Les Bougrières

De WikiRennes

Les Bougrières est un lieu-dit du secteur de la Prévalaye. Un étang, près de l'écluse et moulin d'Apigné, porte ce nom. Si un manoir et métairie y ont existé, il n'en subsiste aucun bâtiment.

Métairie des Bougrières

1758

En 1758, les relations de Joseph Trincard, mari de Bonne Lefeuvre, sont à l'origine d'un procès avec Jean Baptiste Dubois, médecin, et Marie Suzanne Samson, devant le présidial de Rennes.

Parmi les témoignages[1], on trouve ceux de la Dame de la Prévalaye et de sa mère :


« Dame Marie Jeanne Genevieve de Robien, epouse de Messire Bernardin Pierre Thiery, chevalier seigneur de la Prevalays, capitaine des vaisseaux du Roy, demeurante à l'hostel de la Potrie, chez Madame de Coniac, sa mere, rue Corbin, psse. St. Germain, agée d'environ 34 ans, temoin jurée par serment de dire la verité... depose qu'au mois de decembre dernier, un des domestiques de la deposante, nommé la Jeunesse, actuellement à la suite du Sr. de la Prevalais à Brest, dit à elle deposante que le nommé Trincard fermier actuel du Sr. du Bois [médecin ordinaire de la maison, qu'il peut luy estre deub quelques visittes sans scavoir le nombre (médecin aussi "des malades de la maison du Grand séminaire")] desirait affermer sa mettairie des Bougrières ; que laditte deposante luy repondit que la ferme de cette mettairie ne finissait qu'en mil sept cent soixante ; adjoute la deposante qu'à la fin de fevrier ou au commencement du mois de mars dernier, ledit Trincard etant venu à Rennes chez laditte Dame deposante pour se faire payer de quelques baricques de cidre qu'elle avait pris d'avec luy et qu'elle luy paya, ledit la Jeunesse demanda à ladite dame deposante si elle avait pensé à ce qu'il luy avait dit cy devant touchant la ferme de la mettairie des Bougrieres ; à quoy elle repondit ces mots "Mais la ferme n'expire qu'en mil sept cent soixante !" ; sur quoy ledit la Jeunesse repondit "Le terme est bien loin, mais cela ne fait rien !", sans laditte dame deposante avoir parlé audit Trincard qui etait dans sa cuisine et auquel lad. dame avait fait passer le prix de son cidre par son domestique. »

— Archives du présidial de Rennes
Origine : Cote 2B 479 - Archives d'Ille-et-Vilainelicence

  • Autre témoin, Noël Chevrier, 49 ans, frère de la communauté du Grand séminaire, apprend que le cidre de la communauté est fourni par ledit Trincard.


« Dame Marie Anne Genevieve de Brilhac, veuve de Me[ssire] Jean François Dinan de Coniac, conseiller au parlement de Bretagne, demeurante à son hostel de la Potrie, rue Corbin... agée d'environ 56 ans, temoin jurée par serment ... depose qu'entre la fin du mois de novembre et la mi decembre dernier sans pouvoir autrement se le rappeler Trincard fer[mier] actuel du Sr. du Bois fut à la Prevalaye où etait laditte dame deposante qui dit à Trincard, ces mots, "Eh bien Trincard, voilà donc la derniere fois que j'achete du cidre avec toy, on m'a dit que tu quittes la ferme du Sr. du Bois !" ; à quoy Trincard repondit "Il faut bien, M. Du Bois me demande des augmentations - Je m'y ruinerais !" ; sur quoy laditte dame luy ayant dit qu'il avait tort de quitter et que le Sr du Bois etait un bon maitre, il repondit en ces termes "Que faire ?"... »

— Archives du présidial de Rennes
Origine : Cote 2B 479 - Archives d'Ille-et-Vilainelicence

  • Enfin, Thomas Madeline, 29 ans, charpentier, rue Saint-Melaine, dit qu'il travaillait en septembre au moulin de Guenon appartenant au Sr. du Bois, pres la mettairie que tient à ferme Trincard....

1759

Un procès concernant les dîmes en 1759 fournit plusieurs témoignages intéressant le secteur : Jean Lessard est alors fermier de la métairie. Il est plus précisément fait état des défrichements du Rocher et du clos du Chêne, deux des terres de cette métairie.

Cadastre de 1811

Section F, dite de la Prévallaye, 1811[2]. Le site de l'inventaire du patrimoine note que l'ensemble a la forme d'une île, donc un îlot de la Vilaine par le passé.

  • Ferme de Bougrière (plan) ou les Bougrières (matrice) : 605.
  • Pré des Bougrières : 595, vaste parcelle longeant la Vilaine dans une orientation nord-sud, touchant les terres de la ferme de la Planche au nord.
  • La désignation des jardins et terres entourant le bâtiment indique qu'il s'agissait d'un bien noble : terre de la fuie (colombier), la rabinne.
  • Non loin vers le sud, vers l'Illion, s'étendent des jannais et autres pièces annonçant l'humidité habituelle : la pâture du pré Pouri (829, 830, 838) (toponyme donné à deux autres parcelles dans cette section).

Notes et références

  1. Enqueste et information civile faite d'autorité du siege presidial de Rennes... 8 juin 1758. 2B 479.
  2. Matrice conservée aux Archives départementales : 3P 2159
  • Jean Baptiste Dubois, docteur en médecine, né à La Croix Avranchin, épouse Marie Samson, née à Saint Sauveur de Dinan, à Dinan le 30 11 1720. Source : Association ABGH/Parchemin. (Geneanet). Selon le même document, il est doyen des médecins de Rennes.
  • Joseph Trincart, épouse Bonne Lefeuvre, veuve de Paul Duherme, le 11 01 1742, à Pacé. Source : Association ABGH/Parchemin. (Geneanet).