Domaine Saint-Cyr

From WikiRennes
Revision as of 21:54, 8 August 2013 by EdouardHue (talk | contribs) (Développement sur l'histoire, photos)
Jump to: navigation, search

Le domaine Saint-Cyr est une propriété acquise par la ville de Rennes en 1986 s'étendant un peu à l'ouest du centre-ville en bordure de l'Ille. Ce parc environnant quelques établissements publics occupe la majeure partie de l'espace compris entre la rue Papu au nord et la Rue Louis Guilloux au sud. Il est en partie entouré d'une enceinte ancienne, particulièrement visible rue Louis Guilloux.

Il comporte une maison de retraite, une résidence d'étudiants, des locaux associatifs et culturels notamment la Maison des Jeunes et de la Culture La Paillette dans l'ancienne buanderie des religieuses premières occupantes. Au bas de la rue Louis Guilloux, s'élève le Théâtre La Paillette. Une petite chapelle subsiste également à l'angle nord. Une partie du parc est vouée à un jardin potager et ornemental à la disposition des mal-voyants. Le petite cimetière des sœurs augustines existe toujours devant la buanderie[1].

Histoire

La première occupation des lieux par une communauté religieuse remonte au IXe siècle, lorsque des moines y fondent un monastère. Après sa destruction par les Normands, les bénédictins installent un prieuré au XIe siècle. Les Calvairiennes de Saint-Cyr, bénédictines également, leur succèdent en 1633 jusqu'à la Révolution qui les chasse. Une caserne et une prison occupent les lieux jusqu'en 1808, où un décret impérial en fait don à l'ordre des sœurs augustines de Notre-Dame de la Charité. Ces religieuses se consacrent à l'éducation des jeunes filles en difficulté, délinquantes ou séparées de leur famille (orphelines ou par placement administratif). Une vaste buanderie édifiée le long de l'Ille en 1857 fournit une bonne part des ressources de l'établissement, avec des commandes provenant des casernes, lycées et hôtels de la ville.

La première moitié du XXe siècle voit évoluer la place des femmes et des enfants et le couvent cloîtré mue en un centre de rééducation. La première enseignante laïque arrive en 1952 pour les cours d'histoire et de géographie. La maison héberge alors environ trois cents filles ainsi que cent religieuses, le tiers étant au noviciat. Quand elles ne travaillent pas à la blanchisserie, les élèves sont préparés à des certificats d'aptitude professionnelle en sténodactylographie, comptabilité, puériculture et d'aide ménagère. La provenance des élèves étaient très variée puisque la France était partagée en deux pour ce type de public : Rennes pour nord et Pau pour le sud. Elle précise encore que ses élèves étaient très motivées et observe que la discipline était bien moins stricte que celle du lycée de Nantes, son premier poste[2].

À partir des années 60, l'institution s'appuie de plus en plus sur du personnel laïc. Le vieillissement des religieuses et la baisse des vocations mènent à la cession du domaine à la ville en 1986, contre la garantie de maintenir sa vocation sociale. Depuis lors, le domaine Saint-Cyr accueille deux maisons de retraite, des logements étudiants et sociaux, le siège du Secours Catholique, des équipements sportifs et culturels[3].

Photographies

Notes et références

  1. Jean-Christophe Collet, « Le plus petit cimetière de Rennes est réservé pour les religieuses » sur Unidivers. Mis en ligne le 01 mars 2013, consulté le 07 août 2013.
  2. Édouard Maret, « Odette fut professeur à la maison Saint-Cyr », Ouest-France du mercredi 31 juillet 2013.
  3. Katell Bodin, « Le domaine Saint-Cyr de conversion en reconversion » sur Place Publique Rennes. Mis en ligne en mai 2011, consulté le 07 août 2013.