Le maréchal Foch à Rennes

De WikiRennes

Révision de 17 avril 2017 à 13:30 par Stephanus (discussion | contributions) (Page créée avec « Catégorie:Événement L'accueil décrit par l'''Ouest-Éclair'' Fichier:Foch_%C3%A0_Rennes.png|... »)

(diff) ← Version précédente | Voir la version courante (diff) | Version suivante → (diff)
L'accueil décrit par l'Ouest-Éclair
Le maréchal Foch arrivé à la gare de Rennes, le 17 juillet 1921 à 16h30, à droite avec à gauche Jean Janvier) ( Archives de Rennes 257FI7)

Le maréchal Foch vient à Rennes le 17 juillet 1921 et y reçoit un accueil triomphal. L'occasion de cette visite est une invitation de l'Association Bretonne à la célébration du sixième centenaire du connétable Du Guesclin, au sujet duquel le maréchal donnera une conférence, et le quatrième centenaire du jurisconsulte D'Argentré.

Une compagnie du 41e RI avec le drapeau du régiment et la musique du Xe corps sont rangées dans la partie du carré resté libre devant la gare et les "boy-scouts" font une haie d'honneur dans la salle d'attente. À 16h30, le maréchal est accueilli par le maire, Jean janvier, le général Passaga et le préfet. Ils vont parcourir à pied le trajet de l'avenue de la gare à la mairie, bordé d'une foule enthousiaste que décrit le journal l'Ouest-Éclair. Les arbres sont ornés de drapeaux et tout au long de l'avenue sont rangées les sociétés de la ville. bravos, vivats et bouquets fusent de la foule. En tête, la musique du Xe corps joue Sambre-et-Meuse et la marche des Zouaves À 17 heures, le cortège atteint l'hôtel de ville. La mission américaine Rockefeller de lutte contre la tuberculose est à l'honneur avec un discours de son représentant local, le Dr Follet et, le dimanche, s'ouvre au lycée de garçons le congrès antituberculeux de l'ouest. Le lundi, le maréchal déposa une pale au pied de la statue de Du Guesclin au parc du Thabor, visita l'école des mutilés et les tombes des morts pour la Patrie, au cimetière de l'Est. Après le banquet le maréchal visite le palais de justice (On ne le nommera " Palais du Parlement") que vers la fin du siècle). À 15h30 il repartira discrètement en auto vers la gare.