Les capteurs Ambassad'Air

De WikiRennes

Révision de 30 janvier 2018 à 16:31 par Oby1 (discussion | contributions) (création)

(diff) ← Version précédente | Voir la version courante (diff) | Version suivante → (diff)

Les capteurs utilisés dans le cadre d'Ambassad'Air

Le capteur Air Beam

Aperçu de capteurs et composants

Ambassad'Air s'est déployé en 2017 avec le seul capteur Capteur Air Beam, développé par une ONG de New York : Habitat Map. Il a été de nouveau utilisé par une majorité de volontaires lors de la Saison 2.

Les critères de sélection

  • paramètre pertinent à Rennes (particules fines PM 2.5), surtout en hiver
  • relative bonne fiabilité des mesures
  • open source (capteur, application mobile), ce qui a permis de s'inspirer de ce modèle pour développer d'autres capteurs
  • coût raisonnable (250$)
  • données produites exportables
  • outil (capteur et application mobile) ergonomique (notamment pour des personnes non initiées)

On regrettera toutefois une interface web peu ergonomique (impossibilité d'afficher simultanément plusieurs sessions d'un même utilisateur par exemple)

L'analyse de la fiabilité de l'Air Beam

Les tests de fiabilité ont pu montrer une assez bonne corrélation des niveaux de pollutions aux particules fines PM2.5, quand les valeurs sont inférieures à 20µg/m3. L'Air Beam majore les valeurs élevées. Air Rhône Alpes utilise ainsi un algorithme qui corrige ces excès (le capteur de mesure à la Mce utilise cet algorithme correctif).

Le capteur Air Matrix

En 2018, Ambassad'Air se déploie avec des capteurs Air Beam mais aussi des capteurs Capteur Air Matrix. Ce dernier mesure aussi les particules fines PM2.5. S'il n'est pas opensource, il offre des rendus cartographiques plus ergonomiques pour les usagers. Nous n'avons pas encore finalisé les tests de fiabilité.

Le développement de capteur

Certains capteurs étant opensource, des associations (comme Gulliver) ou libristes expérimentent et améliorent les capteurs. Voici ce qui a été fait par Gulliver dans le cadre d'Ambassad'Air wiki dédié ainsi que le lien suivant. La SCOP la Péniche de Grenoble a pu greffer sur un Air Beam une sonde de dioxyde d'azote (Cairsens NO2, sonde très coûteuse malheureusement). Voir le Github. Il est aussi possible de greffer une sonde de monoxyde de carbone (CO).

Fabriquer son propre capteur

Si vous souhaitez construire votre propre capteur, nous vous invitons à découvrir opération LUFTDATEN - capteur AirRohr, élaboré au LAB de Stuttgart. Voir un exemple.

Les autres capteurs identifiés

Dans le cadre d'Ambassad'Air, nous réalisons une veille sur les avancées techniques liées aux mini-capteurs (de préférence open source). Veille réalisée par la Mce, avec l'appui de Gulliver ou des LAB :

  • juin 2018 : annonce de la sortie du capteur Flow (de Plume Labs), mesurant le NO2, mais non open source
  • mars 2018 : annonce de sortie du capteur Air Beam v2 (par l'ONG Habitat Map), mesurant PM1, PM 2.5 et PM 10
  • janvier 2018 : lancement du capteur InfluencAir (déclinaison du capteur Luftdaten), avec Antenne LoRa. Lancement du capteur SmartCitizen v2
  • octobre 2017 : découverte du capteur AirCitizen (LAB Paris)
  • août 2017 : découverte du capteur Luftdaten, décliné aux Pays-Bas (Scapelen) et au Royaume-Uni (EastBourne Clean Air)
  • juillet 2017 : découverte du capteur uRadMonitor (Roumanie)
  • juin 2017 : découverte du capteur Pollutrack (Ville de Paris) et du capteur EcoMesure (Ville de Puteaux)
  • nov. 2016 : découverte du capteur Urban AirQ (LAB Amsterdam)
  • été 2016 : découverte du capteur Air Beam (open source, données exportables, à coût raisonnable). Commande puis test de fiabilité
  • 2015 : L'association Bug réalise une premier état de l'art sur les capteurs

Articles connexes


Références