Difference between revisions of "Paria Korigan"

From WikiRennes
Jump to: navigation, search
(Qui est-elle?)
(Sur la carte)
Line 24: Line 24:
 
* [[Hélène Jégado, l'empoisonneuse en série, aux Assises de Rennes]]
 
* [[Hélène Jégado, l'empoisonneuse en série, aux Assises de Rennes]]
 
==Sur la carte==  
 
==Sur la carte==  
 
+
{{#display_points: 48.12989, -1.65627|width=450|zoom=17}}
Rajouter Promenade Paria Korigan
 
  
 
== Notes et références ==
 
== Notes et références ==

Revision as of 15:41, 31 March 2020

Ecrivaine (1835 – date inconnu)[1].

Qui est-elle?

Céline, Joséphine Bidard de la Noë est née à Rennes, le 7 avril 1835. Fille de Théophile Bidard de La Noë, maire de Rennes en 1870, doyen de la Faculté de Droit, député d’Ille-et-Vilaine. C’est chez lui, au 19b Quai Chateaubriand que va être arrêtée, en 1851, la meurtrière Hélène Jégado [2] qui travaillait comme femme de chambre.

À 19 ans, le 6 janvier 1854, Céline Bidard de la Noë épouse Aristide Barbe-Mintière, avocat à la Cour impériale Rennes. Le couple s'installe quai de l'Université, à Rennes (actuel quai Emile Zola), où vont naitre trois filles : Céline, Margueritte et Gabrielle.

Céline Barbe-Mintière décide d'écrire des romans sous le pseudonyme de Paria Korigan. Son premier roman Récits de la Luçotte, parait en mai 1881, dans le journal bimensuel de la presse écrite française, La Nouvelle Revue, journal créé, en 1879, par Juliette Adam, une femme de lettres, féministe, républicaine, opposée à Napoléon III. C'est dans ce même journal, en août 1881, qu'est publié son deuxième roman Deux Contes.

Son mari décède en juin 1882. Céline Barbe-Mintière fait paraître, la même année, deux nouveaux romans, L'Idiot et Le Lac de Thun. Pour L'Idiot, Guy de Maupassant dans une chronique intitulée "Les femmes des lettres", dans le journal "Le Gaulois" dit de l'auteur Paria Korigan : "Elle a un tempérament d'homme auquel se mêle une exaltation de femme."

Le 25 juin 1883, à la mairie du 17e arrondissement à Paris, elle épouse le peintre Emile Levy (1826 – 1890)[3], Grand Prix de Rome qui fut un des pensionnaires de la Villa Médicis, chevalier de la Légion d'honneur, auteur du portrait de Jules Barbey d'Aurevilly.

Le dernier des quatorze romans écrit par Paria Korigan, Miséricorde, en 1901, est préfacé par Jules Barbey d'Aurevilly. À partir de ce moment plus de trace de Madame Lévy, dite Paria Korigan. Il est impossible d'indiquer sa date et son lieu de décès.

Promenade Paria Korigan : dénommée par délibération du conseil municipal du 20 mars 2017.

Liens interne

Sur la carte

Chargement de la carte...

Notes et références

  1. à partir de la notice rédigée par Joël David, chargé d'odonymie à la Ville de Rennes, Rennes Métropole
  2. Hélène Jégado, l'empoisonneuse en série, aux Assises de Rennes
  3. Émile Lévy Wikipedia-logo-v2.svg

Projet porté par Joël David Chargé d'odonymie à la Ville de Rennes

Propos recueilli par Elisa Triquet Médiatrice numérique