Métairie de Servigné

De WikiRennes

La métairie de Servigné s'étendait sur 11 hectares (10,72 ha) dans la paroisse de Vezin.

En conséquence d'une sentence rendue par le présidial de Rennes du 15 juin 1780, la métairie est décrite pour son estimation, au mois de novembre, comme une des métairies de la succession de Pierre de Lemperiere, Sieur du Dezert, mari de Bonne Joachim Vatar[1]. Les biens de cette succession étaient à partager en quatre lots dont le revenu annuel est de 860 livres chaque (y participent de nombreuses rentes sur le états de Bretagne) : en Saint-Jacques, la métairie du Haut-Blosne ; la Croix-Verte ; métairie du Petit-Blosne ; la Couaraudière - en Vezin, la métairie de Servigné - au Rheu, la métairie du Tertre-au-Corsin.


Le lieu et metairie de Servigné, anciennement nommés la Retardais, situé au nord du grand chemin [de Rennes] à Mordelles, en la paroisse de Vezin, ledit lieu et metairie consistant dans les objets cy apres.

  • la maison de la retenue située à l'orient de la cour dudit lieu de Servigné, aspectée à l'occident, construite en pierres, couverte en ardoises, ayant au rez de chaussée une cuisine vers midi eclairée par une fenetre grillée vers occident et petit jour dans le pignon midi, ladite cuisine ayant cheminée, un fourneau et dalle en plomb, joignant l'angle occident et midi, une porte de communication avec une salle qui est au nord de ladite cuisine. Cette salle est lambrissée. Elle a une porte et une croisée ouvrante sur une petite cour à l'occident, close de murs, une croisée vers orient et dans le mur de face vers occident. Elle a une cheminée dans le mur de refend vers nord, autre porte vers orient sur un petit jardin, porte de communication pres l'angle orient et nord ouvrante sur un vestibule au pied de l'escalier, un petit jour vers orient defendu par trois montans de fer avec un petit retranchement sous l'escalier, un caveau à l'occident de la cage dudit escalier, retranchement sur ledit caveau vers nord lequel sert de serre au jardinier. Ce retranchement est eclairé par une croisée pratiquée dans le mur de pignon nord ainsi que par une porte pratiquée dans l'angle occident et nord dudit pignon.
  • le premier etage est composé d'un petit vestibule au haut de l'escalier. Ce vestibule est éclairé d'une croisée vers orient. Au midi du vestibule est une grande chambre avec alcove à l'orient de la cheminée et un cabinet retranché sur ladite chambre à l'occident de la cheminée. Ce cabinet est éclairé par une croisée dans le pignon vers midi et fermé d'une porte vitrée. La susdite chambre est éclairée de deux croisées dont l'une est vers orient et l'autre vers occident ; un petit cabinet de latrines joignant l'angle orient et midi et faisant saillie sur le principal corps de logis. Ce cabinet est éclairé d'une croisée vers orient. Au rez de chaussée, au dessous de ce cabinet en est un autre servant au meme usage, ayant sa porte vers nord. Au nord de la chambre ci dessus est une autre petite chambre, laquelle a sa porte vers orient sur le vestibule et est éclairée d'une croisée vers occident avec porte de communication à la chambre vers nord, joignant les jambages orient et occident de la cheminée ; autre chambre au nord de celle ci dessus avec porte dans l'angle midi et orient sortant sur le pallier de l'escalier, ladite chambre éclairée de deux croisées, l'une à l'occident l'autre au nord, ayant sa cheminée dans le pignon nord. Un petit cabinet pratiqué dans l'angle orient et nord de la chambre et au derriere de la cage d'escalier, ledit cabinet éclairé par une croisée vers orient et ayant sa porte dans la chambre ci dessus ; petit escalier retranché sur le vestibule avec un petit retranchement sous ledit escalier ; petit cabinet vers orient et sur le vestibule, ledit cabinet éclairé d'une croisée vers orient ; un grand grenier regnant sur les deux pieces ci dessus et vers midi un autre grenier sur la chambre et le cabinet vers nord sur lequel il a été retranché dans l'angle midi et orient un petit cabinet lequel est éclairé d'une petite croisée et est pavée en carreaux de terre cuite ainsi que le grenier ; ledit grenier éclairé d'une fenetre gerbiere vers occident.
  • un petit cabinet en pavillon sur le portail qui donne entrée à la cour de la metairie et de la retenue, se desservant par un escalier en dehors et au pignon orient avec porte vers orient et cheminée vers occident, éclairé de deux croisées, l'une vers midi et l'autre vers nord, avec grenier au dessus qui se dessert par une gerbiere vers orient.
  • [un] jardin au nord à l'orient de ladite retenue, clos de murs, à l'angle duquel orient et nord est un petit cabinet ou vuide bouteille.
  • [un] autre jardin appellé le grand jardin à l'orient du precedent et se continuant le long de la Cour Verte cy apres et dont il est separé par une haye d'epines. Ladite Cour Verte dans laquelle est une chapelle avec tous les ornemens necessaires pour la celebration de la messe, lesquels ornemens nous ferons entrer dans notre estimation sur le pied auquel ils ont eté portés par le feu Sieur Du Dezert, pere des copartageans.

Les logemens du fermier sont composés de cinq aitres aspectés au midi, ayant quatrevingt onze pieds de face sur la cour au midi. Le premier de ces aitres vers occident sert de boulangerie, le second à l'orient du precedent sert de bouge, le troisieme à l'orient du bouge sert de cellier et le quatrieme à l'orient du cellier est une grange avec son pressoir. Au midi de la cour et à l'occident du susdit pavillon sont quatre petits aitres servant à differens usages : celui vers orient attenant le pavillon sert de retraite à porcs, celui d'apres vers occident sert d'ecurie pour les chevaux, l'aitre à l'occident du dernier sert d'ecurie pour les boeufs, et le quatrieme qui est pres l'angle midi et occident de la cour sert de hangar. En dehors de la cour et pres le susdit angle midi et occident, est une etable. Sur ces differens logemens, il y a des fanneries. Sur la boulangerie, sur le bouge, sur les deux celliers, il y a des greniers, le tout est couvert en ardoises...

Autour de ce que dessus decrit est une douve et, au devant du susdit portail, est une avenue donnant sur le grand chemin de Rennes à Mordelles. Au côté occidental de cette avenue est un terrein planté en bois de haute futaye. Le tout contient trois journaux [146 ares] de terre prisé de revenu annuel la somme de deux cens livres.

  • un terrein nommé le Petit champ de la Croix, contenant dix huit cordes [11 ares], joignant du midi le grand chemin, du nord la susdite douve et d'occident ladite avenue ... 4
  • le pré de retenue ou le clos Michel, contenant un journal quarente cordes [73 ares], joignant du levant et du midi au grand jardin de retenue, du couchant à autre rabine dudit lieu, du nord au pré Sec ... 34

La retenue, metairie, cour, jardin, bois, terrein et pré cy dessus employés sont donnés par aveu du treize octobre mil sept cent cinquante deux pour relever prochement et roturierement de la seigneurie de Montigney à devoir d'office de sergentise, ceuillete de deniers en son tour et rang et à devoir de recette quand le cas y echeoit en trois de ses baillages appellés Servigné, la Malochere et la Bretonniere, sur le clos Michel vingt un deniers monnoye de rente et le surplus obeissance seulement.

  • le pré de la Chapelle ou Verger Neuf, contenant deux journaux [97 ares], sur le fond de laquelle est la rabine de Servigné, joignant vers orient le pré de la retenue anciennement le pré Michel, vers occident la piece de la Tremblais cy apres et vers midi le jardin de la métairie dudit lieu, la douve entre ... 46
  • le clos Toussin ou Touchin et la piece du Chenais, actuellement réunis, contenant sept journaux [3 ha 40], joignant vers midi la piece de la Tremblais et le pré de la Chapelle ou Verger Neuf, vers nord au chemin qui conduit du grand chemin de Mordelles à celui de Vezin, d'orient au pré Sec appartenant à M. de la Massue, du couchant à la prée longue ... 131
  • la piece de la Tremblais, joignant vers midi en partie le bois dudit lieu de Servigné et le grand chemin de Rennes à Mordelles, vers nord en partie la piece du clos Touchin cy dessus, vers orient partie le pré de la Chapelle et le jardin de la metairie de Servigné, la douve entre, contenant quatre journaux vingt six cordes [2 ha 10] ... 98
  • la pièce ou le clos de devant, contenant trois journaux quarente cordes [170 ares], joignant du nord à un chemin conduisant à la grande prairie de M. de la Prevalaye, d'orient en partie à terre de Monsieur de la Courpéan et en partie la prairie du Sieur Desaxe (!), du midi à ladite prairie, d'occident audit grand chemin de Rennes à Mordelles ... 80
  • le pré Bourade, contenant quarente cordes [24 ares], joignant vers orient terre de la metairie du Pré Sec, du midi terre de l'hopital Saint Yves et du couchant le grand chemin de Rennes à Mordelles ... 7

Le pré de la Chapelle, le clos Touchin ou Toussin, la piece du Chenais, la piece de la Tremblaye, le clos devant et le pré Bourade sont tenus suivant aveu des quinze et vingt et mars mil sept cent quarente trois prochement et roturierement de la jurisdiction et seigneurie de Monbarot, savoir par le baillage de la Tremblaye : le pré de la Chapelle, la pièce de la Tremblaye, le clos Touchin, la piece du Chenais et le pré Bourade à charge de soixante un sols six deniers monnoye de rente par chacun an par voye de solidité avec les possesseurs de la prée longue et autres terres y annexées, et par le baillage de Servigné, le clos de devant à charge par chacun an de douze deniers maille monnoye, une corvée et huitieme de corvée, une poule et un huitieme de poule, treize hanaps et demi d'avoine grosse.

Notes et références

  1. Archives départementales d'Ille-et-Vilaine : cote 2B 503.