aire urbaine englobe la ville de Rennes et l'aire métropolitaine
Les 43 communes de l'aire urbaine de Rennes
En vert les aires urbaines championnes de la croissance. (source: CAIRN. Population & avenir. Villes de France en pleine recomposition. 15 mai 2016/1.n° 726)
Les aires urbaines [1]

Pour déterminer l'aire urbaine ce n’est plus la morphologie qui est prise en compte (continuité du tissu bâti dans la notion d'unité urbaine) mais la polarisation par l’agglomération de l’espace qui l’environne. Elle tient compte de l’évolution des modes de vie, des phénomènes de péri-urbanisation et de l’allongement des mobilités domicile-travail.

La grande aire urbaine est un ensemble de communes d'un seul tenant et sans enclave, constitué par un pôle urbain comptant plus de 10 000 emplois et par des communes rurales ou unités urbaines (couronne périurbaine) dont au moins 40% de la population résidente ayant un emploi travaille dans le pôle urbain ou dans les communes attirées par celui-ci. (définition de l'INSEE)

Image nocturne par satellite des lumières artificielles en France : l'aire urbaine de Rennes est bien visible

L’aire d’influence de Rennes s’est élargie depuis près de 40 ans pour concerner aujourd’hui près de 200 communes. L’aire urbaine 2006, calculée avec le critère classique (40 % des actifs travaillant dans une autre commune de l’aire urbaine) atteignait 169 communes. L’aire urbaine « renforcée » (ratio de 50 %), le cœur de l'aire, comporte 92 communes et 500 000 habitants[2]. 13 communes constituent le pôle urbain central et 177 forment la couronne périurbaine, soit au total 3750 km2, représentant 55% de la surface départementale au lieu de 37,4% en 1999. L'aire urbaine de Rennes comporte 67,5% de la population de l'Ille-et-Vilaine contre 60 % en 1999 alors que celle-ci a augmenté de 18% pendant la même période[3]. Elle représente un peu moins du quart de l’emploi breton mais concentre 45 % de la croissance régionale de l’emploi” explique l’INSEE. En 2012 elle regroupait 190 communes. Elle comportait 700 000 habitants, 270 000 personnes vivant dans des communes situées en dehors de l’agglomération. Il s’agit le plus souvent de petites communes, une soixantaine a moins de 1 000 habitants ; une dizaine de plus de 5 000 habitants (Janzé, Guichen, Bain-deBretagne, Liffré, Châtaugiron, Montfort-sur-Meu, Châteaubourg, Melesse, Noyal-sur-Vilaine, Bréal-sous-Montfort). Les taux de croissance moyens annuels des communes de l’aire urbaine hors Rennes Métropole restent élevés. 36 communes sur 147 connaissent des taux supérieurs à 2,5 %. Le taux moyen annuel de croissance sur la période 2007 – 2012 était de 1,8 %[4].

Emploi conception-recherche.gif
Évolution de l'emploi des 25 à 54 ans de 2006 à 2011 (source: pole-emploi.org)

L'aire urbaine de Rennes parmi les aires françaises

Au 1.01.1999, l'aire urbaine de Rennes était 12e avec 521 183 h. sur 140 communes. Elle était en 2012 la 10e avec 690 427 h [5] sur 190 communes et 303 000 emplois. La variation relative annuelle sur la période 2008-2013 a été de +1,4%, deuxième en importance avec celle de Toulouse, derrière celle de Montpellier (+1,5%) et devant celle de Bordeaux (1,3%) et de Nantes,(1,2%)[6]. La population légale 2016 est 727 000 habitants. Le nouveau zonage des aires urbaines par l'INSEE en 2011 classe l'aire de Rennes parmi les quatre dont l'extension en périurbanisation (plus de 50% en 10 ans) et en densification est la plus forte avec celles de Lyon, Bordeaux et Nantes. Le taux de croissance annuelle de l'aire urbaine depuis 2006 a été de 1,29%, deuxième en France derrière celui de Toulouse (1,34%) et devant celui de Montpellier(1,18%)[7].

Évolution de l'emploi des 15-64 ans de 2008 à 2013 (INSEE. Calcul France Stratégie. 7 juillet 2016)

Entre 2007 et 2013, en valeurs absolues, l'aire urbaine de Rennes s'est accrue de 55 350 habitants, se classant 5e en accroissement derrière celles de Lyon (+139 469), Toulouse (+103 831), Bordeaux (+80 054), Nantes (+ 60 077)[8]. Elle est la 10e aire urbaune française.

"Les cinq aires urbaines les plus dynamiques sont situées à l’ouest ou au sud-ouest du pays : Toulouse, Nantes, Rennes, Montpellier et Bordeaux. Les couronnes sont souvent très étendues : 30 km autour de Nantes, Rennes ou Montpellier." [9]. L’aire urbaine de Rennes, 10e plus grande aire urbaine française, profite d’un dynamisme économique qui attire une population active relativement jeune pour des emplois plus qualifiés. Parmi les grandes aires urbaines, certaines ont connu une augmentation rapide de l’emploi entre 2007 et 2012 (Rennes, Nantes, Bordeaux, Toulouse, Lyon), tandis que d’autres voyaient l’emploi baisser (Douai-Lens, Rouen, Strasbourg, Nice, Toulon).

En matière d'attractivité , l'aire urbaine de Rennes est classée en 2019 4e des 45 aires urbaines françaises, derrière celles de Lyon, Toulouse et Nantes. [10]

C'est aussi la 3e aire urbaine étudiante de France avec près de 8 étudiants pour 100 habitants.

Aire urbaine de Rennes et Bretagne

L'aire urbaine de Rennes, la 10e sur 240, réunit plus de 21% de la population bretonne et 24% des emplois régionaux, allant jusqu'à aspirer des populations actives de départements limitrophes. La zone d'emploi génère 32,2% de la masse salariale régionale, comporte près de 40% des cadres fonctionnels métropolitains et le tiers des chercheurs de la région. Cependant le poids démographique de l'aire urbaine de la capitale bretonne est plutôt faible dans sa région et son poids par rapport à la région la classe 14e sur 21 en France. Le poids de l'aire de Rennes par rapport à l'ensemble de l'emploi régional est de 21%, à comparer avec ceux de Toulouse (43%), Strasbourg (41%) Rouen (36%), Bordeaux, Marseille, Lyon et Clermont-Ferrand à 35%, Lille 29%), Nantes (25%). Pour le poids économique, il en est de même : Par rapport à la région, les 32,2% de Rennes sont à comparer avec les 64% de Toulouse, les 48% de Bordeaux, les 47% de Rouen, les 38% de Lyon et les 36% de Nantes. De même le rapport de l'aire urbaine de Rennes (700 675 h) avec celle de la 2e ville la plus peuplée de la région (Brest, 314 844 h) est de 2,2, la classe au 11e rang. On constate donc que le poids de la métropole rennaise en Bretagne est relativement inférieur à celui d'autres métropoles dans leurs régions[11].

Évolution des populations des aires urbaines entre 2006 et 2013 : celle de Rennes dans le peloton de tête avec celles de Nantes, Bordeaux, Toulouse, Montpellier et Lyon. En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/smart-cities/article/2017/11/17/une-carte-de-france-des-territoires-qui-gagnent-et-des-territoires-qui-perdent_5216695_4811534.html#2UfGo1kM6YWxihOP.99 .(Infographie Le Monde)
Répartition par tranches d'âge.Sources : Insee ( au 01/01/2011) et au 01/01/2016)









Notes et références

  1. Carte de l'INSEE d'après le recensement de 2006
  2. Identification des bassins de vie en Ille-et-Vilaine. AUDIAR mars 2010
  3. Octant analyse; Insee Bretagne, octobre 2011
  4. Audiar PDU
  5. Le zonage en aires urbaines 2010 INSEE oct 2011
  6. Tableau de l'économie française, édition 2016. INSEE
  7. AUDIAR, agence d'urbanisme et de développement de l'intercommunalité de l'agglomération rennaise
  8. Tableau de l'économie française. Villes de France - 2016
  9. INSEE du 14/01/2014
  10. Le Baromètre. Attractivité et dynamisme des métropoles françaises. Édition 2019. Arthur Loyd
  11. Dossier Rennes et la Bretagne, dans Place Publique, n°38 _ nov. déc. 2015

Lien interne