Camp Margueritte : Différence entre versions

De WikiRennes
(Page créée avec « Catégorie:Seconde Guerre mondiale Fichier:Emplacement_camp_Margueritte.png|350px|left|thumb|partie du plan de Rennes J. Larcher, reproduit de 1939 à 1949 : emplac... »)
 
(photo)
Ligne 2 : Ligne 2 :
  
 
[[Fichier:Emplacement_camp_Margueritte.png|350px|left|thumb|partie du plan de Rennes J. Larcher, reproduit de 1939 à 1949 : emplacement du camp Margueritte ]]  
 
[[Fichier:Emplacement_camp_Margueritte.png|350px|left|thumb|partie du plan de Rennes J. Larcher, reproduit de 1939 à 1949 : emplacement du camp Margueritte ]]  
[[Fichier:Camp_Margueritte_ca_1950.png|250px|right|thumb| Vue aérienne du camp, en rive sud du boulevard Georges Clémenceau inachevé ( de GéoBretagne 1950)]]
+
[[Fichier:Camp_Margueritte_ca_1950.png|250px|right|thumb| Vue aérienne du camp, en rive sud du [[Boulevard Georges Clémenceau]] inachevé ( de GéoBretagne 1950)]]
 
Annexe de la prison Jacques-Cartier, '''le camp Margueritte''' était situé au sud de la caserne éponyme, (maintenant dénommée "caserne général Maurice Guillaudot") en bordure du boulevard Georges Clémenceau alors inachevé. Sur plus de 3 hectares, il comprenait 18 baraques en parpaings, recouvertes de tôles ondulées, construites en avril 1940. Il accueillera des réfugiés des régions envahies, <ref> [[ Mai-juin 1940, l'afflux des réfugiés à Rennes ]] </ref> puis ce seront des soldats coloniaux. <ref> [[Les prisonniers coloniaux à Rennes ]] </ref> Chaque baraque avait une capacité de 120 personnes. Le camp sera entouré, pendant l’occupation, d'une triple rangée de barbelés d'une hauteur de 4 mètres. Trois miradors avec projecteurs ainsi que trois postes de garde assuraient la sécurité intérieure du camp.
 
Annexe de la prison Jacques-Cartier, '''le camp Margueritte''' était situé au sud de la caserne éponyme, (maintenant dénommée "caserne général Maurice Guillaudot") en bordure du boulevard Georges Clémenceau alors inachevé. Sur plus de 3 hectares, il comprenait 18 baraques en parpaings, recouvertes de tôles ondulées, construites en avril 1940. Il accueillera des réfugiés des régions envahies, <ref> [[ Mai-juin 1940, l'afflux des réfugiés à Rennes ]] </ref> puis ce seront des soldats coloniaux. <ref> [[Les prisonniers coloniaux à Rennes ]] </ref> Chaque baraque avait une capacité de 120 personnes. Le camp sera entouré, pendant l’occupation, d'une triple rangée de barbelés d'une hauteur de 4 mètres. Trois miradors avec projecteurs ainsi que trois postes de garde assuraient la sécurité intérieure du camp.
  

Version du 31 mai 2018 à 15:42


partie du plan de Rennes J. Larcher, reproduit de 1939 à 1949 : emplacement du camp Margueritte
Vue aérienne du camp, en rive sud du Boulevard Georges Clémenceau inachevé ( de GéoBretagne 1950)

Annexe de la prison Jacques-Cartier, le camp Margueritte était situé au sud de la caserne éponyme, (maintenant dénommée "caserne général Maurice Guillaudot") en bordure du boulevard Georges Clémenceau alors inachevé. Sur plus de 3 hectares, il comprenait 18 baraques en parpaings, recouvertes de tôles ondulées, construites en avril 1940. Il accueillera des réfugiés des régions envahies, [1] puis ce seront des soldats coloniaux. [2] Chaque baraque avait une capacité de 120 personnes. Le camp sera entouré, pendant l’occupation, d'une triple rangée de barbelés d'une hauteur de 4 mètres. Trois miradors avec projecteurs ainsi que trois postes de garde assuraient la sécurité intérieure du camp.

(photo C. Desevedavy. Musée de Bretagne)

Il renferma successivement des prisonniers après la défaite de 1940 puis, après le débarquement allié du 6 juin 1944 75 notables bretons, dont 20 Rennais, détenus comme otages par les Allemands, à la baraque 14 sont libérés entre le 14 juin et le 1er août.

Les 2 et 3 août 1944, les prisonniers politiques détenus dans la Prison Jacques-Cartier et à la baraque 14 du camp de détention ainsi que des prisonniers de guerre alliés furent embarqués par les Allemands dans deux trains en direction de Redon et de l’Allemagne. [3] Dès la libération ils vont être remplacés par des hommes et des femmes dénoncés comme collaborateurs, ou connus comme tels, ainsi protégés dans un premier temps de la colère populaire puis, en fait, « détenus administratifs », en attente d’une instruction de leur cas et éventuellement d’un jugement et d’une condamnation. furent transférés au camp, dès le 13 août, de hauts responsables tels Robert Martin,l'ex-préfet régional, Jean Tosello-Bancal, l'intendant régional de police, impliqués dans l'organisation de la répression de la Résistance, et Lemonnier, premier président de la cour d'appel.

Puis, à la libération, changement de « pensionnaires » : ce sont 800 hommes et 250 femmes collaborateurs ou présumés Après la libération, les internées administratives au camp Margueritte

Les libérations ou incarcérations judiciaires feront ensuite place, dès janvier 1945, à quelque 700 Allemandes et Alsaciennes de l'appareil nazi déportées avec enfants, de l'Alsace libérée au camp Margueritte de Rennes. [4]




Références