Pierre Gilles

From WikiRennes
Revision as of 22:04, 20 April 2016 by Jeanne Robert (talk | contribs) (Page créée avec « Pierre Gilles naît à Ménéac( Morbihan) le 7 septembre 1913. Il arrive à Rennes en 1932 avec une formation de peintre en bâtiment, métier qu'il exercera jusqu'à la... »)
(diff) ← Older revision | Latest revision (diff) | Newer revision → (diff)
Jump to: navigation, search

Pierre Gilles naît à Ménéac( Morbihan) le 7 septembre 1913. Il arrive à Rennes en 1932 avec une formation de peintre en bâtiment, métier qu'il exercera jusqu'à la mobilisation. Parallèlement il suit des cours du soir de dessin à l'école des Beaux Arts sous la direction de Pierre Galle. Il se marie avec Anne Bedel ( le couple aura 5 enfants). Blessé puis prisonnier de guerre il est rapatrié en 1941. Il se réfugie avec sa famille à Ménéac. Il profite de cette période d'inactivité forcée pour se consacrer à sa passion : la peinture de chevalet ( paysages et portraits). De retour à Rennes, il décide de se consacrer entièrement à son œuvre d'artiste. Il expose régulièrement à la Galerie des Beaux Arts Place de la Mairie à Rennes entre 1949 et 1963, et à la Galerie La Proue près de la Cathédrale entre 1965 et 1971. Il est sollicité en 1961 pour animer des cours de peinture à l'Association des Cheminots de Rennes ainsi qu'à des religieuses de la congrégation des Filles de Jésus de Kermaria.En 1965 il décide de créer un Atelier Académie libre de peinture qu'il nomme «  L'Escabeau » situé place Rallier Du Batty. Inauguré par le Maire Henri Fréville, l'Escabeau va devenir non seulement un lieu de formation, mais aussi d'échanges avec les artistes rennais de l'époque. Jean-Yves Couliou, Jean Mingam, Robert Tatin...y feront des conférences. Souhaitant se consacrer pleinement à un ensemble de peintures sur les Mystères, il confie la direction de l'Escabeau à Mariano Otero en 1972. L'Escabeau étant à l'étroit dans les locaux de la MJC du Grand Cordel, un groupe d'artistes dont Alain Auregan, Jean-Yves Boislève, Marcel Dinahet, Pierre Gilles, Christian Tanguy, René Nogret et Janine Gislais alors conseillère municipale déléguée aux Arts Plastiques à la ville de Rennes, réfléchissent à la création d'une association dont l'objet serait de promouvoir l'expression plastique. Cette association loi 1901 déclarée au J.O. du 8 mai 1979 prend le nom de Association Arts Recherches Techniques, et fonctionne dans l'ancienne chapelle des Catéchistes alors désaffectée et mise à la disposition par la ville de Rennes. L'atelier, ouvert le 1er décembre 1979, inauguré le 23 février 1980 par Mr Edmond Hervé Maire de Rennes, est toujours en activité. Pierre Gilles en sera le 1er président de 1979 à 1981. Après 1971, Pierre Gilles fera peu d'expositions personnelles à Rennes, mais deux expositions seront particulièrement marquantes : l'exposition des Mystères du Rosaire au Temple de l'Eglise Réformée du Boulevard de la Liberté ( pasteur Mr Caradine) en 1975, et en 1980 une exposition à la Galerie Violette aux «  Trois Soleils » rue d'Isly. En 1983 la ville de Rennes lui rend hommage à la Rotonde du Théâtre de Rennes. Parallèlement à son activité de peintre, Pierre Gilles s'engage dans diverses activités bénévoles liées à son engagement religieux : en 1951 il rejoint la Fraternité Laïque Franciscaine et il exerce une activité d'accueil pour des personnes sans domicile au Foyer Saint Benoît Labbre jusqu' au milieu des années 1980. Il participe également à l'animation de la Commune Libre de Sainte Thérèse ( il en est vice- président pendant quelques années) en réalisant notamment les dessins du char de la Reine de la Fête des Fleurs.Il réalise pour le diocèse et les paroisses de Rennes de nombreuses illustrations pour des revues, ainsi que des panneaux peints, affiches, programmes à l'occasion des fêtes religieuses. De 1971 à 1991 il s'occupe de l'organisation de la messe des Cendres des Artistes à la basilique Saint-Sauveur de Rennes. Il peint la toile représentant Marcel Callo ( actuellement déposée à l'église Saint Aubin en Notre Dame de Bonne Nouvelle à Rennes) lors de sa béatification le 4 octobre 1987 par le Pape Jean-Paul II. Une toile représentant Notre Dame de Pellevoisin est visible à l'Eglise des Sacrés Coeurs de Rennes. Il décède le 21 octobre 1993. La ville de Rennes lui attribue le nom d'une place dans le quartier de Bréquigny en 1997.