Rue Joseph Gomet : Différence entre versions

De WikiRennes

m
m (précision dénomination)
 
Ligne 1 : Ligne 1 :
La '''rue Joseph Gomet''' est une voie de Rennes, axée sud nord, branchée sur la [[rue La Fontaine]]. Sa dénomination est à la mémoire de:
+
La '''rue Joseph Gomet''' est une voie de Rennes, axée sud nord, branchée sur la [[rue La Fontaine]]. Sa dénomination est approuvée par délibération du conseil municipal de la ville de Rennes le 13 avril 1953, à la mémoire de:
  
 
== Joseph Gomet ==
 
== Joseph Gomet ==
Ligne 7 : Ligne 7 :
 
(10 octobre 1914, Nueil-sur-Argent, Deux-Sèvres - 14 avril 1945, Dora, Allemagne)
 
(10 octobre 1914, Nueil-sur-Argent, Deux-Sèvres - 14 avril 1945, Dora, Allemagne)
  
Joseph Maurice François Gomet, instituteur public, est membre F.T.P. en janvier 1942 et il est arrêté à Rennes, le 25 octobre 1942, pour appartenance au parti communiste. Il faisait partie du convoi de 941 déportés du 16 septembre 1943 au départ de Compiègne. Imatriculé 21751 à Buchenwald, il décède après la libération du camp et avant son rapatriement. Il est cité dans le "Livre Mémorial des Déportés de France" de la F.M.D. Tome 1 p 1128.
+
Joseph, Louis, Roger Gomet entra à l'École normale d'instituteurs de Rennes en 1930. Instituteur public, notamment [[rue de Nantes]] entre 1933 et 1936, il enseigna les mathématiques au cours complémentaire de la Liberté à Rennes de 1941 jusqu'à son arrestation.
 +
 
 +
Actif dans l'organisation des Auberges de Jeunesses, membre des Jeunesses communistes en 1933, du Parti communiste en 1936, Gomet devint, après juillet 1940, le responsable clandestin du Parti communiste à Rennes. Il est membre F.T.P. en janvier 1942 et est arrêté par la police à Rennes, le 25 octobre 1942, pour appartenance au parti communiste. Emprisonné à Fougères, puis à Rennes, il fut relaxé par la Cour spéciale, le 10 janvier 1943 mais livré aux Allemands. Incarcéré à Rennes, au début de 1943, il fait partie du convoi de 941 déportés du 16 septembre 1943 au départ de Compiègne, puis, le 17 septembre, déporté à Buchenwald où il est immatriculé 21751. Transféré à Dora, le 13 octobre 1943, puis à Harzungen, le 13 juillet 1944, il en fut évacué, le 8 avril 1945, en raison de l'avance alliée. Évadé avec plusieurs de ses camarades, dans la nuit du 13 au 14 avril, dénoncé, arrêté, il fut avec ses camarades, exécuté le 15 avril et enterré à Braesen<ref>Presse syndicale. — Notice par J. Girault dans le DBMOF. — La Fondation pour la Mémoire de la Déportation, Le livre mémorial..., op.cit. — Renseignements fournis par Robert Gomet, son frère: http://maitron-fusilles-40-44.univ-paris1.fr/spip.php?article49613&id_mot=13058</ref>.
 +
 
 +
Joseph Gomet est cité dans le "Livre Mémorial des Déportés de France"<ref>Fondation pour la Mémoire de la Déportation (FMD), Tome 1, p 1128 : http://www.bddm.org/liv/details.php?id=I.136.#GOMET</ref>.
  
 
== Sur la carte ==
 
== Sur la carte ==

Version actuelle en date du 13 septembre 2017 à 12:22

La rue Joseph Gomet est une voie de Rennes, axée sud nord, branchée sur la rue La Fontaine. Sa dénomination est approuvée par délibération du conseil municipal de la ville de Rennes le 13 avril 1953, à la mémoire de:

Joseph Gomet

Instituteur, résistant déporté

(10 octobre 1914, Nueil-sur-Argent, Deux-Sèvres - 14 avril 1945, Dora, Allemagne)

Joseph, Louis, Roger Gomet entra à l'École normale d'instituteurs de Rennes en 1930. Instituteur public, notamment rue de Nantes entre 1933 et 1936, il enseigna les mathématiques au cours complémentaire de la Liberté à Rennes de 1941 jusqu'à son arrestation.

Actif dans l'organisation des Auberges de Jeunesses, membre des Jeunesses communistes en 1933, du Parti communiste en 1936, Gomet devint, après juillet 1940, le responsable clandestin du Parti communiste à Rennes. Il est membre F.T.P. en janvier 1942 et est arrêté par la police à Rennes, le 25 octobre 1942, pour appartenance au parti communiste. Emprisonné à Fougères, puis à Rennes, il fut relaxé par la Cour spéciale, le 10 janvier 1943 mais livré aux Allemands. Incarcéré à Rennes, au début de 1943, il fait partie du convoi de 941 déportés du 16 septembre 1943 au départ de Compiègne, puis, le 17 septembre, déporté à Buchenwald où il est immatriculé 21751. Transféré à Dora, le 13 octobre 1943, puis à Harzungen, le 13 juillet 1944, il en fut évacué, le 8 avril 1945, en raison de l'avance alliée. Évadé avec plusieurs de ses camarades, dans la nuit du 13 au 14 avril, dénoncé, arrêté, il fut avec ses camarades, exécuté le 15 avril et enterré à Braesen[1].

Joseph Gomet est cité dans le "Livre Mémorial des Déportés de France"[2].

Sur la carte

Chargement de la carte...

Note et références

  1. Presse syndicale. — Notice par J. Girault dans le DBMOF. — La Fondation pour la Mémoire de la Déportation, Le livre mémorial..., op.cit. — Renseignements fournis par Robert Gomet, son frère: http://maitron-fusilles-40-44.univ-paris1.fr/spip.php?article49613&id_mot=13058
  2. Fondation pour la Mémoire de la Déportation (FMD), Tome 1, p 1128 : http://www.bddm.org/liv/details.php?id=I.136.#GOMET