Difference between revisions of "Avenue Janvier"

From WikiRennes
Jump to: navigation, search
m
Line 10: Line 10:
 
En 1858, lors du voyage de l'empereur Napoléon III et de l'impératrice, qui quittèrent la Bretagne en prenant le train, on donna à cette voie le nom d'avenue Napoléon III, dénomination très vite désuète. Le nom d''''avenue Janvier''' lui fut donné en l'honneur de [[Jean Janvier]], [[maire de Rennes]] (1859-1923).
 
En 1858, lors du voyage de l'empereur Napoléon III et de l'impératrice, qui quittèrent la Bretagne en prenant le train, on donna à cette voie le nom d'avenue Napoléon III, dénomination très vite désuète. Le nom d''''avenue Janvier''' lui fut donné en l'honneur de [[Jean Janvier]], [[maire de Rennes]] (1859-1923).
  
Bordant cette voie on trouvait jusqu'en [[1944]], la prison militaire, au coin de la [[rue Saint-Hélier]] et de la rue Duhamel et la caserne de Kergus ,ancien hôtel des Gentilshommes réalisé par l'abbé de Kergu, boulevard de la Liberté, bel édifice , transformé en caserne après la Révolution, puis occupé par divers bureaux militaires (Etat-Major, intendance, service de Santé, de la Place, anciens combattants)<ref> ''Rennes capitale de la Bretagne'', par Ad. Orain. Ed. L. Bahon-Rault - 1925</ref> Ces deux édifices furent détruits lors des bombardements de [[1944]], ainsi d'ailleurs que les trois quarts des immeubles  bordant l'avenue. Le grand lycée avec sa chapelle, endommagé, a été restauré. Subsiste au n°3 l'immeuble ''Tomine''à huit niveaux, conçu par l'architecte [[Yves Lemoine]] et au n° 7 un immeuble à six niveaux construit en 1931 par [[Jean Poirier]], qui présente une façade entièrement décorée de mosaïques gris et or avec deux larges frises à fond bleu, oeuvre d'{{w|Isidore Odorico}}.  
+
Bordant cette voie on trouvait jusqu'en [[1944]], la prison militaire, au coin de la [[rue Saint-Hélier]] et de la rue Duhamel et la caserne Kergus ,ancien hôtel des Gentilshommes réalisé par l'abbé Kergus, boulevard de la Liberté, bel édifice , transformé en caserne après la Révolution, puis occupé par divers bureaux militaires (Etat-Major, intendance, service de Santé, de la Place, anciens combattants)<ref> ''Rennes capitale de la Bretagne'', par Ad. Orain. Ed. L. Bahon-Rault - 1925</ref> Ces deux édifices furent détruits lors des bombardements de [[1944]], ainsi d'ailleurs que les trois quarts des immeubles  bordant l'avenue. Le grand lycée avec sa chapelle, endommagé, a été restauré. Subsiste au n°3 l'immeuble ''Tomine''à huit niveaux, conçu par l'architecte [[Yves Lemoine]] et au n° 7 un immeuble à six niveaux construit en 1931 par [[Jean Poirier]], qui présente une façade entièrement décorée de mosaïques gris et or avec deux larges frises à fond bleu, oeuvre d'{{w|Isidore Odorico}}.  
  
 
Cette avenue donne aux voyageurs sortant de la gare une perspective fort avenante sur la capitale de la Bretagne avec, en fond d'écran, les arcades du [[Palais Saint-Georges]].
 
Cette avenue donne aux voyageurs sortant de la gare une perspective fort avenante sur la capitale de la Bretagne avec, en fond d'écran, les arcades du [[Palais Saint-Georges]].

Revision as of 11:09, 12 December 2013

L'avenue de la gare vers 1915. Quelques charettes à bras ou à traction chevaline et le tramway : une circulation lente mais fluide. E. Mary-Rousselère édit, Rennes
L'ancienne caserne de Kergu, détruite lors d'un bombardement en 1943
Publicité de 1941
Immeuble art-déco, à l'angle de l'avenue Janvier et de la rue Duhamel - (de Wikimedia Commons)


L'avenue de la gare qui conduit du jardin Saint-Georges à la gare de Rennes, fut percée en 1856/1857, et était encore en travaux lors de l'arrivée du chemin de fer à Rennes, en avril 1857.

L'Avenue Janvier dans les années 50, de la gare vers le Palais Saint-Georges

En 1858, lors du voyage de l'empereur Napoléon III et de l'impératrice, qui quittèrent la Bretagne en prenant le train, on donna à cette voie le nom d'avenue Napoléon III, dénomination très vite désuète. Le nom d'avenue Janvier lui fut donné en l'honneur de Jean Janvier, maire de Rennes (1859-1923).

Bordant cette voie on trouvait jusqu'en 1944, la prison militaire, au coin de la rue Saint-Hélier et de la rue Duhamel et la caserne Kergus ,ancien hôtel des Gentilshommes réalisé par l'abbé Kergus, boulevard de la Liberté, bel édifice , transformé en caserne après la Révolution, puis occupé par divers bureaux militaires (Etat-Major, intendance, service de Santé, de la Place, anciens combattants)[1] Ces deux édifices furent détruits lors des bombardements de 1944, ainsi d'ailleurs que les trois quarts des immeubles bordant l'avenue. Le grand lycée avec sa chapelle, endommagé, a été restauré. Subsiste au n°3 l'immeuble Tomineà huit niveaux, conçu par l'architecte Yves Lemoine et au n° 7 un immeuble à six niveaux construit en 1931 par Jean Poirier, qui présente une façade entièrement décorée de mosaïques gris et or avec deux larges frises à fond bleu, oeuvre d'Isidore Odorico Wikipedia-logo-v2.svg.

Cette avenue donne aux voyageurs sortant de la gare une perspective fort avenante sur la capitale de la Bretagne avec, en fond d'écran, les arcades du Palais Saint-Georges.

Réferences

  1. Rennes capitale de la Bretagne, par Ad. Orain. Ed. L. Bahon-Rault - 1925

lien interne

Rennes d'histoire et de souvenirs quatrain 53