Difference between revisions of "Rationnement et tickets"

From WikiRennes
Jump to: navigation, search
(lien interne)
Line 9: Line 9:
 
[[Fichier:Bons_de_chaussures.png|150px|left|thumb|Liste de numéros donnant droit à l'achat (O''uest-Eclair'' du 3 juin 1942)]]
 
[[Fichier:Bons_de_chaussures.png|150px|left|thumb|Liste de numéros donnant droit à l'achat (O''uest-Eclair'' du 3 juin 1942)]]
  
Les Rennais n’ont pas échappé aux problèmes de rationnement, de pénurie des denrées alimentaires et de produits tels que les vêtements et les chaussures, l’électricité et même l’eau en 1944<ref>[[Pénurie d'eau en juin 1944]]</ref>. Dès le 2 juillet 1940 la petite feuille du ''Bulletin d'informations d'Ille-et-Vilaine'' annonce que le maire de Rennes met en application la carte de pain qui avait été distribuée en avril pendant la [[Drôle de guerre]]. C'est certes plus grave que la prohibition des apéritifs (boissons de plus de 16°) appliquée à partir du 30 août. Dans le journal  détaillé d’une Rennaise, Mme V. Ladam, on relève des données qui traduisent bien ces soucis : 12 observations ou relations de mesures pour 1940, 15 pour 1941, 16 en 1942, seulement 7 en 1943, en raison probablement des relations concernant les bombardements, et 13 de janvier à août 1944. Les Rennais se sont habitués à découper des petits carrés des tickets et à faire la queue pour faire « honorer » ces tickets. Et le journal d'interroger : "Va-t-on bientôt autoriser la vente des légumes secs en Ille-et-Vilaine ?" et "Quand pourrons-nous acheter du café national ?" (lequel est fait à 76% de succédanés !)<ref>''Ouest-Eclair'' du 24 février 1941</ref> et l'autorisation de vente des légumes secs est publiée le lendemain. Le 16 mars le journal annonce que la farine de sarrasin atteint 6 à 6,50 F. le kilo contre 2,20F en septembre 1939. Le 26 avril 1941 le journal appelle dans les queues d’attente au respect de la carte de priorité des mères de famille nombreuse. Elles sont 1891 à Rennes. Le journal du 17 septembre souligne que Rennes ne reçoit chaque semaine que 30 tonnes de pommes de terre alors que pour faire honneur aux tickets il en faudrait 15 tonnes par jour. Parfois on trouve dans une colonne du journal une longue liste de numéros qui ont été tirés au sort et permettent à l'heureux détenteur l'achat du produit indiqué... une raison primordial de lire le journal. Et il faudra des [[tickets, même pour les semences]].
+
Les Rennais n’ont pas échappé aux problèmes de rationnement, de pénurie des denrées alimentaires et de produits tels que les vêtements et les chaussures, l’électricité et même l’eau en 1944<ref>[[Pénurie d'eau en juin 1944]]</ref>. Pendant la [[Drôle de guerre]], dès le 2 juillet 1940, la petite feuille du ''Bulletin d'informations d'Ille-et-Vilaine'' annonce que le maire de Rennes met en application la carte de pain qui avait été distribuée aux familles rennaises venues  par ordre alphabétique, en première semaine d'avril,  retirer une carte de pain au péristyle sud de la mairie. C'est certes plus grave que la prohibition des apéritifs (boissons de plus de 16°) appliquée à partir du 30 août. Dans le journal  détaillé d’une Rennaise, Mme V. Ladam, on relève des données qui traduisent bien ces soucis : 12 observations ou relations de mesures pour 1940, 15 pour 1941, 16 en 1942, seulement 7 en 1943, en raison probablement des relations concernant les bombardements, et 13 de janvier à août 1944. Les Rennais se sont habitués à découper des petits carrés des tickets et à faire la queue pour faire « honorer » ces tickets. Et le journal d'interroger : "Va-t-on bientôt autoriser la vente des légumes secs en Ille-et-Vilaine ?" et "Quand pourrons-nous acheter du café national ?" (lequel est fait à 76% de succédanés !)<ref>''Ouest-Eclair'' du 24 février 1941</ref> et l'autorisation de vente des légumes secs est publiée le lendemain. Le 16 mars le journal annonce que la farine de sarrasin atteint 6 à 6,50 F. le kilo contre 2,20F en septembre 1939. Le 26 avril 1941 le journal appelle dans les queues d’attente au respect de la carte de priorité des mères de famille nombreuse. Elles sont 1891 à Rennes. Le journal du 17 septembre souligne que Rennes ne reçoit chaque semaine que 30 tonnes de pommes de terre alors que pour faire honneur aux tickets il en faudrait 15 tonnes par jour. Parfois on trouve dans une colonne du journal une longue liste de numéros qui ont été tirés au sort et permettent à l'heureux détenteur l'achat du produit indiqué... une raison primordial de lire le journal. Et il faudra des [[tickets, même pour les semences]].
  
 
[[Fichier:Humour.png|150px[left|thumb|Le vin rationné : l'humour quand même (''Ouest-Eclair'' 31 mai 1941)]]
 
[[Fichier:Humour.png|150px[left|thumb|Le vin rationné : l'humour quand même (''Ouest-Eclair'' 31 mai 1941)]]

Revision as of 10:49, 14 May 2019


Tickets et rationnement

S'habituer à l'usage des cartes d'alimentation : Ouest-Eclair du 20 septembre 1940
Donnez-nous notre pain... (Ouest-Eclair du 9 janvier 1941)

On connaît en général que, pendant la guerre de 1939-1945, il fallait avoir des tickets pour pouvoir acheter la plupart des denrées, tickets attribués selon l'âge (exemple J1, J2, J3 pour les tranches d'âge des jeunes...) et cette pratique dura au-delà de la guerre.

Disitribution des tickets (Ouest-Eclair, 19 août 1942
Carte de pain et tickets pour lait entier
Liste de numéros donnant droit à l'achat (Ouest-Eclair du 3 juin 1942)

Les Rennais n’ont pas échappé aux problèmes de rationnement, de pénurie des denrées alimentaires et de produits tels que les vêtements et les chaussures, l’électricité et même l’eau en 1944[1]. Pendant la Drôle de guerre, dès le 2 juillet 1940, la petite feuille du Bulletin d'informations d'Ille-et-Vilaine annonce que le maire de Rennes met en application la carte de pain qui avait été distribuée aux familles rennaises venues par ordre alphabétique, en première semaine d'avril, retirer une carte de pain au péristyle sud de la mairie. C'est certes plus grave que la prohibition des apéritifs (boissons de plus de 16°) appliquée à partir du 30 août. Dans le journal détaillé d’une Rennaise, Mme V. Ladam, on relève des données qui traduisent bien ces soucis : 12 observations ou relations de mesures pour 1940, 15 pour 1941, 16 en 1942, seulement 7 en 1943, en raison probablement des relations concernant les bombardements, et 13 de janvier à août 1944. Les Rennais se sont habitués à découper des petits carrés des tickets et à faire la queue pour faire « honorer » ces tickets. Et le journal d'interroger : "Va-t-on bientôt autoriser la vente des légumes secs en Ille-et-Vilaine ?" et "Quand pourrons-nous acheter du café national ?" (lequel est fait à 76% de succédanés !)[2] et l'autorisation de vente des légumes secs est publiée le lendemain. Le 16 mars le journal annonce que la farine de sarrasin atteint 6 à 6,50 F. le kilo contre 2,20F en septembre 1939. Le 26 avril 1941 le journal appelle dans les queues d’attente au respect de la carte de priorité des mères de famille nombreuse. Elles sont 1891 à Rennes. Le journal du 17 septembre souligne que Rennes ne reçoit chaque semaine que 30 tonnes de pommes de terre alors que pour faire honneur aux tickets il en faudrait 15 tonnes par jour. Parfois on trouve dans une colonne du journal une longue liste de numéros qui ont été tirés au sort et permettent à l'heureux détenteur l'achat du produit indiqué... une raison primordial de lire le journal. Et il faudra des tickets, même pour les semences.

Le vin rationné : l'humour quand même (Ouest-Eclair 31 mai 1941)

La comparaison des montants de dépenses d’une famille rennaise relativement aisée et à composition constante de cinq personnes (trois adultes, trois enfants), sur la moyenne des mois de février et mars, donne une dépense de lait de 1941 à 1943 en hausse de 80%. De 1940 à 1943, la dépense de pain n’augmente que de 2%, mais celle de boucherie est multipliée par 3,22 et la dépense d’œufs par 3,40, sans que l’on puisse définir s’il y a eu achats au « marché noir » ou restriction de certains achats en raison de la cherté[3].

Pour combattre les effets du rationnement (Ouest-Eclair du 5 janvier 1943)

En Ille-et-Vilaine, les familles doivent en général se contenter, au maximum d’un repas de viande par semaine et encore certaines en sont totalement privées. Le 29 avril, le département n’ayant pas la viande aux quantités prévues par les cartes de rationnement, est imposée l’inscription du client chez le boucher « afin que chacun ait sa petite part ». Le 6 mai la préfecture annonce que la ration de viande par personne est limitée à 100 gr de veau par semaine au lieu des 60 gr quotidiens ! Le mécontentement de la population s’aggrave de jour en jour à Rennes. Même la galette de blé-noir, consommée par les classes pauvres, ne va plus pouvoir être fabriquée par suite du manque de sarrasin. Les pièces de 0,25 F. et 0,10 F. manquent et 30 trains de marchandises autres qu'alimentaires sont bloqués en gare de Rennes, les Allemands monopolisant le réseau[4]. Pour le mois de juillet 1941, les lecteurs du journal lisent attentivement les rations autorisées par denrée sur tickets et selon les catégories de consommateurs : rations hebdomadaire de 250 gr de viande (350 et 450 pour les travailleurs de force 1ère et 2nde catégories), 80 gr de fromage, rations mensuelles de 550 gr de matière grasse, de 500 gr de sucre (sauf enfant 1 kg), de 250 gr de pâtes, de 200 gr de riz (sauf enfant 300), de 125 à 250 gr de chocolat[5]. Le Secours national aide les plus démunis. Les T.I.V. seront utilisés pour se ravitailler à la campagne, eux qui verront leur nombre de voyageurs passer de 595 000 en 1936 à 169 000 en 1943.

Des tickets, en attendant des produits

La faim de l'adolescent

En ville ou au collège jusqu’en 1942, un jeune homme de 17 ans souffrait des difficultés croissantes de l’alimentation. Ceux qui habitaient la campagne n’ont eu qu’une faible idée des privations endurées par les citadins pris d’une considération toute nouvelle pour les paysans mais l’inconnu ou l’étranger à la famille se faisait rabrouer et on lui disait qu’il n’y avait rien à vendre ou à espérer même s’il savait parfois que le paysan venait de vendre aux soldats allemands qui payaient largement. Il n’était pas rare de sortir du restaurant universitaire avec encore la sensation de faim, malgré l’apport calorique supplémentaire de la carte J. 3. L’étudiant en médecine passe un diplôme de biologie animale – dont il n’avait pas besoin – car il avait ainsi l’occasion ramener chez lui et cuire les grenouilles et tanches disséquées. Des gardes bénévoles à l’hôpital, où le travail augmentait en raison des bombardements et mitraillages sur les routes, procuraient une nourriture plus substantielle qu’à l’ordinaire. Dans les aliments rutabagas, navets et panais revenaient souvent. Le pain noir, gluant et non levé gardait l’empreinte du pouce dès que l’on appuyait un peu. Le café d’orge ou de jus de gland, la freinette ou le coco réalisés avec des faines ou des plantes n’étaient pas des boissons fameuses[6].

Références

  1. Pénurie d'eau en juin 1944
  2. Ouest-Eclair du 24 février 1941
  3. Livre de comptes de Mme E. Maignen, à Rennes
  4. Synthèse des préfets rapports du 15 au 25 avril 1941
  5. Ouest-Eclair du 25 juin 1941
  6. Les restrictions pendant l’Occupation, par Jean Fenard, mars 1997. Groupe mémoire du Vécu. Université du Temps libre du pays de Rennes. Mémoire UTLA de Bretagne vol. 17 - 2006