Rue Hippolyte Lucas : Différence entre versions

De WikiRennes
m (ajout article et liens)
m (ajout précision)
 
Ligne 14 : Ligne 14 :
 
C'est à son son initiative que fut érigée par la ville de Rennes la [[colonne Vanneau/Papu]] au jardin du [[Thabor]] en 1835. Il publia d'ailleurs dès janvier 1931 une pièce de vers à la mémoire des deux bretons<ref>Selon "La Vie Rennaise" du 25 novembre 1909</ref>.
 
C'est à son son initiative que fut érigée par la ville de Rennes la [[colonne Vanneau/Papu]] au jardin du [[Thabor]] en 1835. Il publia d'ailleurs dès janvier 1931 une pièce de vers à la mémoire des deux bretons<ref>Selon "La Vie Rennaise" du 25 novembre 1909</ref>.
  
Écrivain, critique, Hippolyte Lucas fut bibliothécaire à la bibliothèque de l'Arsenal et a collaboré comme critique à ''Charivari''. Il est l'auteur du livret de ''La bouquetière'', opéra en un acte d'Adolphe Adam, joué pour la première fois à l'Académie royale de musique, à Paris, le 31 mai 1847. Daumier le représenta en un buste caricatural, intitulé « L'Homme à tête plate ».
+
Écrivain, critique, Hippolyte Lucas fut bibliothécaire à la bibliothèque de l'Arsenal et a collaboré comme critique à ''Charivari''. Il aurait, pendant un temps, servi de directeur littéraire de la "''Revue de Bretagne''" qu'Alphonse Marteville<ref>[[rue Marteville]]</ref> imprima aux Champs-Jacquet à Rennes en 1833 et 1834<ref>Selon les "''Lettres d'Émile Souvestre à Édouard Turquéty: 1826-1852''"</ref>. Il est l'auteur du livret de ''La bouquetière'', opéra en un acte d'Adolphe Adam, joué pour la première fois à l'Académie royale de musique, à Paris, le 31 mai 1847. Daumier le représenta en un buste caricatural, intitulé « L'Homme à tête plate ».
  
 
Son fils offrit en 1911 les manuscrits de son père à la bibliothèque municipale de Rennes, avant de léguer sa bibliothèque et un ensemble de coupures de presse, à sa mort, en 1924. Ce fonds est constitué des manuscrits littéraires d'Hippolyte Lucas, ainsi que d'autres documents, dont treize volumes reliés de la correspondance qu'Hippolyte Lucas entretenait avec des artistes et des musiciens, des textes et partitions d'opéras, d'opéras-comiques et de comédies et des photographies d'auteurs dramatiques, d'acteurs, d'actrices et de danseuses de la période 1852-1875.
 
Son fils offrit en 1911 les manuscrits de son père à la bibliothèque municipale de Rennes, avant de léguer sa bibliothèque et un ensemble de coupures de presse, à sa mort, en 1924. Ce fonds est constitué des manuscrits littéraires d'Hippolyte Lucas, ainsi que d'autres documents, dont treize volumes reliés de la correspondance qu'Hippolyte Lucas entretenait avec des artistes et des musiciens, des textes et partitions d'opéras, d'opéras-comiques et de comédies et des photographies d'auteurs dramatiques, d'acteurs, d'actrices et de danseuses de la période 1852-1875.
  
 
== Sur la carte ==
 
== Sur la carte ==
{{#display_points: Rue Hippolyte Lucas, Rennes |width=450|zoom=14}}
+
{{#display_points: 48.109245, -1.671297 |width=450|zoom=14}}
  
 
== Lien externe ==
 
== Lien externe ==

Version actuelle datée du 10 janvier 2019 à 15:05

La rue Hippolyte Lucas relie le quai de Richemont, en coupant la rue Dupont des Loges, à la rue de Léon. Elle se coude parallèlement à un bras de la Vilaine, canal de dérivation du moulin Saint-Hélier. Elle fut créée dans le cadre du lotissement dit de la Californie, à la fin du 19e siècle et cette voie privée fut classée dans la voirie urbaine en 1908.

Son nom donné par délibération du Conseil municipal le 16 janvier 1891, sur sollicitation de 200 Bretons de Paris, est celui du Rennais :

Hippolyte Lucas

Hippolyte Lucas

littérateur

(20 décembre 1807, Rennes - 16 novembre 1878, Paris)

Hippolyte Julien Joseph est le fils de Joseph Lucas, avoué à la cour d'appel de Rennes. Dans sa jeunesse, il avait constitué à Rennes un petit cénacle littéraire où se retrouvaient Évariste Boulay-Paty[1], Anthime Ménard, Édouard Turquety[2].

C'est à son son initiative que fut érigée par la ville de Rennes la colonne Vanneau/Papu au jardin du Thabor en 1835. Il publia d'ailleurs dès janvier 1931 une pièce de vers à la mémoire des deux bretons[3].

Écrivain, critique, Hippolyte Lucas fut bibliothécaire à la bibliothèque de l'Arsenal et a collaboré comme critique à Charivari. Il aurait, pendant un temps, servi de directeur littéraire de la "Revue de Bretagne" qu'Alphonse Marteville[4] imprima aux Champs-Jacquet à Rennes en 1833 et 1834[5]. Il est l'auteur du livret de La bouquetière, opéra en un acte d'Adolphe Adam, joué pour la première fois à l'Académie royale de musique, à Paris, le 31 mai 1847. Daumier le représenta en un buste caricatural, intitulé « L'Homme à tête plate ».

Son fils offrit en 1911 les manuscrits de son père à la bibliothèque municipale de Rennes, avant de léguer sa bibliothèque et un ensemble de coupures de presse, à sa mort, en 1924. Ce fonds est constitué des manuscrits littéraires d'Hippolyte Lucas, ainsi que d'autres documents, dont treize volumes reliés de la correspondance qu'Hippolyte Lucas entretenait avec des artistes et des musiciens, des textes et partitions d'opéras, d'opéras-comiques et de comédies et des photographies d'auteurs dramatiques, d'acteurs, d'actrices et de danseuses de la période 1852-1875.

Sur la carte

Chargement de la carte...

Lien externe

Note et références

  1. rue Boulay-Paty
  2. rue Edouard Turquety
  3. Selon "La Vie Rennaise" du 25 novembre 1909
  4. rue Marteville
  5. Selon les "Lettres d'Émile Souvestre à Édouard Turquéty: 1826-1852"