Difference between revisions of "Henri Fréville"

From WikiRennes
Jump to: navigation, search
m
 
Line 6: Line 6:
 
[[Anciens maires de Rennes (liste chronologique)|maire de Rennes]] de [[1953]] à [[1977]], est un professeur d'histoire, résistant, homme politique et écrivain français.  
 
[[Anciens maires de Rennes (liste chronologique)|maire de Rennes]] de [[1953]] à [[1977]], est un professeur d'histoire, résistant, homme politique et écrivain français.  
  
Il fut professeur agrégé d'histoire au [[lycée Chateaubriand]] à partir de 1932. Il enseigna de 1949 à 1971 l'Histoire moderne à la Faculté de lettres, devenue l'[[Université Rennes 2]]. Il fonda par ailleurs l'[[Institut armoricain de recherches historiques]].  
+
Il fut professeur agrégé d'histoire au [[lycée Chateaubriand]] à partir de 1932. Il enseigna de 1949 à 1971 l'histoire moderne à la Faculté de lettres, devenue l'[[Université Rennes 2]]. Il fonda par ailleurs l'[[Institut armoricain de recherches historiques]]. À la Libération, directeur régional de l’information pour la Bretagne (4 août 1944-30 septembre 1945) il joua un rôle d'organisateur dans la reprise en main de la presse et de la radio puis fut le directeur de cabinet de [[Victor Le Gorgeu]], commissaire régional de la République pour les quatre départements bretons. Il fut chargé de recherches au CNRS (1946-1948),
 
+
maître de conférence puis professeur à la Faculté des Lettres (1950-1971), Officier des palmes Académiques, délégué à l’Enseignement supérieur et aux Beaux-Arts (1947-1953). Il est maire MRP de la Ville de 1953 à 1977.  Conseiller général en mars 1958 (Rennes N-E), Henri Fréville devint président du conseil général d’Ille-et-Vilaine (en janvier 1966), président du Conseil de district urbain de l’agglomération Rennaise (1970). Député
À la Libération, il joua un rôle d'organisateur dans la reprise en main de la presse et de la radio puis fut le directeur de cabinet de [[Victor Le Gorgeu]], Commissaire régional de la République pour les quatre départements bretons.  
+
d’Ille et Vilaine (1958-1968), il fut rapporteur du budget de la Santé publique (1959-1966), rapporteur du projet de loi créant à Rennes (1961) l’Ecole Nationale de la Santé publique et termina sa carrière politique comme sénateur (1971-1980). Il a été membre du Haut Comité de l’aménagement du territoire, du Commissariat général au Plan. Il fut visé par un attentat du [[Front de libération de la Bretagne|FLB]], le 26 août 1975.  
 
 
Il fut maire (MRP) de Rennes de 1953 à 1977, président du [[Conseil général d'Ille-et-Vilaine]] de 1966 à 1976, député de la première circonscription d'Ille-et-Vilaine de 1958 à 1968, sénateur d'Ille-et-Vilaine de 1970 à 1977. Il fut visé par un attentat du [[Front de libération de la Bretagne|FLB]], le 26 août 1975.  
 
 
 
 
Auteur de nombreux ouvrages historiques, il étudia notamment le comportement des nationalistes bretons durant la Seconde Guerre mondiale, à partir de documents de l'administration militaire allemande, récupérés dans les locaux de l'[[hôtel Majestic]].  
 
Auteur de nombreux ouvrages historiques, il étudia notamment le comportement des nationalistes bretons durant la Seconde Guerre mondiale, à partir de documents de l'administration militaire allemande, récupérés dans les locaux de l'[[hôtel Majestic]].  
 
[[Fichier:Avenue Henri Freville.jpg|250px|right|thumb|Avenue Henri Freville]]
 
[[Fichier:Avenue Henri Freville.jpg|250px|right|thumb|Avenue Henri Freville]]
 +
 
Le 10 mai 1993, la ville de Rennes lui dédia l'avenue de Crimée, rebaptisée [[avenue Henri Fréville]]. La [[station Henri Fréville|station du métro]] ([[ligne a]]) qui s'y trouve, porte également son nom.  
 
Le 10 mai 1993, la ville de Rennes lui dédia l'avenue de Crimée, rebaptisée [[avenue Henri Fréville]]. La [[station Henri Fréville|station du métro]] ([[ligne a]]) qui s'y trouve, porte également son nom.  
  

Latest revision as of 18:58, 12 June 2019

Freville henri000139.jpg

Henri Fréville

(4 décembre 1905, Norrent-Fontes, Pas-de-Calais - 15 juin 1987, Rennes)

maire de Rennes de 1953 à 1977, est un professeur d'histoire, résistant, homme politique et écrivain français.

Il fut professeur agrégé d'histoire au lycée Chateaubriand à partir de 1932. Il enseigna de 1949 à 1971 l'histoire moderne à la Faculté de lettres, devenue l'Université Rennes 2. Il fonda par ailleurs l'Institut armoricain de recherches historiques. À la Libération, directeur régional de l’information pour la Bretagne (4 août 1944-30 septembre 1945) il joua un rôle d'organisateur dans la reprise en main de la presse et de la radio puis fut le directeur de cabinet de Victor Le Gorgeu, commissaire régional de la République pour les quatre départements bretons. Il fut chargé de recherches au CNRS (1946-1948), maître de conférence puis professeur à la Faculté des Lettres (1950-1971), Officier des palmes Académiques, délégué à l’Enseignement supérieur et aux Beaux-Arts (1947-1953). Il est maire MRP de la Ville de 1953 à 1977. Conseiller général en mars 1958 (Rennes N-E), Henri Fréville devint président du conseil général d’Ille-et-Vilaine (en janvier 1966), président du Conseil de district urbain de l’agglomération Rennaise (1970). Député d’Ille et Vilaine (1958-1968), il fut rapporteur du budget de la Santé publique (1959-1966), rapporteur du projet de loi créant à Rennes (1961) l’Ecole Nationale de la Santé publique et termina sa carrière politique comme sénateur (1971-1980). Il a été membre du Haut Comité de l’aménagement du territoire, du Commissariat général au Plan. Il fut visé par un attentat du FLB, le 26 août 1975. Auteur de nombreux ouvrages historiques, il étudia notamment le comportement des nationalistes bretons durant la Seconde Guerre mondiale, à partir de documents de l'administration militaire allemande, récupérés dans les locaux de l'hôtel Majestic.

Avenue Henri Freville

Le 10 mai 1993, la ville de Rennes lui dédia l'avenue de Crimée, rebaptisée avenue Henri Fréville. La station du métro (ligne a) qui s'y trouve, porte également son nom.

Il est le père d'Yves Fréville (1934), universitaire et ancien parlementaire.

Publications

  • L'Intendance de Bretagne (1689-1790). Essai sur l'histoire d'une intendance en Pays d'États au XVIIIe s, I/III. Thèse. Rennes, Plihon, 1953. 3 vol.
  • Un acte de foi : trente ans au service de la Cité ; Rennes : Éditions SEPES, 1977.
  • La presse bretonne dans la tourmente : 1940-1946, Plon, Paris, 1979
  • Archives secrètes de Bretagne, 1940-1944, Ouest-France, Rennes, 1985 (réédité en 2004 et 2008, édition revue et corrigée par l'historienne Françoise Morvan), ISBN : 978-2-7373-4453-4.

Bibliographie

  • L'histoire du quotidien "La Bretagne" et les silences d'Henri Fréville ; Youenn Didro; Yann Fouéré; Saint-Brieuc : Cahiers de l'Avenir de la Bretagne, 1981.
  • "Un acte de foi : trente ans au service de la cité", 1978

Liens internes

Références