Difference between revisions of "Antoinette Caillot"

From WikiRennes
Jump to: navigation, search
(Qui est-elle?)
Line 10: Line 10:
 
Elle étudie à Rennes, de fille Charles Juillard cordonnier et d'Antoinette Demay piqueuse de bottines.
 
Elle étudie à Rennes, de fille Charles Juillard cordonnier et d'Antoinette Demay piqueuse de bottines.
  
Antoinette fait la connaissance de Louis Caillot (1847 – 1896), Directeur-Gérant de l'Imprimerie Rennaise, dont l'oncle Aristide-Dominique Caillot (1824 – 1890), est le propriétaire de l'Imprimerie Rennaise, imprimerie officielle de la Préfecture d'Ille-et-Vilaine, située au 5, rue Bourbon (rue [[Edith Cavell]]), ainsi que du journal L'Avenir de Rennes. Ce journal républicain, fondé en 1870, par Bertrand Robidou (1818 – 1897), un ancien instituteur devenu Rédacteur en Chef de L'Avenir de Rennes. Ce journal se dit politique, littéraire, commercial et agricole, est plutôt influent et libéral.
+
Antoinette fait la connaissance de Louis Caillot (1847 – 1896), Directeur-Gérant de l'Imprimerie Rennaise, dont l'oncle Aristide-Dominique Caillot (1824 – 1890), est le propriétaire de l'Imprimerie Rennaise, imprimerie officielle de la Préfecture d'Ille-et-Vilaine, située au 5, rue Bourbon ([[rue Edith Cavell]]), ainsi que du journal L'Avenir de Rennes. Ce journal républicain, fondé en 1870, par Bertrand Robidou (1818 – 1897), un ancien instituteur devenu Rédacteur en Chef de L'Avenir de Rennes. Ce journal se dit politique, littéraire, commercial et agricole, est plutôt influent et libéral.
  
 
Elle l'épouse en 1878 Louis Gustave Caillot le 23 septembre à la mairie de Rennes.
 
Elle l'épouse en 1878 Louis Gustave Caillot le 23 septembre à la mairie de Rennes.
 
En juillet 1890, suite au décès du directeur du Journal, Aristide-Dominique Caillot et du départ en retraite de Bertrand Robidou, à 72 ans, la direction du journal et de l'Imprimerie rennaise revient à Louis Caillot, le neveu d'Aristide. Pendant près de six ans, il va diriger la société jusqu'à son décès, le 8 avril 1896, à l'âge de 42 ans. Immédiatement, la direction de l'imprimerie et du journal est reprise par sa veuve, Antoinette Caillot. En 1899, elle est toujours à la tête de l'entreprise lorsque débute, à Rennes, le second procès en révision du Capitaine Alfred Dreyfus, du 7 août au 9 septembre 1899.
 
En juillet 1890, suite au décès du directeur du Journal, Aristide-Dominique Caillot et du départ en retraite de Bertrand Robidou, à 72 ans, la direction du journal et de l'Imprimerie rennaise revient à Louis Caillot, le neveu d'Aristide. Pendant près de six ans, il va diriger la société jusqu'à son décès, le 8 avril 1896, à l'âge de 42 ans. Immédiatement, la direction de l'imprimerie et du journal est reprise par sa veuve, Antoinette Caillot. En 1899, elle est toujours à la tête de l'entreprise lorsque débute, à Rennes, le second procès en révision du Capitaine Alfred Dreyfus, du 7 août au 9 septembre 1899.
  
En 1899, il y a à Rennes cinq journaux, dont seul L'Avenir de Rennes est dreyfusiste et fait l'objet de critiques très virulentes de la part des autres. L'Avenir à cette particularité d'être dirigé par une femme ; Antoinette Caillot. Celle-ci a pris comme secrétaire de rédaction, Valéry Müller, le fils de son ancien rédacteur. Antoinette Caillot n'a pas alors d'opinions politiques très avancées. Valéry Müller, dans ses premiers articles concernant l'[affaire Dreyfus] dans le journal L'Avenir de Rennes, est plutôt défavorable à Dreyfus.
+
En 1899, il y a à Rennes cinq journaux, dont seul L'Avenir de Rennes est dreyfusiste et fait l'objet de critiques très virulentes de la part des autres. L'Avenir à cette particularité d'être dirigé par une femme ; Antoinette Caillot. Celle-ci a pris comme secrétaire de rédaction, Valéry Müller, le fils de son ancien rédacteur. Antoinette Caillot n'a pas alors d'opinions politiques très avancées. Valéry Müller, dans ses premiers articles concernant l'[[affaire Dreyfus]] dans le journal L'Avenir de Rennes, est plutôt défavorable à Dreyfus.
  
 
Ami de la famille Dreyfus,le journaliste Bernard Lazare, à dans l'espoir de convaincre Valéry Müller de se rallier à cause de l'affaire Dreyfus. Qui celui-ci va ensuite convaincre à son retour Antoinette Caillot.
 
Ami de la famille Dreyfus,le journaliste Bernard Lazare, à dans l'espoir de convaincre Valéry Müller de se rallier à cause de l'affaire Dreyfus. Qui celui-ci va ensuite convaincre à son retour Antoinette Caillot.
 +
 
Les journaux nationaux dreyfusards vont saluer le courage de Madame Caillot : ''Dans cette cité fermée qu'on devine hostile, murée dans un égoïsme tranquille, c'est une femme qui, propriétaire d'une imprimerie et d'un journal, a poussé seule le cri de la pitié et l'appel vibrant à la justice''. Jeanne Brémontier dans ''La Fronde'', journal féministe, dirigé et composé que par des femmes, dit d'elle : ''Aimable femme blonde, jeune encore et fort intelligente, un courageux exemple de féminisme, bien entendu''.
 
Les journaux nationaux dreyfusards vont saluer le courage de Madame Caillot : ''Dans cette cité fermée qu'on devine hostile, murée dans un égoïsme tranquille, c'est une femme qui, propriétaire d'une imprimerie et d'un journal, a poussé seule le cri de la pitié et l'appel vibrant à la justice''. Jeanne Brémontier dans ''La Fronde'', journal féministe, dirigé et composé que par des femmes, dit d'elle : ''Aimable femme blonde, jeune encore et fort intelligente, un courageux exemple de féminisme, bien entendu''.
  

Revision as of 15:49, 21 January 2020

Titre de mon image

Directrice du journal dreyfusard "L'Avenir de Rennes" (1856-1940)


Qui est-elle?

Antoinette, Joséphine Juillard est née le 2 janvier 1856, à Rennes. Elle étudie à Rennes, de fille Charles Juillard cordonnier et d'Antoinette Demay piqueuse de bottines.

Antoinette fait la connaissance de Louis Caillot (1847 – 1896), Directeur-Gérant de l'Imprimerie Rennaise, dont l'oncle Aristide-Dominique Caillot (1824 – 1890), est le propriétaire de l'Imprimerie Rennaise, imprimerie officielle de la Préfecture d'Ille-et-Vilaine, située au 5, rue Bourbon (rue Edith Cavell), ainsi que du journal L'Avenir de Rennes. Ce journal républicain, fondé en 1870, par Bertrand Robidou (1818 – 1897), un ancien instituteur devenu Rédacteur en Chef de L'Avenir de Rennes. Ce journal se dit politique, littéraire, commercial et agricole, est plutôt influent et libéral.

Elle l'épouse en 1878 Louis Gustave Caillot le 23 septembre à la mairie de Rennes. En juillet 1890, suite au décès du directeur du Journal, Aristide-Dominique Caillot et du départ en retraite de Bertrand Robidou, à 72 ans, la direction du journal et de l'Imprimerie rennaise revient à Louis Caillot, le neveu d'Aristide. Pendant près de six ans, il va diriger la société jusqu'à son décès, le 8 avril 1896, à l'âge de 42 ans. Immédiatement, la direction de l'imprimerie et du journal est reprise par sa veuve, Antoinette Caillot. En 1899, elle est toujours à la tête de l'entreprise lorsque débute, à Rennes, le second procès en révision du Capitaine Alfred Dreyfus, du 7 août au 9 septembre 1899.

En 1899, il y a à Rennes cinq journaux, dont seul L'Avenir de Rennes est dreyfusiste et fait l'objet de critiques très virulentes de la part des autres. L'Avenir à cette particularité d'être dirigé par une femme ; Antoinette Caillot. Celle-ci a pris comme secrétaire de rédaction, Valéry Müller, le fils de son ancien rédacteur. Antoinette Caillot n'a pas alors d'opinions politiques très avancées. Valéry Müller, dans ses premiers articles concernant l'affaire Dreyfus dans le journal L'Avenir de Rennes, est plutôt défavorable à Dreyfus.

Ami de la famille Dreyfus,le journaliste Bernard Lazare, à dans l'espoir de convaincre Valéry Müller de se rallier à cause de l'affaire Dreyfus. Qui celui-ci va ensuite convaincre à son retour Antoinette Caillot.

Les journaux nationaux dreyfusards vont saluer le courage de Madame Caillot : Dans cette cité fermée qu'on devine hostile, murée dans un égoïsme tranquille, c'est une femme qui, propriétaire d'une imprimerie et d'un journal, a poussé seule le cri de la pitié et l'appel vibrant à la justice. Jeanne Brémontier dans La Fronde, journal féministe, dirigé et composé que par des femmes, dit d'elle : Aimable femme blonde, jeune encore et fort intelligente, un courageux exemple de féminisme, bien entendu.

Très vite, L'Avenir de Rennes devient le journal de la section rennaise de la ligue des Droits de l'Homme, où tous les dreyfusistes, Victor Basch en tête, ainsi que Victor Barrucand, journaliste, éditorialiste parisien, vont pouvoir écrire. Trois cent journalistes du monde entier sont présents pour l'évènement, mais sur les bancs de la presse n'ont pris place que six femmes : Bradamante (Mme Constant), pour Les Droits de l'Homme, la Princesse Rattazzi (Marie-Lætitia Bonaparte-Wyse) pour La Petite Revue internationale, Marguerite Durand, rédactrice en chef du journal La Fronde, Caroline Rémy, dite Séverine, socialiste et directrice du journal Cri du Peuple, qui publie chaque jour ses Notes d'une frondeuse dans le journal La Fronde et Jeanne Brémontier, pour le Journal La Fronde, l'une des premières femmes à devenir Grand Reporter, et Antoinette Caillot, la propriétaire du Journal L'Avenir de Rennes. Ces femmes sont confrontées en permanence aux quolibets de leurs confrères journalistes masculins, qui ne comprennent pas la présence des femmes dans ce genre de procès concernant un militaire. Les Frondeuses, ainsi qu'Antoinette Caillot sont traitées de poules et de caillettes dreyfusardes de "garçons manqués" et dans un quotidien antisémite Ces dames (…) feraient mieux si elles sont mariées, de raccommoder les chaussettes de leurs maris, ou si elles ne le sont pas, d'apprendre à le faire, plutôt que d'inonder de leur prose extrêmement indigeste. (…) Il n'y a rien au monde de plus respectable qu'une femme : mais c'est à condition que cette femme restera dans son rôle et qu'elle ne se fera pas homme.

Quant à Antoinette Caillot, elle dirige seule, pendant plusieurs années, l'imprimerie et le journal, puis est bientôt épaulée par son fils Aristide. Imprimerie officielle de la Préfecture, elle se spécialise dans les comptes rendus de la Cour d'Appel de Rennes. En avril 1903, le journal L'Avenir de Rennes devient un quotidien du soir, Le Réveil Breton, durant un an. Puis il reprend le nom de L'Avenir de Rennes, à partir de mars 1904 jusqu'en août. L'imprimerie va continuer de fonctionner et même devenir la maison d'édition L. Caillot et Fils.

Antoinette Caillot décède le 2 septembre 1940, à son domicile de la rue Victor Hugo, à Rennes, à l'âge de 84 ans.

Passage Antoinette Caillot

Le 21 septembre 2019 fût Inauguration du passage Antoinette Caillot une femme illustre qui à contribué à l'histoire de la société et de Rennes. Cet évènement entre dans le cadre de la programmation des 120 ans du procès en révision du capitaine Dreyfus.

Sur la carte

Chargement de la carte...

Liens internes

Indiquez ici des liens internes proches et intéressants, en rapport avec votre sujet. Cous pouvez les commenter.

Liens externes

Si vous souhaitez renvoyer vers des sites internet extérieurs, la partie "Liens externes" est là pour ça. Par exemple, si l'article traite du canevas, un lien vers un site consacré au canevas, un autre vers la page Wikipédia consacrée au canevas.

  • Unidivers
  • Canevas Wikipedia-logo-v2.svg <-- remplacer le mot canevas par le titre de la page sur Wikipédia.


Notes et références

Dans cette partie, indiquez les sources qui vous ont permis de rédiger votre article : cette indication est précieuse pour beaucoup de lecteurs au point d'être jugée indispensable dans Wikipédia.
Une partie Bibliographie peut aussi être ajoutée pour signaler des ouvrages traitant du sujet de l'article.