Borade

De WikiRennes

Révision de 10 novembre 2017 à 18:19 par TigH (discussion | contributions) (partage 1784)

(diff) ← Version précédente | Voir la version courante (diff) | Version suivante → (diff)

Borade est un lieu-dit de Rennes dans le secteur de la Prévalaye, maintenant connu sous la forme Beaurade, et pour l'usine de traitement des eaux usées qui y a été construite en bordure de la Vilaine. Dans un partage de 1784, le site est appelé terroir de Borade, c'est-à-dire qu'il est connu, ou plus connu qu'un lieu-dit ordinaire, son nom étant par ailleurs porté par des parcelles sans doute d'une certaine importance ou notoriété.

Partage de la jaunais des Bloniaux en 1784

Le 30 septembre 1784 est rédigé un Proces verbal d'un terrein nommé Borade entre l'abesse de St. Georges et M. de la Gervezais. Il s'agit précisément de Dame Julie Bareau de Girac, et de Messire Nicolas Marie Rosalie Magon, marquis de la Gervesais, qui règlent leur litige devant le présidial de Rennes par ce moyen[1].

Ledit jour, se déplacent sur les lieux, les membres du présidial en charge de ce dossier, les experts, les représentants des seigneurs et le couple de récents acquéreurs...

... a l'effet primo de proceder au mesurage et ensuite à la division en deux parties égalles, par apposition de bornes, d'un terrein vague nommé la jaunais des Bloniaux[2] et autrement de Borade, sans y comprendre le chemin y existant et dont va être parlé, pour la moitié prise au joignant et le long de la prairie de Borade, dépendante de la seigneurie d'Apigné, rester et demeurer relevante distinctement et privativement de laditte seigneurie d'Apigné, appartenante à mondit Sieur marquis de la Gervaisais, et l'autre moitié opposée, aussi rester et demeurer relevante distinctivement et privativement de la seigneurie de Saint Georges appartenante à lesdittes dames les abbesses ... et secundo d'établir sur ledit terrein vague, le chemin de service qu'y a ladite prairie de Borade au moins endommageant ... sur ledit terrein vague, situé au terroir de Borade en la paroisse de Toussaints de Rennes, joignant d'un côté à la prairie de Borade dependante comme dit est de la seigneurie d'Apigné, et des autres cotés aux pré neuf de Borade, au pré des Bloniaux et au pré Bossard [ou de Limou], lequel dernier pré appartenait cy devant au nommé Limou ... et Alexandre Piel, dit l'Epine, maître marechal à Rennes ... mari et procureur de droit de Catherine Lenée, sa femme, acquéreurs aux fins de contrat du rapport de Chevalier et son collegue, notaires royaux à Rennes, du dix juillet de la présente année ... [et des héritiers] des feus Sieur et Dame du Liepvre, afféagistes dudit terrein vague ...

Les représentants des seigneurs acceptent la proposition de l'acquéreur, qui prend des frais à sa charge, soucieux de ne pas couper en deux portions inégalles un petit terrein tel que celui dont il s'agit, soit un chemin de douze pieds ("entre rigolles") le long du pré des Bloniaux et pré Bossard.

Le terrain est mesuré : soit du contennement de quatre journaux trente une cordes [2 hectares 13 ares], distraction faite du fonds du chemin établi sur icelui ... attendu sa grande irregularité ... ; puis divisé. La moitié côté prairie de Borade va à la seigneurie d'Apigné ... à charge sur chacune desdittes moitié de la rente féodalle d'un boixeau et demi [de] froment rouge, mesure de Rennes, portable par chacun an, le quatre octobre, aux greniers desdites seigneuries....

La division s'appuie sur une ligne droite que nous avons tirée du sommet d'un angle obtus rentrant sur ledit terrein vague, formé par les fossés et talut du pré neuf de Borade à l'entrée d'une langue de terre, faisant partie du même terrein vague resserrée entre les fossés et taluts de la prairie de Borade, jusqu'à un point pris sur la longueur du fossé et talut du pré des Bloniaux à deux cordes quatre pieds du sommet de l'angle du susdit terrein vague, formé par lesdits fossé et talut du pré des Bloniaux avec les fossés et talut de ladite prairie de Borade, et avons déterminé cette ligne de partage par l'apposition de deux bornes, l'une composée d'une pierre d'une espece de grain accompagnée de deux temoins formé d'une pierre de cahot cassée en deux, plantée sur le rivet du fossé dudit pré neuf de Borade... attendu le défaut de solidité du fonds qui est humide et marecageux [en cet endroit où ils placent à nouveau une "pierre de cahot cassée en deux"].


Notes et références

  1. Archives départementales d'Ille-et-Vilaine : cote 2B 508.
  2. Jaunais ou jannais ? Le raisonnement voudrait que cette terre s'appelle une jannais, comme remplie de jonc [jan]], mais il semble que jaunais soit le terme véritable, même si l'écriture donne également deux n !