Bombardement du 17 juin 1940

From WikiRennes
Revision as of 15:32, 22 February 2012 by JeanRuche (talk | contribs)
Jump to: navigation, search

Le bombardement

Le dimanche 16 juin 1940, les Rennais et les nombreux réfugiés avaient entendu des tirs de la D.C.A dans le ciel de Rennes, probablement pensera-t-on ensuite, sur un avion allemand venu repérer le triage ferroviaire de la plaine de Baud avec les trains qui y stationnaient nombreux.

Le 17, René Patay, après avoir entendu une violente explosion, vers 10 heures, voit les gens se cacher sous les pommiers et, de la hauteur de la Massaye que les Anglais évacuent en hâte, il aperçoit, sous un ciel d’orage particulièrement noir, la ville de Rennes couverte d’une épaisse fumée. Le docteur se rend à Rennes où il entend des rafales de mitrailleuse à la Courrouze et des explosions du côté de la gare. La gare des voyageurs n’a rien mais une épaisse fumée s’élève de la gare de triage d’où viennent des voitures d’ambulance ensanglantées filant vers les hôpitaux et les cliniques. Il fait quelques pansements dans un hôtel de la place de la Gare à des personnes atteintes par des éclats de verre (les vitres ont été brisées dans toute la ville).

Que s’était-il passé ?

sur Rennes, quelques "crayons volants"

Un Dornier Do 17Z du groupe de combat allemand III/KG en 1940

Quelques avions de la Luftwaffe à croix noires, provenant de l'aérodrome de Cormeilles-en-Vexin, près de Pontoise, à 300 km, des bimoteurs Dornier DO 17Z de l'escadre de combat (Kampfgeschwader) III/KG 76,[1] [2] (commandant : major Franz Reuss),venant de l’ouest à très basse altitude, ont survolé la Vilaine en direction de la gare de triage [3] sans aucun risque, la D.C.A anglaise s’étant repliée dans la nuit... Après un virage à l'est (s'ils venaient de l'ouest), les "crayons volants", comme les appelaient les Allemands en raison du long et mince fuselage de ces avions, lâchèrent des dizaines de bombes SC50 de 55kg, dont un chapelet qui tomba sur un train de munitions, causant une énorme explosion avec une grande colonne de feu et de fumée. (NB : Heinrich Weiss cite "quelque 120 bombes" larguées, ce qui supposent une participation de six Dornier, or la plupart des témoins citent trois avions, quelques uns cinq.)

une catastrophe humaine disproportionnée

Avaient été atteints d’abord un train de réfugiés de Lisieux, au niveau de Cesson-Sévigné à hauteur de Pincepoche et de Bray, faisant 20 victimes, ensuite la gare de triage de la plaine de Baud où 146 soldats français (203ème et 212ème d’artillerie venant des Flandres), amenés pour défendre le « réduit breton » mort-né, furent tués ainsi que 156 Anglais du Royal Engineer, dans un train qui aurait dû partir vers Brest à 9h00, enfin la gare de triage de Saint-Hélier où 206 artilleurs du 222ème et du 64ème trouvent la mort. Avant midi des pompiers, des cheminots et de courageux citoyens se rendirent sur place pour retirer des blessés tandis que des rescapés quittaient ce lieu d’horreur par le moulin de Jouet. À 12H30 la TSF diffusa le discours du maréchal Pétain : « C’est le cœur serré que je vous dis aujourd’hui qu’il faut cesser le combat… » Les sauveteurs, malgré l’interdiction du général Bazoche et les explosions qui se succèdent pendant 24 heures, continuèrent à sortir des corps mutilés, brûlés, racornis, et d’autres intacts, comme pétrifiés. Alors que continuaient des explosions, beaucoup de blessés furent arrachés des flammes par des pompiers héroïques, dont le lieutenant Lebastard, allongés sur le ballast et dans la prairie de la ferme du général Lefort.

et amplifiée par les media

Le nombre des victimes, hors de proportion avec le nombre et l’importance des bombes larguées, vient d’une négligence criminelle des services de la gare de Rennes qui, plaine Saint-Hélier, ont placé le train d’artilleurs contre un train de munitions avec des wagons de cheddite qui, en sautant, ont broyé et enflammé le train voisin, et à Baud, ont mis un train de munitions entre le train des Anglais et celui des artilleurs français. À ces victimes, il faut ajouter quelques civils et militaires tués par éclats ou matériaux projetés. Traumatisée aux deux sens du terme, la ville se vide.

Ce premier bombardement de Rennes, outre qu’il hâte l’exode, prend une proportion d’autant plus exagérée que l’éloignement est plus grand. À Toulouse on lit dans «  La Dépêche » qu’il y a 4500 morts et que l’hôtel de ville est détruit. A Beyrouth, où le professeur Burloud est en tournée de conférences, on annonce 20 000 morts !

Quant à l'information locale et régionale, elle sera vague et minimaliste par censure stratégique le lendemain du drame, par censure politique pendant l'occupation allemande : le quotidien Ouest-Éclair du 18 juin, dernier numéro avant une reprise le 5 juillet, ne comporte que deux pages et en première un entrefilet intitulé :

Bombardement aérien dans l'ouest

Quelque part dans l'ouest - Hier matin lundi, des bombardiers allemands ont survolé une des grandes villes de la région de l'ouest. On compte des victimes parmi la population civile, quelques morts et de nombreux blessés.

Dans l'Ouest-Éclair du 5 juillet (maintenant sous censure allemande) la mairie donne la liste des 29 architectes affectés aux constats d'évaluation des dommages aux immeubles d'une trentaine de rues du canton sud-est sinistrées lors de "l'explosion du 17 juin", terme repris un an plus tard dans la presse contôlée par l'occupant. ( * )

En septembre, le docteur Patay recevra une mission d’officier d’état civil militaire bénévole pour l’exhumation, l’identification, la mise en bière et la ré-inhumation au cimetière de l’est des corps provisoirement mis en fosses communes le long des voies ferrées : prairie de Saint-Hélier, plaine de Baud et passage à niveau de Bray, en Cesson... 805 corps sont mis en bière, sans qu’on puisse compter les corps broyés, calcinés et démembrés, et des blessés graves retirés qui mourront ultérieurement. On peut estimer le nombre des morts à un millier, chiffre épouvantable, mais la moitié du chiffre 2000, lequel est encore couramment cité et repris.

--Stephanus 20 février 2012 à 09:24 (CET)

témoignages

"Le dimanche 16 juin, il faisait beau. A la fin de la journée, après dîner, je suis sortie prendre l'air avec des amies, mes voisines. Habitant rue Champion de Cicé, en bout de la ville, nous nous sommes dirigées vers le boulevard Voltaire et avons eu les yeux attirés par un train de voyageurs qui stationnait sur la voie ferrée en remblai. Les portières des wagons étaient ouvertes et on entendait des gens rire et s'interpeller. Nous approchant, on s'est vite rendu compte qu'il s'agissait de soldats en uniformes français. Nous sommes montées sur le remblai et le groupe de jeunes du quartier qui s'était formé a discuté un bon moment avec eux. Les soldats semblaient décontractés.

Le lendemain dans la matinée, il y eut ces détonations renouvelées sur la ville. On a su ensuite que des bombes étaient tombés sur la plaine de Baud et que plusieurs trains de soldats français et anglais avaient été démolis. La plupart des jeunes qu'on avait approchés la veille au soir n'étaient plus de ce monde."

Odette Dartois Cohignac, à Rennes - recueilli par --Stephanus 4 août 2011 à 13:32 (CEST)



"Le 16 juin, boulevard Voltaire, sur le pont de chemin de fer un long train bourré de soldats britanniques stationnait sur la voie Saint-Malo-Rennes. Ils avaient interdiction de sortir des wagons surchauffés. La chaleur à l'extérieur était intense et ils criaient leur soif.

A quelques mètres en contrebas du ballast existait un café, le Champ Fleuri. On peut dire que ce café a vidé sa cave ! mais aussi tous les voisins du quartier s'y sont mis. Bouteilles de cidre, vin, brocs d'eau pour soulager les soldats. Et dire qu'ils ont vu leur mort quelques heures plus tard.

Vers 19 heures le train a enfin réussi à entrer en gare de Rennes, via la plaine de Baud. Cela nous a tellement marqués que les souvenirs restent vivaces. A l'époque on parlait de 3000 à 5000 morts..."

Renée Closier, à Pacé. [4]

références

  1. traduction du Manuscrit de Heinrich Weiss, dans Eagles over Europe IHRA 2010, air corps 1
  2. témoignage d'Emile Riaudel. Ouest-France 23 juin 2010
  3. témoignage de Joseph-Jean Naviner. Ouest-France, édition Rennes 3 juin 2010
  4. Ouest-France, édition de Rennes- 1 juin 2010

liens directs

Vidéo

Le 3 juillet 1940, les actualités cinématographiques allemandes (Deutsche Wochenschau) présentent les conséquences du bombardement sans toutefois faire allusion au nombre de victimes. À partir d'une minute, on peut voir des images de la gare de triage de la Plaine de Baud, et des équipes de déblaiement en action.

<videoflash type="youtube">2rxE_DdbHUk</videoflash> Coordinates: {{#lat_deg2dms:{{

  1. lat_dms2deg:48|06|20|N}}}} {{#long_deg2dms:{{
  2. long_dms2deg:1|39|26|W}}}}

{{#kml.placemark:Point({{

  1. lat_dms2deg:48|06|20|N}},{{
  2. long_dms2deg:1|39|26|W}})|

}}