René Patay : Différence entre versions

De WikiRennes

m
Ligne 6 : Ligne 6 :
 
(5-01-1898 - 15-04-1995)
 
(5-01-1898 - 15-04-1995)
 
[[Fichier:Rene_patay_en_1936.jpeg|150px|tight|thumb|René Patay en 1936, blessé en août 1918 à la jambe gauche par une balle explosive]]
 
[[Fichier:Rene_patay_en_1936.jpeg|150px|tight|thumb|René Patay en 1936, blessé en août 1918 à la jambe gauche par une balle explosive]]
Volontaire à 17 ans, il s'engage pour la durée de la guerre. Deux fois blessé à Verdun, après son rétablissement, il passe son brevet de pilote militaire et est affecté à l'escadrille SPA 26 du groupe de combat des Cigognes, et il est abattu lors d'un duel aérien contre l'as allemand Josef Veltjens et est grièvement blessé. Après la guerre, docteur en médecine et ès sciences, il reste un sportif accompli en canoë. En 1934, il est président de l'Union Nationale des Combattants (UNC) d'Ille-et-Vilaine. Il participe à la création de l'aérodrome de Saint-Jacques<ref>[[aéroport de Rennes - Saint-Jacques]] </ref>.
+
Volontaire à 17 ans, il s'engage pour la durée de la guerre. Deux fois blessé à Verdun, après son rétablissement, il passe son brevet de pilote militaire et est affecté à l'escadrille SPA 26 du groupe de combat des Cigognes, et il est abattu lors d'un duel aérien contre l'as allemand Josef Veltjens et est grièvement blessé. Après la guerre, docteur en médecine et ès sciences, il reste un sportif accompli en canoë. Il fut président de la [[Société des Régates Rennaises - Aviron]]. En 1934, il est président de l'Union Nationale des Combattants (UNC) d'Ille-et-Vilaine. Il participe à la création de l'aérodrome de Saint-Jacques<ref>[[aéroport de Rennes - Saint-Jacques]] </ref>.
  
 
À l'arrivée des Allemands à Rennes, le 18 juin 1940, il est au côté du maire de Rennes pour le premier contact avec l'autorité occupante ; à la demande du préfet, il remplit une mission officieuse de mise en garde des autorités civiles et religieuses de Bretagne contre les menées des indépendantistes puis remplira un rôle de contrôle de relèvement et d'inhumation des corps des victimes du bombardement du 17 juin 1940 sur la gare de triage de la [[plaine de Baud]]<ref>''De 1940 à 1941, apparition d'une Bretagne provisoirement incomplète, un provisoire destiné à durer'', par Etienne Maignen. Bulletin et mémoires de la Société archéologique et historique d'Ille-et-Vilaine, t. CXIV- 2010</ref>. Durant l'occupation, il se met au service des réfugiés et victimes des bombardements et il devient président du Secours national, organisant pour les plus démunis un efficace service de cuisines-roulantes. M. [[François Château]], maire de Rennes poursuivi par la Gestapo, ayant été déclaré démissionnaire d'office, il accepte d'être nommé maire de Rennes, le 14 juin 1944.
 
À l'arrivée des Allemands à Rennes, le 18 juin 1940, il est au côté du maire de Rennes pour le premier contact avec l'autorité occupante ; à la demande du préfet, il remplit une mission officieuse de mise en garde des autorités civiles et religieuses de Bretagne contre les menées des indépendantistes puis remplira un rôle de contrôle de relèvement et d'inhumation des corps des victimes du bombardement du 17 juin 1940 sur la gare de triage de la [[plaine de Baud]]<ref>''De 1940 à 1941, apparition d'une Bretagne provisoirement incomplète, un provisoire destiné à durer'', par Etienne Maignen. Bulletin et mémoires de la Société archéologique et historique d'Ille-et-Vilaine, t. CXIV- 2010</ref>. Durant l'occupation, il se met au service des réfugiés et victimes des bombardements et il devient président du Secours national, organisant pour les plus démunis un efficace service de cuisines-roulantes. M. [[François Château]], maire de Rennes poursuivi par la Gestapo, ayant été déclaré démissionnaire d'office, il accepte d'être nommé maire de Rennes, le 14 juin 1944.

Version du 12 août 2017 à 17:49

René Patay (fils)

(5-01-1898 - 15-04-1995)

René Patay en 1936, blessé en août 1918 à la jambe gauche par une balle explosive

Volontaire à 17 ans, il s'engage pour la durée de la guerre. Deux fois blessé à Verdun, après son rétablissement, il passe son brevet de pilote militaire et est affecté à l'escadrille SPA 26 du groupe de combat des Cigognes, et il est abattu lors d'un duel aérien contre l'as allemand Josef Veltjens et est grièvement blessé. Après la guerre, docteur en médecine et ès sciences, il reste un sportif accompli en canoë. Il fut président de la Société des Régates Rennaises - Aviron. En 1934, il est président de l'Union Nationale des Combattants (UNC) d'Ille-et-Vilaine. Il participe à la création de l'aérodrome de Saint-Jacques[1].

À l'arrivée des Allemands à Rennes, le 18 juin 1940, il est au côté du maire de Rennes pour le premier contact avec l'autorité occupante ; à la demande du préfet, il remplit une mission officieuse de mise en garde des autorités civiles et religieuses de Bretagne contre les menées des indépendantistes puis remplira un rôle de contrôle de relèvement et d'inhumation des corps des victimes du bombardement du 17 juin 1940 sur la gare de triage de la plaine de Baud[2]. Durant l'occupation, il se met au service des réfugiés et victimes des bombardements et il devient président du Secours national, organisant pour les plus démunis un efficace service de cuisines-roulantes. M. François Château, maire de Rennes poursuivi par la Gestapo, ayant été déclaré démissionnaire d'office, il accepte d'être nommé maire de Rennes, le 14 juin 1944.

Pendant son bref exercice de la fonction, un bombardement ayant coupé, en forêt de Fouillard, la conduite d'eau alimentant la ville, il s'emploie à organiser le rationnement et à rétablir très rapidement la desserte en eau des habitants restants. Le 3 août au soir, il est contraint à se démettre de ses fonctions en passant ses pouvoirs au premier adjoint en présence de M. Hubert de Solminihac (Hemeric), représentant du commissaire de la République nommé par le Comité d'Alger, et lui dit : "À présent, c'est à vous d'empêcher les ponts de sauter"[3].

Retiré de la vie publique, il se consacre à sa profession de médecin biologiste et passe, sur le tard, l'agrégation en 1952 et prend sa retraite en 1970. Il était officier de la Légion d'honneur, médaillé militaire, titulaire de la croix de guerre 1914-1918 et commandeur des Palmes académiques.

Notes et références

  1. aéroport de Rennes - Saint-Jacques
  2. De 1940 à 1941, apparition d'une Bretagne provisoirement incomplète, un provisoire destiné à durer, par Etienne Maignen. Bulletin et mémoires de la Société archéologique et historique d'Ille-et-Vilaine, t. CXIV- 2010
  3. Mémoires d'un Français moyen, par René Patay - 1974

Articles connexes