Champ de Mars : Différence entre versions

De WikiRennes

(lien interne)
 
Ligne 39 : Ligne 39 :
 
[[File:Esplanade du Général de Gaulle à Rennes.jpg|400px|center|thumb|Esplanade Charles de Gaulle (Photo Pacoviande, de Wikimedia Commons)]]
 
[[File:Esplanade du Général de Gaulle à Rennes.jpg|400px|center|thumb|Esplanade Charles de Gaulle (Photo Pacoviande, de Wikimedia Commons)]]
 
[[Fichier:Esplanade_Charles_de_Gaulle.png|400px|center|thumb|L'esplanade Charles de Gaulle, vue du sud]]
 
[[Fichier:Esplanade_Charles_de_Gaulle.png|400px|center|thumb|L'esplanade Charles de Gaulle, vue du sud]]
On note ensuite le déplacement de la [[gare routière]] à l'est de la [[place de la Gare]], l'aménagement du [[cours des Alliés]], la construction de la [[Maison des associations]], près de l'hôtel des Douanes, puis celle de l'ensemble polyvalent appelé le NEC (nouvel équipement culturel), baptisé [[Les Champs Libres]]<ref>[[Rennes d'histoire et de souvenirs]] quatrain 97</ref>, la salle Omni-sports étant transformée en deux salles de spectacle dans [[Le Liberté]]. Le [[4 Bis]] est construit dans le prolongement des Champs Libres. L'ensemble est desservi, en partie sud, par une station de [[métro de Rennes|métro]] du [[val 208|Val]] et un dernier empiètement est effectué pour l'implantation, côté est, d'un grand complexe cinématographique de 12 salles, après la construction d'un grand parc souterrain de trois niveaux pour 800 autos, libérant la surface réaménagée. Le pourtour de l'ancien Champ de Mars ainsi reconfiguré est complété par la destruction de l'ancien restaurant universitaire pour faire place à une [[cité universitaire internationale]]. L'esplanade de 140 m x 130 m s'étend encore sur plus de 1,8 hectare.
+
On note ensuite le déplacement de la [[gare routière]] à l'est de la [[place de la Gare]], l'aménagement du [[cours des Alliés]], la construction de la [[Maison des associations]], près de l'hôtel des Douanes, puis celle de l'ensemble polyvalent appelé le NEC (nouvel équipement culturel), baptisé [[Les Champs Libres]]<ref>[[Rennes d'histoire et de souvenirs]] quatrain 97</ref>, la salle Omni-sports étant transformée en deux salles de spectacle dans [[Le Liberté]]. Le [[4 Bis]] est construit dans le prolongement des Champs Libres. L'ensemble est desservi, en partie sud, par une station de [[métro de Rennes|métro]] du [[val 208|Val]] et un dernier empiètement est effectué pour l'implantation, côté est, d'un grand complexe cinématographique de 12 salles, après la construction d'un grand parc souterrain de trois niveaux pour 800 autos, libérant la surface réaménagée. Le pourtour de l'ancien Champ de Mars ainsi reconfiguré est complété par la destruction de l'ancien restaurant universitaire pour faire place à une [[cité universitaire internationale]] en bordure de la petite [[place Paul Ricœur]]. L'esplanade de 140 m x 130 m s'étend encore sur plus de 1,8 hectare.
  
 
On ne parle plus, sauf dans les bouches des Rennais d'un âge certain, de "Champ de Mars", mais d'esplanade Charles de Gaulle.
 
On ne parle plus, sauf dans les bouches des Rennais d'un âge certain, de "Champ de Mars", mais d'esplanade Charles de Gaulle.

Version actuelle en date du 13 février 2018 à 18:01

Exercices militaires sur le Champ de Mars en 1892.(Fonds E. Maignen, Archives de Rennes)

Le Champ de Mars, devenu esplanade Général De Gaulle, fait étroitement et largement partie de la vie urbaine des Rennais depuis plus de deux siècles.

D'abord un vague chemin le long des remparts

En 1784, les quatre foires annuelles se tiennent sur un espace d'une centaine de mètres le long des remparts sud de la ville, bétail, vendeurs et clients, étant contraints d'envahir toutes les voies voisines, par exemple jusque dans la rue de Nantes. Article détaillé : Le champ de foire de Rennes en 1784.

Puis une prairie...

Le Champ de Mars un jour de foire, avec en fond les immeubles du boulevard Magenta. carte postale début 20 e siècle
Quand la Foire-exposition se tenait sur le Champ de Mars

A l'emplacement de l'endroit connu des Rennais pendant des décennies comme le Champ de Mars, existait jusqu'en 1785 la prairie de Beaumont qui occupait la moitié du Champ de Mars tel qu'il a existé jusqu'en 1950, avec au sud sa butte, transformée en promenade nommée Terrasse des Champs de Montmorin[1] et plantée de 200 arbres en 1787. La prairie de Beaumont avait été vendue par les Carmes en 1786 à la Communauté de Ville pour en faire un champ de foire, devenu Champ de Mai, ou de la Fédération en 1790, après de gros terrassements effectués par la population dans l'enthousiasme. Le nom "Champ de Mars" date de 1802 lorsque l'empereur eut prescrit l'aménagement d'un champ de manœuvres dans chaque ville de garnison. [2] Le Champ de Mars, circonscrit par le boulevard de la Liberté au nord, la rue d'Isly à l'ouest avec la caserne du Colombier, la butte au sud et le boulevard Magenta à l'est, demeura tel de 1850 à 1950. Une foire d'hiver sera endeuillée par le terrible bombardement du 8 mars 1943.[3]

Une ville proche de sa sa campagne: la foire aux vaches sur le Champ de Mars Vue prise du nord-ouest
Vue du Champ de Mars prise du sud-ouest pendant des exercices militaires de manège, vers 1905.phototypie Vassellier; Nantes

Devenue le lieu des grandes manifestations rennaises

Des pionniers devant la baraque d'accueil en 1922[4]
Monument aux morts, Champ de Mars et caserne du Colombier : un site en l'état en 1950
La foire-exposition sur le Champ de Mars en 1953. Vue prise en diagonale de l'angle rue d'Isly - cours des Alliés vers l'angle boulevard de la Liberté - boulevard Magenta

Pendant ce siècle, il fut le lieu de toutes les manifestations populaires, commerciales,[5] militaires, officielles nécessitant une grande surface. Des exécutions s'y déroulaient[6], les expositions au carcan et autres flétrissures se maintenant sur la Place du Palais. En 1888, le commandant de la caserne du Colombier s'opposa à l'élargissement du boulevard Magenta de 6 à 8 mètres, au motif qu'il s'agirait d'un empiètement sur le champ de manœuvres.[7]. Fêtes, manifestations patriotiques,[8][9][10][11] gymniques, folkloriques, religieuses, foires aux bestiaux s'y succédèrent, car il était le vaste espace disponible entre la cité anciennement enfermée dans ses murs et l'urbanisation au sud découlant de la décision d'implanter en 1854 la gare du chemin de fer[12]. Le maire Ange Léon des Ormeaux avait, en 1855, envisagé un aménagement avec création de voies dans la partie nord, qui aurait créé quatre îlots constructibles, projet d'amputation qui ne fut pas réalisé mais, un siècle plus tard, survint le grignotage[13].

Qui reconnaîtrait la rue d'Isly qui borde à l'ouest l'esplanade Charles de Gaulle, ex Champ de Mars ?
La gare routière de Rennes en 1955, construite par la chambre de commerce, à l'emplacement des Champs Libres (photo prise en direction du Bd Magenta)[14]

Lieu de la foire-exposition de 1922 à 1962

Le 27 mai 1922 ouvre pour 8 jours sur le Champ de Mars la première foire-exposition de Bretagne et de l'Ouest avec un temps de beau mois d'août. La section de machines agricoles y est et y restera importante. Le conseil d'administration de cette société est composé de MM. Le Ho[15], et Bahon-Rault[16], président et vice-président, tous deux vice-présidents de la Chambre de commerce, de M. Alexandre, président de l'Union du commerce et de l'industrie, de M. Ladam, industriel, M. Léon Lebreton, directeur de la "Publicité générale" et de M. Bertho, secrétaire général. La fréquentation (80 000 visiteurs) amène à accroître la surface pour 1923 et 180 000 tickets seront vendus. En 1924, 25 000 m2 sont occupés par les exposants. La foire-exposition quitta le Champ de Mars en 1963 pour se déployer sur 11 hectares, en partie sur la piste secondaire de l'aéroport, en partie au sud de celle-ci.

À gauche le Champ de Mars en 1950, à droite l'esplanade Charles de Gaulle : un quart du Champ de Mars. - (de Géobretagne)



Un Champ peu à peu grignoté

La seconde moitié du 20e siècle va être l'époque du grignotage de cette surface par des constructions : construction en 1955 d'une gare routière au pied de la butte, côté boulevard Magenta. La même année un projet irréaliste de construction d'un stade de 28 000 places y est même envisagé !
Avril 1955 : Pourquoi pas un grand stade sur le Champ de Mars ?
Constructions le long de celui-ci d'une cité administrative des impôts, puis du haut immeuble de la Sécurité sociale, côté rue de l'Alma construction vers 1960 de la Chambre des Métiers, puis, à côté, de l'hôtel des Douanes. Au nord, le long du boulevard de la Liberté, c'est la construction d'un restaurant universitaire, près du monument aux morts élevé en 1896, et celle de la Salle Omni-sports. La partie centrale sert de parc en plein air pour 300 autos, sauf lors de la fête foraine d'hiver. La foire-exposition quitte définitivement le Champ de Mars pour des terrains dans l'emprise et voisins de l'aérodrome de Rennes - Saint-Jacques en 1963[17].
Une des premières foires-expositions: beaucoup de matériel agricole. Au fond, le monument aux morts et à l'horizon le clocher de Notre-Dame

Une place des cultures

Esplanade Charles de Gaulle (Photo Pacoviande, de Wikimedia Commons)
L'esplanade Charles de Gaulle, vue du sud

On note ensuite le déplacement de la gare routière à l'est de la place de la Gare, l'aménagement du cours des Alliés, la construction de la Maison des associations, près de l'hôtel des Douanes, puis celle de l'ensemble polyvalent appelé le NEC (nouvel équipement culturel), baptisé Les Champs Libres[18], la salle Omni-sports étant transformée en deux salles de spectacle dans Le Liberté. Le 4 Bis est construit dans le prolongement des Champs Libres. L'ensemble est desservi, en partie sud, par une station de métro du Val et un dernier empiètement est effectué pour l'implantation, côté est, d'un grand complexe cinématographique de 12 salles, après la construction d'un grand parc souterrain de trois niveaux pour 800 autos, libérant la surface réaménagée. Le pourtour de l'ancien Champ de Mars ainsi reconfiguré est complété par la destruction de l'ancien restaurant universitaire pour faire place à une cité universitaire internationale en bordure de la petite place Paul Ricœur. L'esplanade de 140 m x 130 m s'étend encore sur plus de 1,8 hectare.

On ne parle plus, sauf dans les bouches des Rennais d'un âge certain, de "Champ de Mars", mais d'esplanade Charles de Gaulle.

Voir aussi

Sur la carte

Chargement de la carte...

Références

  1. journée des Bricoles
  2. Les rue de Rennes, par Lucien Decombe, Le Roy, éditeur - 1892
  3. bombardement du 8 mars 1943
  4. La Bretagne Touristique 15 avril 1924
  5. Rennes d'histoire et de souvenirs quatrain 69
  6. exécutions capitales
  7. Inventaire topographique, par Isabelle Barbedor - 2001
  8. Napoléon III à Rennes
  9. le maréchal-président de Mac-Mahon à Rennes
  10. le président Poincaré à Rennes
  11. fêtes populaires à Rennes entre 1919 et 1939
  12. arrivée du chemin de fer à Rennes
  13. Champ de Mars, galerie cartes postales
  14. Photo du ministère de la construction
  15. rue Jean Le Hô
  16. rue Bahon-Rault
  17. Rennes d'histoire et de souvenirs quatrains 69 et 80
  18. Rennes d'histoire et de souvenirs quatrain 97