Prévalaye : Différence entre versions

De WikiRennes

(Histoire : lien)
(adolphe Orain)
 
Ligne 11 : Ligne 11 :
 
Au sud, les promeneurs, marcheurs ou cyclistes, peuvent pénétrer, en suivant le [[dalot du Blosne]], dans le parc de Saint-Jacques-de-la-Lande qui s'étend sur 45 hectares.
 
Au sud, les promeneurs, marcheurs ou cyclistes, peuvent pénétrer, en suivant le [[dalot du Blosne]], dans le parc de Saint-Jacques-de-la-Lande qui s'étend sur 45 hectares.
  
==Histoire==
+
==Vocation agricole==
 
Les terres étaient autrefois exploitées par les fermiers du [[seigneurie de la Prévalaye|château de la Prévalaye]] qui s'élevait sensiblement au centre de ce périmètre, par exemple par les fermiers des [[Les Bougrières|Bougrières]].
 
Les terres étaient autrefois exploitées par les fermiers du [[seigneurie de la Prévalaye|château de la Prévalaye]] qui s'élevait sensiblement au centre de ce périmètre, par exemple par les fermiers des [[Les Bougrières|Bougrières]].
  
Ligne 29 : Ligne 29 :
  
 
Les [[étangs d'Apigné]] sont aménagés en base nautique, desservie par une ligne de bus.
 
Les [[étangs d'Apigné]] sont aménagés en base nautique, desservie par une ligne de bus.
 +
 +
==Lieu de promenade==
 +
 +
===19e siècle===
 +
{{citation |texte=La promenade qui offre le plus d'attraits aux yeux de l'habitant de Rennes, c'est la Prévalaye, d'abord parce qu'elle n'est qu'à trois kilomètres de la ville ; qu'ensuite on peut y aller par le chemin de halage le long de la Vilaine ; qu'une fois rendu on y trouve de l'ombrage et de la fraîcheur pendant les plus chaudes journées d'été, et qu'enfin elle rappelle plusieurs souvenirs historiques.<br />
 +
Les étrangers l'affectionnent aussi tout particulièrement parce que, sous ces grands arbres pleins de murmures et de chants, ils oublient leurs fatigues, les ennuis des voyages et le bruit du chemin de fer. C'est une verte oasis qu'il est doux de trouver pour goûter un instant de repos.<br />
 +
En suivant le halage, comme nous l'avons dit, après avoir passé sous le viaduc du chemin de fer de Saint-Malo, on aperçoit, au confluent de l'Ille, une minoterie appelée le [[Moulin du Comte]] : plus loin, des entrepôts de noirs, plus loin encore, à gauche, un petit village et quelques campagnes entourées de haies vives et de prairies émaillées de fleurs.<br />
 +
Enfin l'on arrive à la Prévalaye. Une large avenue plantée de tous jeunes arbres conduit à une seconde allée de vieux châtaigniers. Au bout de cette allée est une vaste pelouse formant un carrefour d'où rayonnent plusieurs avenues longues et belles. A l'Ouest du carrefour se trouve le manoir, d'assez chétive apparence. C'est un seul corps de logis, avec un toit rapide et une tourelle hexagone au milieu de la façade.<br />
 +
Une ferme est attenante à l'habitation. C'est elle qui grâce à ses riches pâturages, produit ce fameux beurre de la Prévalaye qui a donné son nom à tous les beurres du pays.<br />
 +
La Prévalaye est une ancienne seigneurie du [[comté de Rennes]]. Lorsqu'Henri IV vint en Bretagne, il y chassa deux jours, les 11 et 15 mai 1598. Les fermiers font voir la chambre et le lit où il coucha.
 +
C'est aussi dans l'une des salles de ce château que les chefs des armées royalistes se concertèrent et tinrent séances pour la pacification de 1795.<br />
 +
Pour ne pas revenir par le même chemin, l'on prend l'avenue qui mène à la ferme de Sainte-Foix, près de laquelle se trouve le vieux chêne, aux trois quarts morts, où le Béarnais assista aux joutes et danses bretonnes exécutées par les villageois à l'un de ses retours de chasse. Tout à côté de ce chêne, l'on voit aussi un jeune ormeau, entouré d'épines, et qui fut planté par la Dauphine en 1827.<br />
 +
A peu près à la même distance que la Prévalaye, il existe encore aux environs de Rennes quelques jolis endroits qu'on visite avec plaisir. Ainsi [[Brequigny]], sur la [[rue de Nantes|route de Nantes]], est une fort jolie campagne appartenant à la famille des Nétumières. Elle est là dans une vallée, avec d'immenses prairies et de magnifiques avenues qui l'entourent de toutes parts.|auteur=Adolphe Orain|origine=Guide du voyageur dans Rennes et ses environs|collecteur=|date=1867}}
  
 
==Animations==
 
==Animations==

Version actuelle en date du 13 janvier 2018 à 17:18

Carte postale du château de la Prévalaye.

La Prévalaye est un secteur de 450 hectares très peu urbanisé situé à l'ouest de la ville de Rennes. En bordure de la Vilaine, il s'agit d'une zone inondable ayant un paysage de bocage et une vocation agricole ou maraîchère : une centaine d'hectares sont des terres cultivables, le reste comportant des surfaces boisées et des zones humides. La ville est propriétaire de quatre-cinquième de la surface totale, une partie relevant aussi de Saint-Jacques-de-la-Lande.

Le Schéma Directeur de la ville de Rennes a défini le secteur comme un espace naturel d'intérêt écologique et un espace vert de loisirs.

Situation

La Vilaine et son chemin de halage limitent le site au nord, la rocade à l'est.

Les étangs d'Apigné s'étendent au nord-ouest du secteur, desservis par une ligne de bus et par la voie routière - dite route de Sainte Foix - qui traverse la Prévalaye à raison d'une moyenne de dix mille véhicules par jour.

Au sud, les promeneurs, marcheurs ou cyclistes, peuvent pénétrer, en suivant le dalot du Blosne, dans le parc de Saint-Jacques-de-la-Lande qui s'étend sur 45 hectares.

Vocation agricole

Les terres étaient autrefois exploitées par les fermiers du château de la Prévalaye qui s'élevait sensiblement au centre de ce périmètre, par exemple par les fermiers des Bougrières.

La réputation du beurre de la Prévalaye s'étendait alors au-delà de la Bretagne.

La vocation agricole a été en partie préservée de l'urbanisation par le caractère enclavé de la zone, lié à la présence de terrains militaires du quartier de la Courrouze, à des infrastructures routières ou ferroviaires sur ses limites, et aux activités plus ou moins liées à la Vilaine (gravières, briqueterie).

Dans les années 1980, il existait une exploitation agricole à la Vieuville, avec une superficie de 13 hectares (céréales et prés) et un cheptel de 90 vaches élevées pour la viande ; une autre à Beaurade, avec 17 hectares (maïs et prés) et 20 vaches élevées pour leur lait. Deux maraîchers exploitent respectivement 2 et 4 hectares à Sainte Foix et à la Gaudine[1].

Equipements

Les abords immédiats du château (détruit en 1944) ont été aménagés en centre de loisir municipal, destiné aux loisirs des enfants le mercredi et durant les vacances. Il fait suite à un centre de redressement, déjà destiné aux enfants.

Depuis 2002, le principal équipement public est l'écocentre de la Taupinais qui a emprunté son nom et ses bâtiments à la ferme du même nom.

En bordure de la Vilaine, la station d'assainissement de Beaurade étend ses bassins de traitement des eaux usées de la ville.

Les étangs d'Apigné sont aménagés en base nautique, desservie par une ligne de bus.

Lieu de promenade

19e siècle

« La promenade qui offre le plus d'attraits aux yeux de l'habitant de Rennes, c'est la Prévalaye, d'abord parce qu'elle n'est qu'à trois kilomètres de la ville ; qu'ensuite on peut y aller par le chemin de halage le long de la Vilaine ; qu'une fois rendu on y trouve de l'ombrage et de la fraîcheur pendant les plus chaudes journées d'été, et qu'enfin elle rappelle plusieurs souvenirs historiques.

Les étrangers l'affectionnent aussi tout particulièrement parce que, sous ces grands arbres pleins de murmures et de chants, ils oublient leurs fatigues, les ennuis des voyages et le bruit du chemin de fer. C'est une verte oasis qu'il est doux de trouver pour goûter un instant de repos.
En suivant le halage, comme nous l'avons dit, après avoir passé sous le viaduc du chemin de fer de Saint-Malo, on aperçoit, au confluent de l'Ille, une minoterie appelée le Moulin du Comte : plus loin, des entrepôts de noirs, plus loin encore, à gauche, un petit village et quelques campagnes entourées de haies vives et de prairies émaillées de fleurs.
Enfin l'on arrive à la Prévalaye. Une large avenue plantée de tous jeunes arbres conduit à une seconde allée de vieux châtaigniers. Au bout de cette allée est une vaste pelouse formant un carrefour d'où rayonnent plusieurs avenues longues et belles. A l'Ouest du carrefour se trouve le manoir, d'assez chétive apparence. C'est un seul corps de logis, avec un toit rapide et une tourelle hexagone au milieu de la façade.
Une ferme est attenante à l'habitation. C'est elle qui grâce à ses riches pâturages, produit ce fameux beurre de la Prévalaye qui a donné son nom à tous les beurres du pays.
La Prévalaye est une ancienne seigneurie du comté de Rennes. Lorsqu'Henri IV vint en Bretagne, il y chassa deux jours, les 11 et 15 mai 1598. Les fermiers font voir la chambre et le lit où il coucha. C'est aussi dans l'une des salles de ce château que les chefs des armées royalistes se concertèrent et tinrent séances pour la pacification de 1795.
Pour ne pas revenir par le même chemin, l'on prend l'avenue qui mène à la ferme de Sainte-Foix, près de laquelle se trouve le vieux chêne, aux trois quarts morts, où le Béarnais assista aux joutes et danses bretonnes exécutées par les villageois à l'un de ses retours de chasse. Tout à côté de ce chêne, l'on voit aussi un jeune ormeau, entouré d'épines, et qui fut planté par la Dauphine en 1827.

A peu près à la même distance que la Prévalaye, il existe encore aux environs de Rennes quelques jolis endroits qu'on visite avec plaisir. Ainsi Brequigny, sur la route de Nantes, est une fort jolie campagne appartenant à la famille des Nétumières. Elle est là dans une vallée, avec d'immenses prairies et de magnifiques avenues qui l'entourent de toutes parts. »

— Adolphe Orain
Origine : Guide du voyageur dans Rennes et ses environs • 1867licence

Animations

  • Fête du Cheval.
  • Une journée sur l'herbe : animation sur les thèmes du jardin, de l'alimentation et des loisirs nature, depuis 2013.

Notes et références

  • Dehors, dans les jardins et dans les champs - Propositions pour l'écocentre et la Prévalaye à Rennes. Pascale Loget et Cécile Ruau, décembre 2013.
  1. La Prévalaye : espace agro-naturel entre ville et campagne - Mémoire de maîtrise de Marcel Guiho, Hervelyne Guilloux, Henri Labbé, Pascale Leroux, Cécile Sourice, novembre 1986