Difference between revisions of "Boulevard de la Liberté"

From WikiRennes
Jump to: navigation, search
(photo)
(Sur la carte)
Line 70: Line 70:
  
 
== Sur la carte ==
 
== Sur la carte ==
{{#display_points: Boulevard de la Liberté, Rennes |width=450|zoom=14}}
+
{{#display_points: 48.107705, -1.678668 |width=450|zoom=15}}
  
 
== Notes et Références ==
 
== Notes et Références ==

Revision as of 23:29, 9 December 2018


Le boulevard a été aménagé sur l'ancien canal bordant les remparts de la troisième enceinte de la ville basse, appelé alors promenade des murs dont le projet de comblement, conçu en 1855 et dessiné par l'architecte de la ville, Vincent Boullée, apparaît sur le plan d'aménagement urbain du maire Ange de Léon des Ormeaux, publié la même année. Il est réalisé avec les déblais provenant de la construction de la gare. La voie, large de 24 m, est formée d'un macadam en pierre de Malroche, en 1859. Les platanes sont abattus en 1895, deux ans après la demande des riverains et remplacés car, en 1923, un conseiller municipal exprime sa crainte qu'ils ne soient coupés. La présence de bancs est attestée par une demande, formulée en 1898, afin d'en augmenter le nombre[1].

Le boulevard de la Liberté, construit sur un ancien bras de la Vilaine (tracé en rouge) qui bordait les remparts[2]

Le segment est du boulevard, à partir de l'avenue de la Gare, reçut en 1862 le nom de boulevard de l'Impératrice, le segment ouest celui de ''boulevard du Prince impérial'' jusqu'au ''boulevard Napoléon III'', maintenant boulevard de la Tour d'Auvergne. Il reçut son actuel nom après la chute du Second Empire par délibération du conseil municipal de la ville de Rennes le 17 octobre 1870.

Vue aérienne vers 1860.Au 1er plan à gauche, le canal de l'Arsenal qui deviendra le boulevard Sébastopol. Sur la Vilaine, mordant sur le nouveau quai un bâtiment de l'hôpital Saint-Yves, et, à droite les douves qui vpnt étre comblées pour faire place au boulevard de la Liberté

Explosion de mai 1825

Le 19 mai 1825 au matin, alors qu'on préparait la fête du couronnement du roi Charles X, Rennes fut secouée par une formidable explosion : la salle d'artifices (située à l'emplacement de la jonction de la rue Jean-Denis Lanjuinais et du boulevard) venait de sauter, ensevelissant sous les décombres de nombreux morts et blessés. En 1892, Lucien Decombe témoigne qu' "aujourd'hui encore, c'est avec une vive émotion que des vieillards nous ont raconté les émouvants détails de cette catastrophe dont ils ont été témoins."[3].


Patinage puis cinéma

Après la guerre de 1870, fut implanté en 1896, en bordure du Champ de Mars, le monument aux morts d'Ille-et-Vilaine d'Emmanuel Dolivet (transféré en 2007 Contour de la Motte), mais le boulevard forma pendant près d'un siècle la limite nord de l'esplanade alors immense.

D'abord existe au n°20 un palais de patinage à roulettes , le Skating Palace. En 1921 un cinéma s'implante, le cinéma Select-Palace rennais de 818 places qui deviendra le cinéma Le Paris après la guerre.

L'élégant temple protestant du boulevard de la Liberté fut ouvert au culte en 1882.

Histoire

Le boulevard a été aménagé sur l'ancien canal bordant les remparts de la troisième enceinte de la ville basse, appelé alors promenade des murs dont le projet de comblement, conçu en 1855 et dessiné par l'architecte de la ville, Vincent Boullée, apparaît sur le plan d'aménagement urbain du maire Ange de Léon des Ormeaux, publié la même année. Il est réalisé avec les déblais provenant de la construction de la gare. La voie, large de 24 m, est formée d'un macadam en pierre de Malroche, en 1859. Les platanes sont abattus en 1895, deux ans après la demande des riverains et remplacés car, en 1923, un conseiller municipal exprime sa crainte qu'ils ne soient coupés. La présence de bancs est attestée par une demande, formulée en 1898, afin d'en augmenter le nombre[4].

Le segment est du boulevard, à partir de l'avenue de la Gare, reçut en 1862 le nom de boulevard de l'Impératrice, le segment ouest celui de ''boulevard du Prince impérial'' jusqu'au ''boulevard Napoléon III'', maintenant boulevard de la Tour d'Auvergne. Il reçut son actuel nom après la chute du Second Empire par délibération du conseil municipal de la ville de Rennes le 17 octobre 1870.

Explosion de mai 1825

Le 19 mai 1825 au matin, alors qu'on préparait la fête du couronnement du roi Charles X, Rennes fut secouée par une formidable explosion : la salle d'artifices (située à l'emplacement de la jonction de la rue Jean-Denis Lanjuinais et du boulevard) venait de sauter, ensevelissant sous les décombres de nombreux morts et blessés. En 1892, Lucien Decombe témoigne qu' "aujourd'hui encore, c'est avec une vive émotion que des vieillards nous ont raconté les émouvants détails de cette catastrophe dont ils ont été témoins."[5].

Vue sur la rue d'Isly depuis son origine sur le boulevard de la Liberté


Patinage puis cinéma

Après la guerre de 1870, fut implanté en 1896, en bordure du Champ de Mars, le monument aux morts d'Ille-et-Vilaine d'Emmanuel Dolivet (transféré en 2007 Contour de la Motte), mais le boulevard forma pendant près d'un siècle la limite nord de l'esplanade alors immense.

D'abord existe au n°20 un palais de patinage à roulettes , le Skating Palace. En 1921 un cinéma s'implante, le cinéma Select-Palace rennais de 818 places qui deviendra le cinéma Le Paris après la guerre.

L'élégant temple protestant du boulevard de la Liberté fut ouvert au culte en 1882.

Bombardement

Pendant la seconde guerre mondiale, le temple protestant fut mis à disposition des troupes d'occupation.

La partie du boulevard entre l'avenue Janvier et la rue Maréchal Joffre reçut des bombes et les immeubles, y compris la caserne Kergus, au coin de l'avenue Janvier, furent détruits ou très endommagés, telle l'école. Des baraques provisoires - pour une dizaine d'années - furent construites le long du Champ de Mars. Dans les années soixante du siècle dernier un restaurant universitaire et la Salle omnisports (maintenant Le Liberté) furent construits le long du boulevard.

XXIe siècle

Le restaurant universitaire dit « du Champ de Mars » a disparu pour laisser la place à la nouvelle Cité Internationale, qui a été placée sous le patronage de Paul Ricœur[6].

Pignon, 33, boulevard de la Liberté donnant sur la rue Tronjoly, l'Unité, par Peter Downsbrough - 1990

Bombardement

Pendant la seconde guerre mondiale, le temple protestant fut mis à disposition des troupes d'occupation.

"Dans cette église, chaque dimanche et jour férié, à 9h30 service évangélique pour l'armée. Pasteur à l'hôpital militaire." (de Wikimedia Commons)

La partie du boulevard entre l'avenue Janvier et la rue Maréchal Joffre reçut des bombes et les immeubles, y compris la caserne Kergus, au coin de l'avenue Janvier, furent détruits ou très endommagés, telle l'école. Des baraques provisoires - pour une dizaine d'années - furent construites le long du Champ de Mars. Dans les années soixante du siècle dernier un restaurant universitaire et la Salle omnisports (maintenant Le Liberté) furent construits le long du boulevard.

XXIe siècle

Le restaurant universitaire dit « du Champ de Mars » a disparu pour laisser la place à la nouvelle Cité Internationale, qui a été placée sous le patronage de Paul Ricœur[7].

Angle du bd de la Liberté et de l'avenue de la gare en 1892, avec à gauche de l'immeuble qui est toujours à l'angle avec la rue Saint-Hélier, la prison militaire alors appelée "Manutention Militaire" et où Alfred Dreyfus séjourna durant le procès.(photo E. Maignen)
Le boulevard de la Liberté, partie est vue de l'ouest
Le temple protestant en février 2015 ( Photo Pymouss de Wikimedia Commons)

Le boulevard de la Liberté est une voie du quartier centre de Rennes. Au sud de la Vilaine, il relie la place de Bretagne à l'ouest à l'avenue Janvier à l'est, c'est l'une des artères principales du centre sud[8].

Angle boulevard de la Liberté et rue Poullain Duparc vers 1900
Même vue en juin 2016 (@2017 Google)
L'ancienne caserne de Kergus, détruite lors d'un bombardement en 1943,
L'hôtel Léofanti, par Jean-Baptiste Martenot, à l'angle de la rue Maréchal Joffre

Le parcours de Tout Rennes court le suit[9].


Sur la carte

Chargement de la carte...

Notes et Références

  1. Inventaire topographique, par Isa(TH. Leriche, architecte, 1880). belle Barbedor - 1999
  2. Le Vieux Rennes, par Paul Banéat. J. Larcher éd.
  3. Les Rues de Rennes, par Lucien Decombe, Alphonse Le Roy éditeur - 1892.
  4. Inventaire topographique, par Isa(TH. Leriche, architecte, 1880). belle Barbedor - 1999
  5. Les Rues de Rennes, par Lucien Decombe, Alphonse Le Roy éditeur - 1892.
  6. http://www.ouest-france.fr/bretagne/rennes-35000/rennes-la-cite-internationale-paul-ricoeur-ete-inauguree-4542648
  7. http://www.ouest-france.fr/bretagne/rennes-35000/rennes-la-cite-internationale-paul-ricoeur-ete-inauguree-4542648
  8. En référence à la Vilaine, qui traverse la ville d'est en ouest et divise ainsi la ville de Rennes.
  9. Les différents parcours de l'édition 2016: http://www.ouest-france.fr/sport/running/tout-rennes-court-les-horaires-et-les-parcours-de-la-35e-edition-4542785


Galerie cartes postales

Boulevard de la Liberté, au niveau du carrefour avec les rues d'Isly et du maréchal Joffre. A droite, l'hôtel Léofanti (architecte J.-B. Martenot, 1875) . Carte postale Le Déley (ELD 222), voyagé 1915. Coll. YRG et AmR 44Z1310
A l'intérieur du Skating Palace. Carte photo de A. Ranchon. Coll. YRG

Skating Palace

contigu au temple protestant. On y pratique le patinage à roulettes.

Boulevard de la Liberté et le Skating. Edit. J. Sorel, Rennes. Coll. YRG

Temple protestant

Le Boulevard de la Liberté et la Caserne Kergus. Mary-Rousselière 1083. Coll. YRG et AmR 44Z1729

Caserne Kergus

Ancien hôtel des Gentilshommes. Sa façade est perpendiculaire au boulevard de la Liberté et le mur d'enceinte de la caserne est continu ; l'accès se fait seulement par la rue Saint-Thomas. Pour les cartes postales , voir : Rue Saint-Thomas

Ecoles

Pensionnat Notre-Dame du Vieux Cours : voir Rue du Vieux Cours

Boulevard de la liberté. A droite, la cité administrative. Carte postale Edition la Cigogne, Nantes, voyagé 1963. Coll. YRG

Cité Administrative

W1514.jpg

Les Halles

Poisonnerie, nouvelles Halles ou Halles centrales

Fours à Chaux de Lormandière et Chaussairie

Société anonyme des Fours à Chaux de Lormandière et Chaussairie. Siège social à Rennes. Carte postale R.R. 42. coll. YRG et AmR 44Z
Société anonyme des Fours à Chaux de Lormandière et Chaussairie. R.R. 45. Le Boulevard de la Liberté. Coll.YRG



Toutes les cartes de la Collection YRG avec l'Index cartes postales ou le mot clé YRG dans le moteur de recherche de WikiRennes.

Pour déambuler dans les rues de Rennes, son histoire et la collection, cliquer ici 709 ou ici 618

.