Handistar

De WikiRennes

Handistar est le nom de marque d'un service de transport collectif à la demande de personnes à mobilité réduite, créé en 1976 à l'initiative de la ville de Rennes. Ce service a été géré pendant 20 ans par une association pour le compte de la ville, avant de devenir un service public à part entière. Depuis 1999, Handistar fait partie intégrante du réseau STAR de Rennes Métropole.

Fourgonette handistar

1976-1996 : le service de transports pour personnes handicapées (STH)

LogoSTH.jpg

Dans les années 1970, les transports en commun sont encore largement inadaptés aux personnes à mobilité réduite (PMR), constituant ainsi un obstacle à leur intégration professionnelle. En 1975, la loi dite d'orientation sur les personnes handicapées n° 75-534 vise à l'intégration sociale des personnes handicapées, en particulier par leur mobilité[1] .

L'année suivante à Rennes, un service associatif de transport pour personnes handicapées (STH) est créé à titre expérimental, sous l'impulsion du groupement pour l'insertion des handicapés physiques (GIHP). Le service rennais ne fonctionne alors qu'avec un chauffeur et un véhicule, il est financé par subvention (Ville de Rennes, CPAM, MSA d'Ille-et-Vilaine).

En 1980, la ville de Rennes devient autorité organisatrice des transports et finance la totalité du déficit. La gestion du service est confiée par convention à l'association du même nom (STH) qui transporte ses adhérents à la demande. Le nombre de véhicules passe à cinq et les chauffeurs à quatre. Le service fonctionnera avec plusieurs objecteurs de conscience [2] .

En 1981, la convention est reconduite avec le syndicat intercommunal des transports en commun rennais (SITCAR) (nouvelle autorité organisatrice), puis Rennes District à partir de 1992, sur ses 33 communes. Entre temps, la demande a été multipliée par trois. Pour y faire face, le SITCAR introduit une sous-traitance de taxis. Si ce service est apprécié des personnes âgées pour son confort, il ne doit cependant pas le concurrencer. Le parc automobile n'est donc équipé que de fourgonnettes.

Principes et fonctionnement :

Sont bénéficiaires les personnes dans l'incapacité d'utiliser le réseau de transport public en raison d'un handicap moteur, visuel, etc., mais également les personnes âgées. Ils sont également adhérents de l'association.

Le prix d'un voyage coûte sensiblement le prix d'un ticket de bus, afin de respecter l'égalité des usagers vis-à-vis des transports en commun. La réservation d'un trajet se fait auprès d'un central téléphonique, 24h à l'avance ou le matin pour la fin de journée.


Handistar

Au terme de la convention et de 20 années de gestion par l'association, le District de Rennes souhaite faire évoluer le service et fixer de nouvelles orientations. Ainsi, en 1996, à la suite d'une consultation, une convention de quatre ans est signée avec un nouveau prestataire, le GIHP. L'association STH crée de son côté "Handicap service 35" et reste interlocutrice du service.

LogoGIHP.jpg






1996-1999 : gestion déléguée du service par le GIHP

Logo-handistar-star.png

En 1997, le service STH est renommé HANDISTAR et adopte la nouvelle charte graphique du STAR.

Dans un premier temps, le nouvel opérateur fait face à l'inquiétude et au mécontentement des usagers sur la qualité du nouveau service.

À la demande du District, une commission d'accès est instaurée. Composée de médecins agréés, elle examine les demandes des candidats au transport qui ne seraient pas bénéficiaires de plein droit.

Cette période voit la professionnalisation du personnel et sa pérennisation, une augmentation du parc automobile (une vingtaine de minibus) et un fort accroissement de la demande. La part de voyages réalisés par les taxis progresse également de plus de 30%.

L'organisation du service est revue, les réservations sont assistées par logiciel informatique. Cependant, les conditions de réservation et d'attente restent à améliorer.


2000-2006 : gestion déléguée du service public par la SRTS (Kéolis)

Pour le renouvellement de la convention sur la période 2000-2006, le district souhaite renforcer la vocation de service public d'HANDISTAR, améliorer sa qualité et développer sa productivité. De plus, avec la mise en service du métro accessible aux PMR en 2002, le service doit intégrer le réseau STAR et sa billettique.

La nouvelle convention est signée avec VIA-GTI, qui crée la société rennaise de transports et services (RTS) pour exploiter le service. Côté communication, un magazine trimestriel "Handistar, le mag" est lancé.

En 2004, Handistar est le premier service en France à obtenir la certification AFNOR "NF Service" de transport à la demande. Une charte qualité client pose les règles de bon fonctionnement.

L'amplitude horaire de réservation et de service augmente. Le délai de réservation est réduit jusqu'à une heure avant déplacement. Pour endiguer le phénomène des désistements sans annulation, une pénalité est appliquée sous forme d'amende.

L'informatisation s'accentue avec un nouveau logiciel d'exploitation (TITUS), un système de GPS, l'assistance et la planification de trajets par ordinateur. La sous-traitance taxi est réduite.

L'effectif de conducteurs est augmenté. En 2002, il est de 47 agents.


2007-2012 : renouvellement de la délégation de service public à la SRTS

Durant la nouvelle délégation, Handistar emménage dans de nouveaux locaux, situés 26 Rue du Bignon à Chantepie.

Une nouvelle expérimentation de « transport public accompagné » est lancée : le TPA est une prestation de transport, vers les établissements d’accueil de jour de personnes handicapées, dont le transport requiert obligatoirement un accompagnement. Il se caractérise par la présence à bord du véhicule d’un accompagnateur formé et chargé de garantir la sécurité des personnes et d’assurer les relais (accompagnement au départ et à l’arrivée). Les circuits de transport sont fixés en accord avec les établissements et les familles au plus près de leurs besoins[3].

Une nouvelle prestation de "trajet relai" permet l'organisation de relai sur une destination identifiée pour les personnes voyageant avec un accompagnement obligatoire.

Plusieurs formules de réservation sont mises en place : "service confort" (transports programmés à l'avance), "Impro'jour" (déplacements spontanés), "Circuits Métropole", puis "Impro'Métropole".

Handistar continue de bénéficier de la certification qualité NF Service, entrainant un certain nombre d'actions préventives ou correctives sur le service.

Les actions de communication s'étoffent. En 2010, un film sur DVD est créé à destination des usagers, diffusé dans les mairies et les administrations.

2013-2017 : renouvellement de la délégation de service public à la SRTS

Le contrat est conclu avec le Groupe Keolis le 20 décembre 2012, pour une durée de 5 ans à compter du 1er janvier 2013, jusqu'au 31 décembre 2017.

Références

  1. La loi d'orientation des transports intérieurs (LOTI) n° 82-11-53 du 30 décembre 1982 et la loi n° 91-663 du 13 juillet 1991 viennent compléter le dispositif législatif de mesures visant à améliorer l'accessibilité des PMR.
  2. A partir de 1983, habilitation délivrée par le ministère de la solidarité et de la santé.
  3. Extrait du registre des délibérations de Rennes Métropole N°  C 08.292 Transports collectifs – Réseau HANDISTAR – Délégation de Service Public – Rapport d’activité 2007

Lien externes

- Site internet d'Handistar.

- "Le Mag Handistar", novembre 2016, n° 48 et hors série consacrés aux 40 ans d'Handistar.

- Rapport d'activité 2012.

- Dossier de presse sur les nouveautés du service Star/Handistar pour la rentrée 2015/2016/

- Archives publiques de la Ville de Rennes portant sur le service de transport des personnes à mobilité réduite : consulter les cotes 673 W 21, de la direction des affaires financières (Ville de Rennes) ; 1147 W 31 de Jean Descottes, adjoint délégué aux travaux et aménagements d’infrastructures et aux transports collectifs urbains (mandat 1977-1983) (Ville de Rennes) ; 2108 W 104 de la direction générale solidarité santé (DGSS) (Ville de Rennes) ; 2209 W 16 du cabinet du Maire ; 5 RM/W 140-141, du service des transports urbains (STU) ; 7 RM/W 155, 163, 211-212, 221, 277-279 de la direction générale des services (Rennes Métropole) ; 38RM/ W 201 de la direction de la communication et de l'information (Rennes Métropole), 2307 W 44-75, du service Transports urbains (Rennes Métropole).