En 1944 une Selbstschutzpolizei à Rennes

From WikiRennes
Revision as of 06:44, 29 April 2020 by Stephanus (talk | contribs) (Page créée avec « Catégorie:Rennes sous l'occupation === === Agissant dans les mêmes domaines que ceux du Bezen Perrot <ref>Le Bezen Perrot à Rennes</ref>, avec qui on la retro... »)
(diff) ← Older revision | Latest revision (diff) | Newer revision → (diff)
Jump to: navigation, search


Agissant dans les mêmes domaines que ceux du Bezen Perrot [1], avec qui on la retrouvait sur beaucoup d'opérations, tous deux groupes supplétifs du SIPO-SD de Rennes, la Selbstschutzpolizei (SSP), police d'autoprotection, était composée de jeunes Français qui portaient un uniforme de chasseur alpin, bleu avec un calot de même couleur, d'où la confusion fréquente avec la franc-garde de la Milice, mais ces jeunes gens arborent un brassard jaune avec le signe SSP sur le bras gauche. Mélange de jeunes gens de bonne famille et de voyous, le groupe avait été formé à l'école de police allemande de Taverny dirigée par le SS Hermann Bickler, vieille connaissance mosellane des nationalistes bretons. Comme au Bezen, la discipline y était stricte.[2]

Le 8 mai 1944, une unité de douze hommes de la Selbstschutzpolizei (SSP) arriva de Paris et s’installa dans une maison réquisitionnée au 76 boulevard de la Duchesse Anne à Rennes. Moins d'une semaine plus tard la SSP commença ses activités dans les Côtes-du-Nord. Voici le début de son compte-rendu :

Compte-rendu d'activité en mai 1944
La Selbstschutzpolizei de Rennes, debout à gauche du rang du milieu, Jean-Yves de Cambourg, Jean Frelin, Marcel Durot, Rémi Daigre (rang du haut), l'Oberscharführer Marx Jacob [Oscar Marx] à gauche du rang du milieu, René Hocquart, Depin, Roger Silly, Élie Cardun, Paul Anderlé , et Jacques Van Verden, Eugène Martin, Lionel Brot au rang du bas)

Un compte-rendu d'activité de la Selbstschuztpolizei de Rennes

Le chef du groupe 3 de l'unité d'autoprotection, SSP de Rennes (Selbstschutzpolizei) chef de groupe, adjudant Marx (Oberscharführer) adresse le compte rendu mensuel d'activité pour le mois de mai au service des groupes d'autoprotection :

Pleyben, 1er juin 1944

à l'attention du colonel Best (Sturmbannführer)

Arrivée à Rennes le 9 mai,

Les 10, 11 et 12 en astreinte. Le 13 mai rafles avec les résultats : 15 arrestations et 50 hommes pris pour le service du travail. Le 15 mai, déplacement à 15h00 près de Saint-Brieuc, nuit là-bas.

Le 16, départ à 4h 00 pour Maël-Pestivien (C.d.N.). Arrivée là-bas à 7 h 10. Opération. Résultats : 16 terroristes annihilés, 28 hommes pris pour le travail. Pertes : 1 mort, 3 blessés, 1 terroriste abattu dans sa fuite, 2 arrêtés….


NB : De fait, à la suite de parachutages d'armes destinées au maquis F.T.P., le 16 mai 1944 les SS, appuyés par la SSP de Rennes, raflent une vingtaine d’hommes à Maël-Pestivien, dont le maire. 9 d'entre eux (P.Moisan, L.L'Horset, C.Gallais, L.Bertrand, M.Bertrand, G.Launay, L.Le Moigne, L.Guéguan, L.Champion) seront abattus en cours de route ou mourront en déportation. Les classes de l’école publique furent utilisées comme salle de regroupement et de contrôle d’identité - À l’étage une salle servait à la torture des personnes arrêtées.

===références

  1. Le Bezen Perrot à Rennes
  2. Rennes pendant la guerre, chroniques de 1939 à 1945. p. 194. Étienne Maignen. Éditions Ouest-France - Nov. 2015