Funérailles d'Edgar Le Bastard

De WikiRennes
Révision datée du 6 juin 2018 à 15:34 par Stephanus (discussion | contributions)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)
le cortège funèbre, place de la Mairie (Fond E. Maignen)

Le 30 juin 1892, de nombreux Rennais assistent aux funérailles en grandes pompes d'Edgar Le Bastard, maire de Rennes, décédé le 28 juin 1892. L'horloge indique 10 h 05. Les parapluies protègent du soleil. Les ouvertures en rez-de-chaussée de l'hôtel de Ville et sa niche sont drapées de tentures noires (celles de la niche semées d'hermines blanches) et le drapeau de la France.... en berne descend du campanile.

Le cortège funèbre arrive place de la Mairie après un office à la cathédrale. Le char funèbre est à gauche, suivi par le clergé, des sœurs de Saint-Vincent de Paul, la famille et des autorités ; en sortie de photo, le second char à droite porte des couronnes, suivi par des porteurs de couronnes.

Des hommes ont ôté leur chapeau au passage du char. Les soldats, disposés en carré, sont la fanfare du 41e régiment d'infanterie de ligne.


« Mardi 28 juin - Depuis ce matin, le beffroi de l'Hôtel de Ville annonce, par des glas répétés, la mort de M. Le Bastard, maire de Rennes, décédé à 4 heures de la nuit. Il y a plusieurs mois que M. Le Bastard était souffrant, mais, depuis huit jours, son état s'était sensiblement aggravé. M. Le Bastard s'est éteint après avoir pu recevoir l'Extrême-Onction de M. le Curé de Saint-Aubin.

M. Le Bastard, maire de Rennes depuis 1880, n'avait que 56 ans. [...]

Jeudi 30 juin - Les obsèques solennelles de M. Le Bastard, maire de Rennes, ont été célébrées aujourd'hui. Le char funèbre était traîné par quatre chevaux caparaçonnés de noir et tenus en mains ; il était couvert de couronnes. Les cordons du poêle étaient tenus par MM. le général Cailliot, le Premier Président, le Recteur d'Académie, Le Hérissé, député, M. Morel, adjoint, M. Le Chartier, M. Divel, conseiller général, M. Maugére. Derrière le char, le drapeau des Sapeurs-Pompiers, la famille de M. Le Bastard et ses amis ; puis le Conseil municipal, les présidents de Chambre et quelques conseillers en robe, le procureur général et les avocats généraux en robe, le général d'Aubigny et un nombreux groupe d'officiers d'état-major, quelques conseillers généraux et un grand nombre de maires portant leur écharpe. Ensuite venaient les conseillers de préfecture en uniforme, les juges du tribunal en robe, les juges de paix, les notaires, etc... On remarquait les ouvriers et ouvrières de M. Le Bastard portant des cierges. Enfin venait l'interminable défilé des sociétés de toutes sortes. Quarante voitures suivaient les lanternes allumées. Dans les rues, presque tous les magasins étaient fermés.

A la cathédrale, tendue de noir, la messe a été célébrée par M. le Curé de Saint-Aubin ; l'absoute a été donnée par Son Éminence le cardinal Place, qui assistait pontificalement à la cérémonie.

A midi moins le quart, le cortège a pris la direction du Cimetière, où des discours ont été prononcés par M. Morel, adjoint, M. Leroux, préfet d'Ille-et-Vilaine, M. Le Hérissé, député, M. Le Chartier, avocat, M. Vadot, secrétaire général de la mairie, M. Vieille, vice-président du Comité républicain national, M. Fortin, du Syndicat des Ouvriers du chemin de fer.

La cérémonie s'est terminée à une heure un quart. »

— Journal de Rennes
Origine : Numéro du 27 juin 1892 • Recueilli par Manu35 • 2018licence

Géolocalisation

Coordinates: {{#lat_deg2dms:{{

  1. lat_dms2deg:48|06|40|N}}}} {{#long_deg2dms:{{
  2. long_dms2deg:1|40|46|W}}}}

{{#kml.placemark:Point({{

  1. lat_dms2deg:48|06|40|N}},{{
  2. long_dms2deg:1|40|46|W}})|

}}