La peste à Rennes : Différence entre versions

De WikiRennes

m
Ligne 35 : Ligne 35 :
  
  
==Le voeu de 1632==
+
==Le vœu de 1632==
 
[[Fichier:Voeu d argent - Basilique de Notre Dame de Bonne Nouvelle.png|right|250px|thumb|voeu à Notre-Dame de Bonne Nouvelle]]
 
[[Fichier:Voeu d argent - Basilique de Notre Dame de Bonne Nouvelle.png|right|250px|thumb|voeu à Notre-Dame de Bonne Nouvelle]]
 
La protection de la Vierge de Bonne-Nouvelle se manifeste notamment à l'occasion de cette épidémie de peste qui dévastait la ville de Rennes et ses environs. Le 12 octobre 1632, un membre notable du clergé suggère l'idée d'un voeu à Notre-Dame de Bonne Nouvelle. La municipalité et toute la ville promirent d'offrir à Marie en « ex voto » une maquette de la ville si Notre-Dame met un terme à l'épidémie. La contagion s'étant effectivement arrêtée le jour même, on confia la réalisation de cette pièce d'orfèvrerie au maître orfèvre parisien La Haye auquel il fallut deux ans pour mener l’œuvre à bien.<ref>''Saint-Aubin et Notre-Dame de Bonne-Nouvelle'', deux conférences d' Arthur de la Borderie. Plihon et Hervé libraires-éditeurs. - 1896</ref>  La pièce représentait "''la ville de Rennes, avec ses murs, tours, porteaux, églises et édifices notables; une image de Nostre-Dame, s'élevoit par-dessus, estendant la main sur le convent de Bonne-Nouvelle, son petit Jésus donnant la bénédiction à la ville, le tout du poids de cent dix neuf marcs,'' ( = 29,1 kg) ''provenus d'une cueillette générale qu'on fit par la ville à cette intention''" <ref> ''Vie des SS. de Bretagne'', par le R.P. Albert Legrand, - 1680</ref>  Le voeu fut porté le 8 septembre 1634, en grande procession, de l'[[hôtel de ville]] à la cathédrale puis à l'[[église Notre-Dame de Bonne-Nouvelle]]. Mgr de Cornulier, Évêque de Rennes, annonça en 1634 que la fête du voeu serait célébrée le 8 septembre, jour de la fête de la Nativité de Notre Dame, et ainsi chaque année. Cette maquette a été fondue vers 1794.
 
La protection de la Vierge de Bonne-Nouvelle se manifeste notamment à l'occasion de cette épidémie de peste qui dévastait la ville de Rennes et ses environs. Le 12 octobre 1632, un membre notable du clergé suggère l'idée d'un voeu à Notre-Dame de Bonne Nouvelle. La municipalité et toute la ville promirent d'offrir à Marie en « ex voto » une maquette de la ville si Notre-Dame met un terme à l'épidémie. La contagion s'étant effectivement arrêtée le jour même, on confia la réalisation de cette pièce d'orfèvrerie au maître orfèvre parisien La Haye auquel il fallut deux ans pour mener l’œuvre à bien.<ref>''Saint-Aubin et Notre-Dame de Bonne-Nouvelle'', deux conférences d' Arthur de la Borderie. Plihon et Hervé libraires-éditeurs. - 1896</ref>  La pièce représentait "''la ville de Rennes, avec ses murs, tours, porteaux, églises et édifices notables; une image de Nostre-Dame, s'élevoit par-dessus, estendant la main sur le convent de Bonne-Nouvelle, son petit Jésus donnant la bénédiction à la ville, le tout du poids de cent dix neuf marcs,'' ( = 29,1 kg) ''provenus d'une cueillette générale qu'on fit par la ville à cette intention''" <ref> ''Vie des SS. de Bretagne'', par le R.P. Albert Legrand, - 1680</ref>  Le voeu fut porté le 8 septembre 1634, en grande procession, de l'[[hôtel de ville]] à la cathédrale puis à l'[[église Notre-Dame de Bonne-Nouvelle]]. Mgr de Cornulier, Évêque de Rennes, annonça en 1634 que la fête du voeu serait célébrée le 8 septembre, jour de la fête de la Nativité de Notre Dame, et ainsi chaque année. Cette maquette a été fondue vers 1794.

Version du 13 août 2017 à 16:20


La "mort noire", épidémie récurrente

La peste, bubonique ou pulmonaire, la "mort noire", sévit plusieurs fois à Rennes au XVIe et au XVIIe siècle. Dès 1505 , Anne de Bretagne, lors d'un Tro Breizh, avait évité Rennes par crainte d'une épidémie de peste. On la constate en 1563-1564. Pendant les décennies qui suivirent 1563, la peste qui n'avait plus fait parler d'elle depuis l'épidémie de 1507-1509 allait sévir à l'état endémique, avec des accalmies de quelques années séparées par de mortelles recrudescences en 1582-1585, de 1588 à 1602, en 1605, de 1607 à 1617, de 1622 à 1627, en 1628, de 1629 à 1634, en 1636-1637 et une dernière fois en 1640.

Illustration publiée sur une Bible allemande datant de 1411

A chaque poussée, c'était la même panique : "le Parlement quittait Rennes pour une ville moins atteinte dans les environs, et on prenait quelques mesures d'hygiène qui devaient être périodiquement renouvelées : curage des fossés, évacuation des prisons encombrées, interdiction de laisser les pourceaux errer dans les rues sous peine de confiscation au profit de l'Hôtel-Dieu, fermeture des écoles et des tavernes, sanctions contre les malades s'échappant de leurs maisons cadenassées, expulsion des marchands ambulants, on défend les rassemblements, on défend de tirer le Papegaut, on défend les représentations des Mystères à peine d'emprisonnement des comédiens, etc. Puis la mortalité diminuait, le Parlement revenait, les Jésuites rouvraient leur collège de Toussaints, jusqu'à la prochaine alerte". Lors de la peste de 1605, 500 personnes furent hospitalisées dans de nouveaux bâtiments à la Croix-Rocheron mais dans l'intervalle des épidémies, le Sanitat servait d'asile aux vieillards et aux mendiants. Des médecins et chirurgiens supplémentaires durent être engagés. Grâce à la générosité du prévôt Pierre Alleaume, le bâtiment sud de l'Hôtel-Dieu Saint-Yves [1] fut rénové en 1617-1620, et un autre construit à l'est ; et les échevins suivant cet exemple firent édifier d'autres salles à l'ouest, au long de la rue du Port-Saint-Yves. L'ensemble représentait, en 1636, un quadrilatère d'environ 40 m de côté, et 220 malades y trouvaient place. [2]

Pendant huit ans, de 1624 à 1632, la peste ravage Rennes. Elle se manifestait par des "bosses", de gros bubons qui noircissaient et pourrissaient, décomposant le sang. On éventait et on désinfectait les maisons par de grands feux pour chasser le "mauvais air". Toutes les classes de la société furent touchées par le mal. En 1626, le corps de police des magistrats et bourgeois prend des arrêtés souvent draconiens pour prévenir la contagion. On enjoint à une femme de chambre de sortir dans la journée en emportant les hardes de sa maîtresse morte de la peste, sous peine du fouet. On défend à la veuve d'un pelletier de toucher à ses vieilles hardes et de les éventer, sous peine de mort. On ferme de cadenas la maison d'un mort et, ceux-ci ayant été forcés par des voleurs qui se sont emparés d'objets infestés, on en rend responsables les voisins. On interdit aux habitants de paroisses infestées l'accès à la ville. Vitré accueillera la réunion des Etats de Bretagne, Rennes étant touchée par la peste.[3]

Mais l'on donne alors ce nom à diverses maladies épidémiques.[4] A l'emplacement de la rue de l'Arsenal, dès 1546, François Thierry de Boisorcant avait donné une maison et un jardin destinés à accueillir les malades atteints de la peste que l'hôpital Saint-Yves [5] ne pouvait recevoir. En 1597, à la suite de mauvaises récoltes, une grande famine s'installe dans la campagne rennaise. Les paysans viennent chercher aide et nourriture en ville. Le sergent général de la police, Regnard, publie un arrêté qui interdit l'entrée en ville des pauvres gens pour mendier et chercher l'aumône, car on craint les risques d'épidémies de peste ou autres maladies.


Le vœu de 1632

voeu à Notre-Dame de Bonne Nouvelle

La protection de la Vierge de Bonne-Nouvelle se manifeste notamment à l'occasion de cette épidémie de peste qui dévastait la ville de Rennes et ses environs. Le 12 octobre 1632, un membre notable du clergé suggère l'idée d'un voeu à Notre-Dame de Bonne Nouvelle. La municipalité et toute la ville promirent d'offrir à Marie en « ex voto » une maquette de la ville si Notre-Dame met un terme à l'épidémie. La contagion s'étant effectivement arrêtée le jour même, on confia la réalisation de cette pièce d'orfèvrerie au maître orfèvre parisien La Haye auquel il fallut deux ans pour mener l’œuvre à bien.[6] La pièce représentait "la ville de Rennes, avec ses murs, tours, porteaux, églises et édifices notables; une image de Nostre-Dame, s'élevoit par-dessus, estendant la main sur le convent de Bonne-Nouvelle, son petit Jésus donnant la bénédiction à la ville, le tout du poids de cent dix neuf marcs, ( = 29,1 kg) provenus d'une cueillette générale qu'on fit par la ville à cette intention" [7] Le voeu fut porté le 8 septembre 1634, en grande procession, de l'hôtel de ville à la cathédrale puis à l'église Notre-Dame de Bonne-Nouvelle. Mgr de Cornulier, Évêque de Rennes, annonça en 1634 que la fête du voeu serait célébrée le 8 septembre, jour de la fête de la Nativité de Notre Dame, et ainsi chaque année. Cette maquette a été fondue vers 1794.

La chapelle de la Sainte Vierge qui joint l'église est renommée dans la province par le grand concours de peuple qui s'y fait les jours de sa feste, l'autel fust beny par Pierre de Cornullier évesque de Rennes.L'image de la Sainte Vierge qui porte le nom de miraculeuse y fust placée en 1623. Les représentations en cire et les voeux y sont en très grand nombre, mais le principal est celuy qui fust fait par la ville en 1632 pour remercier dieu de l'avoir délivrée de la peste qui la desoloit depuis huit ans, c'est une ville représentée en argent avec tant d'art que l'on y distingue les édifices publics et les maisons considérables. La protection singulière que la mère de dieu a accordé dans toutes les occasions aux habitans de la ville de Rennes et particulièrement en 1632 engagea cette ville à luy faire ce voeu qu'elle exécuta en 1634. La ceremonie qui s'en fist le jour de la nativité fust très ecclatante, l'évesque tout le clergé, et le parlement en robe rouge s'y estant trouvés. [8] [9]

De 1555 à 1789, le Parlement de Bretagne a consacré à la peste 45 de ses 275 remontrances sur l'hygiène dans la province. [10].

Les arrêts du Parlement

De 1582 à 1640, le Parlement de Bretagne prend un grand nombre de mesures de prévention et de lutte contre la peste à Rennes particulièrement. Pas moins de 120 arrêtés sont pris à propos de sujets variés, d'une portée très variable ainsi que le montrent les notices suivantes extraites du répertoire des arrêts sur remontrance du procureur général du roi réalisé par Hervé Tigier en 1990 par l'analyse des arrêts conservés aux Archives départementales d'Ille-et-Vilaine, sous-série 1B f, reproduites dans leur totalité sur l'article Arrêts du Parlement de Bretagne pour la prévention et la lutte contre la peste, 1582 - 1640.

Parmi ces arrêtés, on trouve en 1583, la requête des "nobles bourgeois manans et habitans de ceste ville de Rennes" pour le départ de tous les mendiants non originaires, et non inscription à l'avenir au rôle des pauvres des familles "étrangères" ; en 1622, "l'interdiction aux "écoliers" de Dinan, Dol, Saint-Brieuc et Saint-Malo de venir à Rennes" ; en 1625, la "Deffances aulx habitans de cette ville et forbourgs d'aller boire et manger aux hosteleryes tavernes et cabarets du dit lieu sur peine de six livres d'amande", etc.

Références

  1. Clinique Saint-Yves
  2. Histoire des hôpitaux de Rennes par le Professeur J.-C. Sournia. BIU Santé - 1969
  3. Rennes moderne, par A. Marteville, vol. 2 - 1849
  4. La peste à Rennes de 1563 à 1640, par L. Delourmel. Bulletin et mémoires de la Société archéologique d'Ille-et-Vilaine, vol. XXVI - 1897
  5. Clinique Saint-Yves
  6. Saint-Aubin et Notre-Dame de Bonne-Nouvelle, deux conférences d' Arthur de la Borderie. Plihon et Hervé libraires-éditeurs. - 1896
  7. Vie des SS. de Bretagne, par le R.P. Albert Legrand, - 1680
  8. Manuscrit anonyme conservé aux Archives d'llle-et-Vilaine cote : 1 F 292.
  9. La_paroisse_Saint-Germain_de_Rennes_en_1725
  10. L'hygiène à travers les remontrances du Parlement de Bretagne, par Xavier Delhate, SFHAD, vol. 2 Université Paris 5.
    Étude reposant sur les notices résumant environ 6000 remontrances et publiées par Hervé Tigier dans La Bretagne de Bon aloi - répertoire des arrêts du parlement de Bretagne sur remontrance du procureur général du roi de 1554 à 1789, Rennes, 1990.

Lien interne