Les Juifs de Rennes sous l'occupation

From WikiRennes
Revision as of 10:01, 6 July 2017 by Stephanus (talk | contribs) (lien externe)
Jump to: navigation, search


Mise en place du contrôle des Juifs d'Ille-et-Vilaine. [1]

Des Rennais d'origine étrangère et juifs, réfugiés à Rennes, des Rennais français d'origine juive - le recensement lancé le 20 octobre 1940 n'en trouva que 124 à Rennes et 372 pour l'ensemble de l'Ille-et-Vilaine - furent arrêtés à Rennes par la police française et y seront détenus peu de temps, leur destination finale, souvent via Drancy, étant Auschwitz ou Sobibor d'où ils ne revinrent pas. Peu échapperont au sort final que les Nazis leur prévoyaient, telle cette jeune femme mariée, mais née Rubinstein, employée aux Nouvelles Galeries, non déclarée au recensement à la préfecture (division 1) et passera à travers les mailles sans la mention rouge sur sa carte d’identité que les Juifs se voyaient apposer mais sur laquelle figure ce patronyme stigmatisant.

Publicité de l'Alliance Cinématographique Européenne UFA (film allemand) 1941[2]
L'Ouest-Eclair vante le film nazi antisémite "le juif Suss" qui sort à Rennes le 22 mai 1941

Lors d'une distribution de cartes d'alimentation au palais Saint-Georges, une employée lui remettra sa carte en faisant la sourde oreille à l'interrogation d'une collègue " Tu as vu ce nom ? "[3]

Trois entreprises juives sont pourvues d’un commissaire-gérant mais vingt-six autres furent fermées.

A une propagande antijuive participe le film allemand "Le Juif Suss" dont l'Ouest-Eclair fait l'éloge dans ses numéros des 20 et 21 mai 1941.

C'est surtout à partir de 1942, avec le port de l'étoile jaune imposé en juin, que les arrestations sont opérées :le 16 juillet, 18 sont embarqués, puis le 9 octobre, une trentaine sont raflés par la police et parqués sur le Champ de Mars et les arrestations continueront en 1943. Mais ces personnes ne sont pas destinées à séjourner dans quelque prison ou camp rennais, leur destination étant Drancy.

Journal officiel des ordonnances du gouverneur militaire en France
Une 9e ordonnance de mesures contre les Juifs[4]

Sur un total de 119 juifs arrêtés (dont 40 femmes et 26 enfants de moins de 15 ans) en Ille-et-Vilaine et déportés, une cinquantaine habitaient Rennes, auxquels il faut ajouter une quinzaine d'autres qui, ayant fui la ville, furent arrêtés ailleurs et subirent le même sort. Ils étaient artisans, commerçants, employé aux Tanneries de France, dentiste, habitaient rue Jean-Marie Duhamel, quai Lamennais, avenue Janvier et ont disparus un jour et ne sont pas revenus.

Toutefois, certains furent secourus par des gens compatissants et courageux, telle la Rennaise Marie-Louise Charpentier Wikipedia-logo-v2.svg, 30 ans, qui cacha et sauva une partie d'une famille juive de la rue Saint-Louis en novembre 1943. [5]

Et des Juifs étaient entrés dans la Résistance, tel Marcel Cordon, 26 ans, né à St-Brieuc, sergent aviateur en 1939, au réseau Maho-Praxitèle', agent de liaison entre la Bretagne et Paris, arrêté à Rennes au cours d'une rafle dans un restaurant le 30 avril, emprisonné à la caserne "le Colombier" pendant deux mois, puis de Compiègne déporté le 28 juillet à Neuengamme. A l'approche des Alliés, le camp est évacué et le 15 avril 1945, les prisonniers sont dirigés à pied vers Lübeck où ils furent embarqués sur le Cappacorna et deux autres bateaux que l'aviation britannique coula le 3 mai.[6]

références

  1. Ouest-Eclair du 16 octobre 1940
  2. Le Tout-Cinéma, annuaire 1942
  3. Rennes 1939-1944,Le Rennais, supplément au N° 245 - juin 1994
  4. Ouest-Eclairdu 18 juillet 1942
  5. Rennes pendant la guerre, par Etienne Maignen, p.111, éditions Ouest-France - 2013
  6. Arrestations 1939-1945 : Rennes AJPN. org.